The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À S.E. MADAME MADINA LY-TALL
, NOUVEL AMBASSADEUR
DE LA RÉPUBLIQUE DU MALI PRÈS LE SAINT-SIÈGE
À L'OCCASION DE LA PRÉSENTATION
DES LETTRES DE CRÉANCE*

 Jeudi 13 janvier 1994

 

Madame,

C’est pour moi une grande joie d’accueillir Votre Excellence à l’occasion de la présentation des Lettres qui l’accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Mali près le Saint-Siège.

Je vous remercie vivement, Madame, des aimable paroles que vous venez de m’adresser et auxquelles j’ai été très sensible. Ma pensée se porte en premier lieu vers S. Exc. M. Alpha Oumar Konaré, Président de la République du Mali: je vous serais obligé de lui présenter mes salutations déférentes et de l’assurer de mes suffrages auprès de Dieu pour l’heureux accomplissement de sa mission au service du peuple malien, dont le chaleureux accueil à Bamako au début de l’année 1990 est toujours vivant dans la mémoire de mon cœur. Egalement, je salue les personnes engagées avec lui dans la délicate construction d’une société malienne toujours plus fraternelle, qui réponde aux justes aspirations de vos compatriotes. Bien volontiers, je demande au Seigneur de bénir les efforts de tous pour l’édification d’un Mali solide et prospère, dans une paix raffermie et stable.

Votre présence en ces lieux témoigne du respect de votre nation pour les valeurs spirituelles et religieuses: je ne doute pas que votre mission, officiellement inaugurée en ce jour, contribue à renforcer les liens existant entre le Mali et le Saint-Siège.

Dans votre discours, vous avez fait allusion, Madame, aux efforts du Siège Apostolique en faveur des déshérités et à son engagement dans le monde pour l’établissement d’une concorde durable entre les hommes: je vous en sais gré. Puisse une fructueuse action commune des chrétiens et de leurs compatriotes se développer, au bénéfice de tous nos frères et sœurs, en particulier à l’égard des faibles et des nécessiteux vers lesquels, en premier lieu, doit s’exercer notre compassion, en disciples d’un Dieu que nous aimons invoquer sous le vocable de miséricordieux!

Egalement, il m’a été agréable de reconnaître, à travers vos propos, l’estime en laquelle est tenue la personne humaine dans votre culture: « La principale richesse du Mali, . . . ce sont les hommes qui le composent », dites-vous. En effet, héritiers de talents qui enrichissent leur identité et qu’ils doivent faire fructifier, les Maliens sont appelés à être les artisans de leur propre développement et à préparer un avenir plus sûr pour leurs enfants, dans une disposition permanente à communiquer à autrui le meilleur d’eux-mêmes.

Vous avez bien voulu évoquer aussi la contribution de l’Eglise catholique à la formation des consciences, notamment par l’école. Soyez assurée que, stimulés par le dynamisme de leur foi chrétienne, pasteurs et fidèles demeureront disposés à œuvrer au progrès du pays, en s’associant fraternellement à leurs concitoyens.

Vous me permettrez, Madame, d’adresser par votre intermédiaire un salut affectueux à tous les membres de la petite communauté catholique malienne, avec lesquels j’ai eu la joie de célébrer les saints mystères sur leur propre sol, au cours de la visite pastorale que j’évoquais au début de mon discours. Je les invite à être de dynamiques témoins de l’Evangile, dans le respect des croyances d’autrui, et à tisser des liens d’amitié avec les uns et les autres, en s’efforçant de promouvoir la bonne entente au quotidien, pour le bien de leur patrie. Je souhaite qu’un tel dialogue, toujours plus constructif, se développe entre eux et leurs compatriotes musulmans, ainsi qu’avec ceux qui appartiennent à d’autres confessions ou qui pratiquent les religions africaines traditionnelles.

Alors que commence votre mission, je vous offre mes vœux les meilleurs et je vous assure que vous trouverez toujours ici une aide attentionnée et cordiale auprès de ceux qui, à mes côtés, s’emploient au service de la communauté internationale.

Sur Votre Excellence, sur Monsieur le Président de la République du Mali, sur les personnes qui président avec lui aux destinées de la nation ainsi que sur tout le peuple malien, j’invoque de grand cœur l’abondance des bienfaits du Très-Haut.


*Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol. XVII, 1 p.93-95.

L’Attività della Santa Sede 1994 p. 37-38.

L'Osservatore Romano 14.1.1994 p.7.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.4 p.9.

 

© Copyright 1994 - Libreria Editrice Vaticana

 

top