The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE AU SÉNÉGAL, EN GAMBIE ET EN GUINÉE

CÉRÉMONIE DE CONGÉ

DISCOURS DE JEAN-PAUL II

Aéroport «Gbessia» de Conakry (Guinée)
Mardi, 25 février 1992

 

Monsieur le Président,
Chers Frères dans l’épiscopat,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis de Guinée,

1. Voici venu le terme d’un voyage qui, pour la huitième fois, m’a conduit sur la terre d’Afrique que j’apprends à connaître et à aimer toujours davantage.

Monsieur le Président, j’ai été sensible aux paroles que vous venez de m’adresser. C’est à vous que j’exprime tout d’abord mes remerciements, ainsi qu’à Madame Henriette Conté. En cet instant, marqué par l’émotion et par quelque nostalgie, mais qui fait suite à de belles heures de joie partagée, je vous sais gré d’avoir tenu à m’accompagner.

Avec vous, je remercie également de leur présence les hautes Autorités du pays, Messieurs les membres du Gouvernement et des Corps constitués.

J’apprécie vivement la présence ce matin des membres du Corps diplomatique accrédité auprès de la Guinée qui sont venus m’accueillir et qui ont la courtoisie de prendre part à cette cérémonie de congé.

Au moment de quitter la Guinée je désire dire ma vive gratitude à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la réussite de mon séjour, en mettant leur énergie, leur expérience et leur dévouement au service d’une chaleureuse et généreuse hospitalité qui m’a beaucoup touché. Je dis un merci cordial aux personnels des services de sécurité qui ont travaillé efficacement au bon déroulement de cette visite. J’associe à ces remerciements les représentants des médias qui ont donné un large écho aux différents événements de cette belle journée.

2. À vous, mes chers Frères dans l’épiscopat, je tiens à dire aussi toute ma gratitude et ma grande satisfaction d’avoir pu passer quelque temps avec vous sur la terre de votre apostolat. C’est toujours une vraie joie pour le successeur de Pierre de rencontrer ses Frères du collège épiscopal, mais il est particulièrement heureux de leur rendre visite sur les lieux mêmes où ils vivent pour annoncer l’Évangile et servir l’Église. Avec les catholiques de Guinée, vous m’avez réservé un accueil qui traduisait bien l’affection et le respect que vous avez pour le Pape. De tout cela, soyez encore une fois vivement remerciés!

Il est sans doute trop tôt pour tirer les conclusions ou esquisser un bilan de ces deux journées si riches en événements. Pourtant, je garderai dans la mémoire de mon cœur les émouvantes rencontres avec les forces vives de l’Église de Guinée: les jeunes, les catéchistes, les personnes consacrées et les laïcs engagés, avec leurs pasteurs. Je souhaite que les baptisés, raffermis dans leur foi, vivent davantage encore dans la concorde et la communion fraternelle dont la source est en Dieu. Je leur redis volontiers les paroles de saint Paul: «Mes frères bien-aimés, soyez fermes, soyez inébranlables, prenez une part toujours plus active à l’œuvre du Seigneur, car vous savez que, dans le Seigneur, la peine que vous vous donnez ne sera pas stérile»[1].

3. Enfin, je forme le vœu que tous les habitants de Guinée, Chrétiens, Musulmans ou Animistes, s’efforcent de vivre dans la paix, dans l’unité, dans le respect des personnes et de leur dignité! Je les assure que je porterai devant Dieu leurs soucis et leurs espoirs.

Un adage ancien de la Ville de Rome, où je retourne, disait: «Que le salut du peuple soit la loi suprême». Je le reprends volontiers ici: que le bonheur, que le salut du peuple soit le but recherché avec persévérance par ceux et celles qui président aux destinées de la nation! Et que chaque citoyen ait le souci de faire fructifier ses talents, dans le respect des droits d’autrui, afin que progresse le bien-être de tous sur la voie d’un développement qui réponde aux aspirations des cœurs!

En vous renouvelant mes remerciements, Monsieur le Président, je vous souhaite de poursuivre heureusement votre haute mission.

Que Dieu bénisse la Guinée!


[1] 1 Cor. 15, 58.

 

© Copyright 1992 - Libreria Editrice Vaticana

top