The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX MUSICIENS DE L’ORCHESTRE
«JEUNES DE LA MÉDITERRANÉE»

Mercredi, 7 août 1991

 

Au terme de cette soirée que vous avez organisée, je vous remercie, Monsieur le Président, de m’avoir présenté, comme vous l’avez fait, l’Orchestre des «Jeunes de la Méditerranée». Je me tourne vers son chef et vers ses membres afin de leur exprimer ma gratitude pour le plaisir qu’ils nous ont donné en interprétant ces pièces avec la flamme et la générosité de leur jeunesse.

En d’autres temps, un Respighi avait décrit avec bonheur les pins de Rome, un Mendelssohn avait charmé ses contemporains par les accents de sa fougueuse «Symphonie italienne», mais voici que vous venez de nous faire passer de Palerme, évoquée par Giuseppe Verdi, jusqu’à Vienne et Saint-Pétersbourg, grâce aux œuvres de Ravel et de Moussorgski. Vous avez su traduire musicalement les paroles de Ravel lui-même à propos de La Valse: «Des nuées tourbillonnantes laissent entrevoir par éclaircies des couples de valseurs. Elles se dissipent peu à peu: on distingue une immense salle peuplée d’une foule tournoyante».

Votre formation est un orchestre «symphonique» et cet adjectif souligne l’une des fonctions de la musique. La «symphonie», où les sons se composent en une synthèse harmonieuse, vous permet de vous retrouver, dans l’amitié et le travail commun, alors que vous êtes originaires de pays à l’histoire et à la culture très différentes. Le Bassin méditerranéen, autour de cette mer que les Anciens appelaient «Mare nostrum», a été le berceau d’une civilisation qui s’est développée à partir des trois grandes capitales que furent Jérusalem, Athènes et Rome. Ainsi, l’existence d’un «Orchestre des Jeunes de la Méditerranée» rappelle et favorise des liens qui demeurent et, si je puis dire, le «concert des nations».

Avec la musique, vous avez reçu du Créateur un talent que je ne saurais trop vous inviter à cultiver. Je pense à des propos de mon prédécesseur, le Pape Paul VI, notés par M. Jean Guitton: «La beauté, comme la vérité, c’est ce qui met la joie au cœur des hommes, c’est ce fruit précieux qui résiste à l’usure du temps, qui unit les générations et les fait communier dans l’admiration»[1].

En demandant pour vous l’intercession de sainte Cécile, patronne des musiciens, je prie le Tout-Puissant de vous bénir et de vous donner la force et le courage de rester toujours des messagers de sa lumière et de sa joie.


[1] Jean Guitton, Dialogues avec Paul VI, p.253.

 

 

© Copyright 1991 - Libreria Editrice Vaticana

 

top