The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
AUX DIRIGEANT DES LABORATOIRES «SURGIKOS-FRANCE»

Vendredi, 18 janvier 1991

 

Monsieur le Directeur général,
Mesdames, Messieurs
,

Je suis heureux de vous recevoir aujourd’hui et je vous accueille d’autant plus cordialement dans cette maison que, dans une large mesure, vos préoccupations rencontrent celles de l’Eglise.

Votre profession consiste à former les chirurgiens et leurs équipes travaillant en milieu hospitalier à la meilleure utilisation possible des matériels conçus et fabriqués par votre entreprise, les Laboratoires Surgikos-France. Vous vous consacrez ainsi à une activité à la fois scientifique et pratique pour le bien des malades par l’intermédiaire de la communauté médicale.

Je rends hommage à votre compétence et à votre dévouement, car vous les mettez au service de vos frères et sœurs souffrants, quelle que soit leur patrie, leur race ou leur idéologie. Tout être humain est à vos yeux digne d’entière attention, et cela nous permet de parler de points de vue communs entre nous.

Votre intérêt passionné pour la vie corporelle est justifié par la dignité mystérieuse de l’homme et de la femme. Ils sont faits à l’image de Dieu. Ils sont la demeure de l’Esprit Saint. Ils sont appelés à vivre dans l’intimité du Seigneur qui les a créés et rachetés au prix du sang du Christ.

C’est cette personne, digne de respect et d’estime, qui remet son corps souffrant au personnel sanitaire, se fiant notamment à la qualité de vos appareils. En un sens, votre métier comporte une expression réelle de la charité et de la compassion. Il est exaltant, et je vous invite à y mettre toute votre science, votre grandeur d’âme et votre délicatesse de sentiments. Je vous encourage à donner à vos rencontres avec le personnel hospitalier et avec les malades eux-mêmes un caractère profondément humain, en dépassant le plan purement technique et en vous inspirant du vif sens de l’homme qui naît de l’amour évangélique.

«J’étais malade et vous m’avez visité»[1], a dit le Christ. Que ces paroles du Sauveur des hommes soient pour vous un stimulant dans vos contacts! Comme celles-ci également: «Amen, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait»[2].

Je vous remercie de votre visite et je vous exprime ma vive et cordiale gratitude pour les produits médico-chirurgicaux que vous m’offrez généreusement. Soyez assurés qu’ils trouveront une destination utile! Mes voyages à travers le monde m’ont donné maintes occasions de côtoyer la misère des malades et de constater le dénuement de nombreux centres de soins. Je souhaite vivement que l’Eglise puisse développer encore sa contribution dans ce domaine.

Que le Christ, qui souffre dans la chair de chaque personne malade, vous soutienne dans vos initiatives professionnelles! J’invoque sur vous-mêmes, sur vos collègues ainsi que sur vos familles l’aide de Dieu, et je vous donne de grand cœur ma Bénédiction Apostolique.


[1] Matth. 25, 36.

[2] Ibid. 25, 40.

 

 

© Copyright 1991 - Libreria Editrice Vaticana

 

top