The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
AUX ÉVÊQUES DES PAYS DE MISSION PARTICIPANT À UN
SÉMINAIRE DE RECYCLAGE THÉOLOGIQUE-PASTORAL

Jeudi 24 novembre 1994

.

Monsieur le Cardinal,
Chers frères dans l’épiscopat
,

Je vous remercie très vivement du message que vous venez de m’adresser et, en particulier, du filial attachement dont il est l’expression fidèle, de la part d’Evêques de jeunes Eglises, réunis pour ces trois semaines de réflexion sur le ministère épiscopal.

Je suis profondément heureux d’avoir cette occasion de vous exprimer mon affection et mon estime à vous qui êtes pasteurs dans des territoires où l’évangélisation est active, et je souhaite que cette rencontre soit pour tous un encouragement et un soutien dans l’espérance apostolique qui vous anime. Je sais que vous accomplissez votre ministère dans des conditions difficiles; plusieurs d’entre vous appartiennent à des Eglises éprouvées. Vous devez rassembler dans la foi au Christ des hommes trop souvent divisés, les unir dans la charité et promouvoir l’annonce de l’Evangile, dont l’urgence apparaît si clairement au seuil du troisième millénaire.

C’est la raison pour laquelle vous avez accepté de consacrer trois semaines à une réflexion méthodique sur votre ministère dans une Eglise en croissance et dans un monde en transformation rapide et profonde. Je remercie la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples d’avoir organisé avec soin ce « recyclage » pastoral si opportun. Veuillez exprimer ma gratitude à tous ceux qui ont collaboré à cette session, avec compétence et dévouement. Je souhaite que cette initiative soit suivie d’autres « séminaires » pour les Evêques appartenant à des contextes linguistiques différents.

Evêques de jeunes Eglises, vous repartez dans vos diocèses avec une conscience plus claire encore de la charge lourde, mais exaltante qui est vous confiée. Sachez que le Bon Pasteur est toujours avec vous et que l’Esprit Saint vous accompagne.

«Perfector» de son peuple, l’Evêque a une mission de sanctification, en allégeance à l’Esprit. Dans la communion ecclésiale universelle, l’Eglise diocésaine est présence du Christ et reflète son visage par la sainteté et l’unité de ses membres. Il faut annoncer le Christ; il faut le révéler par la qualité de la vie chrétienne. Jésus a demandé que ses disciples soient un « afin que le monde croie »[1]: sainteté des familles, appelée à grandir au cours de cette année qui leur est consacrée; sainteté des religieux et des religieuses, dont le récent Synode sur la vie consacrée a montré le chemin; sainteté des prêtres, dans une fidélité pleine d’amour à leur ordination, sans laquelle leur ministère perd de sa fécondité; sainteté des communautés chrétiennes, sans laquelle la mission serait vaine.

L’Evêque est maître dans la foi: sa première fonction est d’annoncer la Parole de Dieu à tous les hommes et de conduire à une intelligence toujours plus profonde et plus claire du Christ et de toute chose dans sa lumière. Il doit veiller à l’authenticité de la foi et de son annonce. A l’heure d’une « nouvelle évangélisation » dans de vastes espaces socio-culturels autant que géographiques, où le Christ est encore ignoré ou méconnu, l’évangélisation des individus et des groupes se révèle singulièrement urgente.

Vos jeunes Eglises sont très vivantes: la beauté intense des célébrations liturgiques, les engagements des chrétiens en sont des signes manifestes; cependant, beaucoup d’entre elles ont à affronter les obstacles des sectes ou, en ce qui concerne l’Afrique surtout, à poursuivre un dialogue difficile avec un islam en expansion. Face à ces défis, vous continuez à construire l’Eglise du Christ, mystère de son Corps, communion dans son amour, mission au cœur du monde. Vous le faites avec la coopération du presbyterium, étroitement uni à son Evêque, de même qu’avec les fidèles laïcs conscients de leur vocation dans l’Eglise et de leur mission dans le monde. Ne vous lassez pas, même devant des lenteurs, des résistances et des oppositions! Vous avez réfléchi aux exigences de la formation des prêtres, vos collaborateurs les plus proches dans le service de l’Eglise et de l’Evangile. Gardez ce souci, portez-le ensemble; restez très attentifs à la qualité spirituelle de la formation donnée dans vos séminaires, au cœur de vos Eglises. Le monde qui naît a besoin de la compétence, mais plus encore de la sainteté des prêtres, signes vivants et manifestes de l’amour du Christ Pasteur.

Vous avez réfléchi ensemble; des liens d’amitié se sont tissés entre vous. Restez proches dans la prière, engagés dans la même œuvre apostolique au sein du Collège épiscopal, poursuivant une recherche commune des « voies de l’Evangile », en relation très ouverte et confiante avec le successeur de Pierre, qui lui-même tient à rester proche de tous ceux qui portent la charge des Eglises de Dieu.

Comme expression de cette confiance et en gage d’espérance enracinée dans la foi au Christ et en son Esprit, je vous donne très volontiers ma Bénédiction Apostolique.


[1] Io. 17, 21.

 

 

© Copyright 1994 -  Libreria Editrice Vaticana

 

top