The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE APOSTOLIQUE
AU CAMEROUN, AFRIQUE DU SUD ET KENYA

CÉRÉMONIE DE BIENVENUE

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II

Aéroport international de Nsimalen à Yaoundé (Cameroun)
Jeudi 14 septembre 1995

 

Monsieur le Président de la République,
Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement et des Corps constitués,
Mesdames, Messieurs les Membres du Corps Diplomatique,
Messieurs les Cardinaux, chers Frères dans l’Épiscopat,
Chers amis Camerounais,

1. C’est avec une grande satisfaction que je retrouve la terre d’Afrique dans votre beau pays du Cameroun. Je vous remercie vivement, Monsieur le Président, de votre accueil et de vos paroles. Ma gratitude va aussi aux nombreuses personnalités camerounaises et aux membres du Corps Diplomatique qui ont tenu à honorer de leur présence cette cérémonie d’accueil.

Mon arrivée dans votre pays ravive en moi les précieux souvenirs de ma visite pastorale d’il y a dix ans, en plusieurs régions du Cameroun, ce pays si attachant par la diversité de ses paysages et surtout de ses populations riches de leur antique héritage culturel.

Je désire adresser à tous les Camerounais un salut chaleureux et leur dire mon estime et mes vœux pour la prospérité de la nation et pour l’épanouissement humain et spirituel de tous, dans la concorde et la paix. Et ma pensée se porte vers tous les peuples d’Afrique; je tiens à leur dire, dès ces premiers instants de ma visite, que je considère comme irremplaçables leur présence dans le monde et leur rôle dans la communauté internationale. Leur avenir me tient à cœur et je puis les assurer que l’Église catholique les respecte, dans la diversité de leurs traditions culturelles et religieuses, et qu’elle ne cessera d’appeler les nations du monde à se montrer concrètement solidaires à l’égard d’un continent trop souvent défavorisé au cours de l’histoire de ces derniers siècles.

Ne pouvant oublier les deuils et les conflits qui blessent de nombreux pays, je forme pour tous les Africains des vœux ardents pour qu’ils retrouvent la paix et pour qu’ils sachent pratiquer la réconciliation, pour que les droits humains de tous soient garantis dans la justice et le respect de la dignité de chacun, pour que les plus démunis, notamment les malades et les réfugiés, reçoivent l’assistance fraternelle qu’ils attendent.

2. Ce nouveau voyage que j’effectue en Afrique a pour principal objet la célébration solennelle du Synode pour l’Afrique dont la session de travail s’est déroulée à Rome l’an dernier. Par ma présence et celle des Cardinaux et des Évêques qui m’entourent, l’Église universelle entend saluer les jeunes Églises d’Afrique qui parviennent à une vraie maturité, et encourager les fidèles de ce continent pour la mission qu’ils portent en commun avec les disciples du Christ dans le monde entier: une mission au service de l’humanité appelée à accueillir la Bonne Nouvelle du salut, afin d’avancer vers la civilisation de l’amour à laquelle tous aspirent.

En saluant les Évêques qui représentent ici les épiscopats de 29 pays du continent, c’est aux fidèles de toutes les Églises particulières d’Afrique que je voudrais adresser le salut du Successeur de Pierre, et leur exprimer la reconnaissance de toute l’Église pour ce qu’ils lui apportent, pour leur ardeur dans la foi, leur courage dans les épreuves, leur constance dans l’espérance, leur joie dans la charité.

C’est avec plaisir que j’adresse aussi un salut cordial aux représentants des autres communautés chrétiennes, de l’Islam et de la religion traditionnelle africaine. Je leur sais gré d’avoir tenu à s’associer à cette cérémonie d’accueil, qui prélude à un événement marquant pour leurs compatriotes catholiques.

3. My greetings also go to the English-speaking people of Cameroon and of other countries of Africa who have joined us today. The African Synod is an expression of the maturity of the Catholic Church in Africa and a call to proclaim the Gospel with ever greater fervour. May the Synod inspire in everyone a fuller appreciation of Africa’s immense spiritual resources and build understanding, co-operation and friendship among all committed to the future of this Continent.

4. Très spécialement, je voudrais dire mon affection à l’Église catholique qui est au Cameroun. Je salue les Pasteurs qui sont venus à ma rencontre; je les remercie de m’accueillir et d’accueillir un grand nombre de membres du Synode. J’offre aux prêtres et aux diacres, aux religieux et aux religieuses, aux catéchistes et à tous les laïcs, mes souhaits cordiaux et mes encouragements. Je pense en ce moment à vos diocèses, à vos paroisses, à vos diverses communautés, à vos écoles, à vos œuvres d’entraide, qui témoignent de la vitalité de l’Église fondée sur cette terre voici à peine plus d’un siècle. Je souhaite que vous demeuriez avec désintéressement au service de vos frères, comme le demande l’Évangile. Et je souhaite que votre place dans la société camerounaise soit toujours mieux reconnue; ainsi, j’espère que les familles auront la possibilité d’assurer dans les meilleures conditions l’éducation générale et l’éducation religieuse de leurs enfants dans l’école de leur choix, que les jeunes bénéficieront de la formation professionnelle qui leur permettra d’entrer dans la vie active; j’apprécie aussi les efforts déployés par les membres de l’Église pour animer des centres de santé ouverts à leurs compatriotes malades de toutes religions.

Je tiens à vous dire que je partage votre inquiétude devant l’insécurité et la violence subies par certains d’entre vous. Parmi eux, j’évoque avec émotion la mémoire de Monseigneur Yves Plumey, ancien archevêque de Garoua, ce pasteur vénéré qui avait tant fait pour l’Église au nord du Cameroun, assassiné il y a quatre ans dans des circonstances encore inexpliquées. Que le don de ces vies généreuses soit fécond, comme le grain tombé en terre!

Les catholiques du Cameroun, je le sais, désirent sincèrement participer à la vie nationale en œuvrant pour le bien commun. Il est satisfaisant de voir confirmer par l’État la valeur de certaines de leurs initiatives, comme le montre l’accord récent pour la reconnaissance des diplômes délivrés par l’Institut catholique de Yaoundé. Je vois là un signe positif de la collaboration naturelle entre les catholiques et tous ceux qui composent la nation, dans le respect mutuel des convictions différentes et de la liberté de conscience et de religion.

5. Monsieur le Président, je suis heureux de voir votre pays accueillir la première étape des célébrations du Synode, grâce à l’invitation que vous m’avez adressée. Je vous remercie encore de votre accueil et des dispositions que vous avez bien voulu prendre pour faciliter mon séjour dans la capitale du Cameroun.

Que Dieu bénisse le Cameroun!

Que Dieu bénisse l’Afrique tout entière!

 

© Copyright 1995 - Libreria Editrice Vaticana

 

top