The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
À M. HAMED EL ABED, NOUVEL AMBASSADEUR DE LA
RÉPUBLIQUE TUNISIENNE PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Jeudi, 9 janvier 1992

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Soyez le bienvenu en cette demeure, où j’ai la joie d’accueillir Votre Excellence à l’occasion de la présentation des Lettres qui L’accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République tunisienne près le Saint–Siège.
Je vous remercie vivement des aimables paroles que vous venez de m’adresser. Je suis sensible, en particulier, à votre évocation des efforts du Siège Apostolique en vue de faire prévaloir entre les hommes la paix et la justice. Ainsi que je le déclarais dans mon message pour la XXVe Journée mondiale de la paix, le 1er janvier 1992, les croyants sont particulièrement appelés, en raison de leur foi, «à être des messagers et des bâtisseurs de paix: comme les autres et plus que les autres, ils sont appelés à rechercher, avec humilité et persévérance, les réponses adéquates aux attentes de sécurité et de liberté, de solidarité et de partage, qui rapprochent les hommes, en ce monde devenu en quelque sorte plus petit». Il m’est agréable de vous entendre renouveler l’engagement du Gouvernement tunisien à promouvoir les mêmes idéaux, pour le bien de tous les membres de la famille humaine.

Votre présence en ces lieux, Monsieur l’Ambassadeur, manifeste l’estime qu’a votre nation pour les valeurs spirituelles; celles–ci, en effet, constituent le plus sûr fondement du développement de relations harmonieuses entre les peuples et pour l’édification d’une société toujours plus digne de l’homme.

Si l’Islam est la religion de l’État tunisien et de la grande majorité de la population, les lois de votre pays, avez–vous fait remarquer, garantissent le libre exercice de tous les cultes. Je vous en exprime ma satisfaction et je forme le vœu que les fidèles de l’Église catholique continuent à pouvoir exercer leurs activités propres, dans un dialogue constructif avec leurs frères et sœurs musulmans, comme aussi avec ceux et celles qui se réclament d’autres traditions spirituelles.

Je saisis l’occasion de cette rencontre pour adresser par votre intermédiaire, Monsieur l’Ambassadeur, un affectueux salut à la petite communauté catholique de Tunisie, héritière d’un passé chrétien prestigieux, qui témoigne généreusement et efficacement de sa foi au sein de la communauté nationale, dans une insertion respectueuse des croyances d’autrui, tissant des liens d’amitié avec les uns et les autres, et s’efforçant ainsi de favoriser la concorde et la bonne entente entre tous. Puissent–ils, dans un esprit de bon voisinage, continuer à apporter leur contribution à la recherche du bien commun! Puissent–ils, en particulier, poursuivre tout ce qui a été entrepris dans le domaine scolaire, en vue de promouvoir encore davantage le progrès culturel et le dialogue avec l’Occident!

En cette circonstance où ma pensée se tourne vers l’ensemble de vos compatriotes, je vous prierais de bien vouloir présenter mes salutations déférentes à Son Excellence Monsieur Zine El Abidine Ben Ali, Président de la République tunisienne. Je vous serais obligé de lui transmettre mes souhaits fervents pour l’heureux accomplissement de sa noble tâche. Je salue également les personnes qui collaborent avec lui dans le gouvernement de la nation et je demande à Dieu de bénir les initiatives entreprises sur la voie du développement, au bénéfice de tout le Peuple tunisien, pour qui, en ce début de l’An nouveau, je forme des vœux de bonheur et de prospérité.

Je me réjouis que votre présence ici, Monsieur l’Ambassadeur, raffermisse les liens existant entre votre pays et le Saint–Siège. Au moment où commence votre mission, je vous adresse mes souhaits sincères. Soyez assuré que vous trouverez toujours un accueil attentif et une compréhension cordiale auprès de mes collaborateurs.

Sur Votre Excellence, sur Monsieur le Président de la République, le Gouvernement et le Peuple tunisiens, j’invoque l’assistance du Très–Haut et l’abondance des bénédictions divines, afin que votre nation poursuive sa marche vers un progrès qui réponde toujours mieux aux aspirations de tous ceux qui vivent sur la terre de Tunisie.


*AAS 85 (1993), p. 52-54.

Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol. XV, 1 pp. 43-45.

L'Attività della Santa Sede 1992 p.21-22.

L’Osservatore Romano 10.1.1992 p.5.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.4 p.10.

© Copyright 1992 - Libreria Editrice Vaticana

 

top