The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE AU SÉNÉGAL, EN GAMBIE ET EN GUINÉE

CÉRÉMONIE DE BIENVENUE

DISCOURS DE SA SAINTETÉ JEAN-PAUL II

Aéroport Yoff de Dakar (Sénégal)
Mercredi, 19 février 1992

 

Monsieur le Président,

1. C’est avec beaucoup de joie que j’arrive au Sénégal, terre de rencontres et pays de l’hospitalité, de la «Téranga». Je remercie Dieu d’y avoir enfin guidé mes pas. Je suis d’autant plus heureux d’entreprendre cette visite pastorale que vous–même et, en d’autres circonstances, plusieurs de vos compatriotes, êtes venus me voir à Rome ou à Castelgandolfo, rendant ainsi plus vif mon désir de me rendre moi-même chez vous.

Je suis particulièrement sensible aux paroles de bienvenue que Votre Excellence vient de m’adresser et je L’en remercie vivement. En m’accueillant, vous avez exprimé avec perspicacité certaines des convictions essentielles qui m’inspirent dans l’accomplissement de ma mission au service de ce monde aimé du Seigneur. J’ai la charge, en effet, de «présenter aux hommes de ce temps la vérité de Dieu dans son intégrité et sa pureté», pour reprendre les termes du Concile Vatican II[1]. La vérité de Dieu est aussi la vérité de l’homme. L’action de l’Église en découle, lorsqu’elle élabore son enseignement social, lorsqu’elle défend les droits de l’homme ou œuvre pour la paix et le développement. J’apprécie l’attention que vous accordez à ces aspects de mon ministère et je vous dis toute ma gratitude pour ce témoignage qui vous honore et qui honore votre pays.

Je salue avec déférence les Autorités gouvernementales présentes à cette cérémonie, ainsi que Messieurs les membres du Corps Diplomatique, qui ont eu l’obligeance de venir à ma rencontre et à qui je sais gré de cette marque de courtoisie.

2. Permettez–moi maintenant, Monsieur le Président, d’adresser mes salutations cordiales à Monsieur le Cardinal Hyacinthe Thiandoum, Archevêque de Dakar, à Monseigneur Théodore-Adrien Sarr, Évêque de Kaolack et Président de la Conférence épiscopale, ainsi qu’à tous mes Frères dans l’épiscopat.

Je salue aussi de tout cœur la chère communauté catholique du Sénégal, en la personne de ses représentants.

J’exprime aux pasteurs et aux fidèles ma joie de rendre visite à une Église de grande vitalité, qui a beaucoup reçu du passé et dont le rayonnement est réel malgré le petit nombre de ses membres, en raison notamment de la qualité de son engagement social, scolaire et sanitaire.

3. Au moment de ce premier contact sur le sol sénégalais, je voudrais saluer tous ceux qui y vivent: les fils et filles du pays et aussi les nombreuses personnes étrangères. Pionnier sur les routes de la démocratie africaine, le Sénégal se montre soucieux de fonder son développement avant tout sur les richesses humaines de ses habitants. J’exprime le souhait que vos compatriotes continuent à progresser sur la voie de la concorde et du consensus national afin de prendre activement part aux échanges et à la coopération entre les diverses nations du continent africain.

En ce temps de changements profonds, notamment en Europe, je forme le vœu, comme vous l’avez récemment souligné, Monsieur le Président, que les nations du Nord et de l’Ouest, de tradition chrétienne, n’oublient pas de soutenir leurs frères et sœurs d’Afrique, dont les besoins demeurent immenses, même s’il faut aussi répondre à d’autres appels venus de l’Est.

4. En venant au Sénégal, je vais à la rencontre d’un peuple chez qui sont professées diverses religions, mais qui sait assumer ses différences et faire confiance au dialogue. Je salue donc cordialement tous les croyants de ce pays. À travers vous qui avez été élu Président de la Ummah Islamique, je salue les membres des communautés musulmanes sénégalaises. Enfin, mes salutations vont également aux autres communautés chrétiennes et à ceux qui pratiquent les religions africaines traditionnelles.

J’espère que ma visite contribuera à resserrer les liens de fraternité entre tous, comme il convient aux fils et aux filles d’une même nation, unis dans une même destinée et dans le service du bien commun. Je souhaite également que progresse le dialogue entre ceux qui ne professent pas la même foi. Nous pensons, en effet, que les traditions religieuses des uns et des autres peuvent conduire à une solidarité plus profonde et contribuer à l’essor des forces spirituelles qui habitent les cœurs.

En respectant toujours davantage l’éminente dignité de l’être humain et sa vocation à la transcendance, les Sénégalais sauront développer le meilleur d’eux-mêmes, dans la fidélité aux talents reçus en héritage de la sagesse des anciens. Dans un monde à la recherche d’une paix solide et durable, puissent-ils promouvoir l’usage ancestral de «l’accord conciliant»!

5. Frères et Sœurs catholiques du Sénégal, c’est en pèlerin de la foi que je viens de Rome jusqu’à vous. J’avais un vif désir de vous voir. Je voudrais que ma présence ravive votre communion dans l’amour et qu’elle affermisse votre foi. Vous le savez, l’arbre ne s’élève qu’en enfonçant ses racines dans la terre nourricière. Aussi est–ce en accueillant au fond du cœur le message du Christ qu’on grandit dans la foi: nous allons ensemble nous mettre à l’écoute de sa Parole au cours de nos diverses rencontres, afin que tous vous soyez, avec plus d’élan encore, des messagers actifs de notre Seigneur Jésus Christ dans le respect de l’identité religieuse des personnes avec lesquelles vous vivez. En même temps, vous serez fidèles aux meilleures traditions de votre terre d’Afrique et à la culture de votre peuple dont vous gardez avec enthousiasme la vitalité.

Je souhaite aussi que mon séjour soit pour vous l’occasion de renouveler votre engagement à servir vos compatriotes, notamment dans les domaines de l’enseignement, de la santé, du développement et de la promotion humaine, à l’exemple du Christ qui a aimé sa patrie.

6. Au terme de cette adresse, Monsieur le Président, laissez–moi vous redire ma gratitude pour vos souhaits de bienvenue et vous remercier vivement des dispositions que vous avez prises pour faciliter ma visite pastorale. Je prie le Très-Haut de bénir ceux que leurs responsabilités ont mis au service de la nation et d’accorder en abondance ses bienfaits à tout le Peuple Sénégalais.


[1] Patrum Conciliarium Nuntii quibusdam hominum ordinibus dati, Oecumenicae Synodi tempore exeunte, die 8 dec. 1965: AAS 58 (1966) 8-18.

 

© Copyright 1992 - Libreria Editrice Vaticana

 

top