The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
AUX RELIGIEUSES PARTICIPANT AU
CHAPITRE GÉNÉRAL DE L'INSTITUT DE LA
SAINTE-FAMILLE DE BORDEAUX

Samedi, 30 octobre 1993

 

Chères Sœurs,

 1. Au terme de votre Chapitre général, je suis heureux de vous accueillir, vous qui représentez les Sœurs de la Sainte-Famille de Bordeaux, répandues dans de nombreux pays du monde. Je salue particulièrement Sœur Joy Smith qui vient d’être élue Supérieure générale, ainsi que les membres du Conseil, et je les assure de mes vœux et de ma prière pour l’accomplissement de leur charge.

Ces tout derniers jours, vous avez célébré le deuxième centenaire de la mort du vénérable Pierre-Bienvenu Noailles, votre fondateur. Je partage votre joie et votre action de grâce, car les intuitions spirituelles et apostoliques de ce serviteur de Dieu n’ont cessé de produire des fruits abondants dans les diverses branches qui constituent ce qu’il avait lui-même nommé l’Association de la Sainte-Famille.

2. Vous gardez de votre fondateur une spiritualité très vigoureuse, liée à sa propre expérience spirituelle qu’il a bien su transmettre. Dès le temps du séminaire, il s’était voué à « Dieu seul »; il notait ainsi sa prière: « Vous seul êtes la voie et le bonheur. Enveloppez-moi de Vous-même. Que je ne voie plus que Vous... Que je ne vive plus que pour Vous »[1]. Il découvrait en Dieu « cette vie du cœur qui est un amour immense »[2], ce qui lui faisait entrevoir la richesse du Mystère trinitaire, reflété dans la sainte Famille de Nazareth, puis dans l’Eglise.

La profondeur de la vie intérieure des membres de la Sainte-Famille allait être le véritable point d’appui des fondations du Père Noailles. Dans « l’esprit de Dieu seul », dans l’imitation des vertus de Jésus, de Marie et de Joseph, vous trouvez, aujourd’hui comme hier, la véritable source de votre consécration au service de Dieu et de votre apostolat. La règle de 1844 disait déjà: « Les Sœurs de la Sainte-Famille... seront comme les Apôtres, dévorées du désir de faire aimer Notre Seigneur et d’étendre son Règne de toutes parts ». Les travaux approfondis que vous avez menés toutes ces dernières années, en lien avec le Saint-Siège, confirment votre fidélité au charisme fondateur de votre institut et favoriseront, j’en suis convaincu, son rayonnement.

3. Cette rencontre me donne l’occasion de vous exprimer la gratitude de l’Eglise pour tout ce que vous apportez en prenant votre part de sa mission d’évangélisation. Je sais que vos communautés agissent sur les cinq continents, et particulièrement dans des régions éprouvées par la pauvreté et par des conflits difficiles à résoudre. Dans ces conditions, votre témoignage et votre dévouement actif prennent d’autant plus d’importance, et, en filles de la Sainte-Famille, vous êtes de précieuses artisanes de paix et de réconciliation.

Je tiens aujourd’hui à vous dire la confiance de l’Eglise et je vous encourage à demeurer unies avant tout par l’amour de Dieu, afin de poursuivre votre apostolat ecclésial. Dans ce sens, veillez à la qualité de la formation des jeunes femmes qui vous rejoignent, en les ouvrant à une vie spirituelle intense, dans la communion de l’Eglise, pour un zèle missionnaire si nécessaire devant les attentes des hommes et des femmes de notre temps.

4. Me souvenant que votre fondateur vous invite à prolonger l’invocation à « Dieu seul » dans la devise « Tout par Marie», je confie particulièrement les Sœurs de la Sainte-Famille, dans la vie apostolique ou dans la vie contemplative, à la Mère du Seigneur. Qu’elle vous précède sans cesse dans votre pèlerinage de foi et les œuvres dont vous avez la charge! Qu’elle suscite et soutienne des vocations, nécessaires pour la vitalité de votre Institut et pour son service ecclésial!

De grand cœur, je vous accorde ma Bénédiction Apostolique que j’étends à toutes vos Sœurs et à toutes les personnes qui vous sont associées.


[1] Pierre-Bienvenu Noailles, Notes d'Issy, 1817.

[2] Ibid.

 

© Copyright 1993 - Libreria Editrice Vaticana

 

top