The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE EN TANZANIE, BURUNDI, RWANDA ET
YAMOUSSOUKRO

RENCONTRE DU PAPE JEAN-PAUL II
AVEC LES REPRÉSENTANTS DES COMMUNAUTÉS
NON-CATHOLIQUES ET D'AUTRES RELIGIONS

Kigali (Rwanda)
Dimanche 9 septembre 1990

Chers amis,

1. À l’occasion de ma visite pastorale en ce pays, je suis heureux de pouvoir vous rencontrer et je vous remercie de vos paroles de bienvenue. Je vous salue en vous appelant amis car l’amitié est certainement la réalité qui donne sa signification à notre rencontre. L’amitié s’exprime par le respect et la confiance en l’autre, par le désir de donner et de recevoir et d’être authentiquement soi-même devant les autres. A travers vous, je rencontre tous les croyants du Rwanda qui, dans la vie quotidienne, tissent des liens d’amitié.

2. Je m’adresse tout d’abord à vous, amis chrétiens. Vous savez comment l’évangéliste saint Jean nous fait connaître le nouveau rapport que Jésus a instauré entre Lui et les Apôtres qu’il avait choisis: «Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle amis»[1]. Nous qui avons reçu l’héritage transmis par les Apôtres, nous sommes ensemble amis du Christ parce qu’il nous a fait connaître tout ce qu’il a appris de son Père[2]. L’amitié que notre Seigneur a pour chacun d’entre nous a été scellée de façon définitive au jour de notre baptême quand nous avons été incorporés à Lui. Il existe ainsi entre nous une communion, certes encore incomplète, mais réelle et profonde, grâce au lien sacramentel du baptême. Notre amitié est donc encore bien plus qu’une expression de bonne volonté, elle est l’effet de l’amour même de Dieu «qui a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné»[3].

C’est dans la lumière de cette extraordinaire réalité que nos relations doivent se développer pour que nous puissions être toujours plus fidèles à la volonté du Christ sur son Eglise et à notre mission dans le monde. Il est donc évident que nous sommes appelés à grandir dans la confiance mutuelle et à être pleins de respect les uns à l’égard des autres, aussi bien entre les personnes qu’entre les communautés, car nous avons reçu la même Parole de Dieu que nous devons laisser pénétrer dans nos vies et que nous devons rendre accessible à nos frères. Il est heureux que vous ayez pu, ensemble, donner aux Rwandais une traduction commune du Nouveau Testament. Je souhaite que, par la grâce de Dieu, avec vos frères catholiques, vous puissiez témoigner de plus en plus ensemble de l’Evangile du Christ et servir avec désintéressement votre chère nation du Rwanda.

Par une initiative prise en commun, vous contribuez de manière active et généreuse aux services de santé de votre pays. Je salue volontiers cet ensemble de réalisations du «BUFMAR» qui répondent à des besoins réels de vos compatriotes, dans un esprit de charité inventive et efficace. J’encourage les croyants à poursuivre de telles collaborations qui nous rapprochent de la fidélité aux exigences évangéliques.

3. Dignes représentants des autres religions, à vous aussi j’adresse mes salutations en cette heureuse occasion. Votre présence ici est un signe du respect mutuel et de la volonté de compréhension et de collaboration qui doivent caractériser toute société bien ordonnée. Il y a quelques années déjà, lors de la Journée mondiale de Prière pour la Paix, à Assise, le rassemblement de chrétiens et de représentants d’autres religions semblait «une préfiguration de ce que Dieu voudrait que soit le cours de l’histoire de l’humanité: une route fraternelle sur laquelle nous nous accompagnons les uns les autres vers la fin transcendante qu’il établit pour nous»[4]. Ici, dans ce pays des Mille Collines, où les montagnes nous invitent à élever notre regard vers le Très-Haut, le Maître de tout, prions-Le afin qu’Il nous donne la force de marcher ensemble sur cette route!


[1] Io. 15, 15.

[2] Cfr. ibid.

[3] Cfr. Rom. 5, 5.

[4] Ioannis Pauli PP. II Allocutio Assisii, occasione oblata sollemnis precationis pro pace, adstantibus Christifidelibus, Fratibus seiunctis necnon Religionum non christianarum asseclis, 5, die 27 oct. 1986: Insegnamenti di Giovanni Paolo III, IX, 2 (1986) 1262.

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top