The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DE JEAN-PAUL II
AUX PARTICIPANTS AU CHAPITRE GÉNÉRALE
DES SŒURS DE SAINT-PAUL DE CHARTRES

Salle des Suisses, Palais pontifical de Castelgandolfo
Samedi 30 septembre 1995

 

1. Vous voici à Rome pour y tenir votre Chapitre général et, au cours de cette période importante de la vie de votre Congrégation, vous avez demandé à me rencontrer afin de manifester votre attachement au Successeur de Pierre. C’est avec grande joie que je vous reçois!

Dans la personne des capitulantes, ce sont les quatre mille Sœurs de Saint-Paul de Chartres que j’aperçois. Avec vous, c’est un peu comme si l’ensemble des cinq continents était d’un seul coup présent. Sur chacun d’entre eux, en effet, vos grandes aînées ont fondé des maisons pour répondre à tous les appels qui leur ont été lancés depuis trois siècles. Car tel est l’anniversaire que vous célébrez cette année: 300 ans se sont écoulés depuis le jour où Marie-Anne de Tilly et l’Abbé Louis Chauvet, poussés par l’Esprit et émus par les détresses qu’ils côtoyaient quotidiennement dans les villages d’Ile-de-France, décidèrent de consacrer toutes leurs forces au service des plus pauvres.

2. Comment ne pas rendre grâce au Seigneur pour la splendeur de son action? C’est lui qui donne la croissance et l’être. Nous sommes toujours dans sa main. Lorsque nous agissons, c’est lui qui nous guide pour nous mener vers le Royaume. Comme le dit la préface des saints, lorsqu’il couronne leurs mérites, il couronne ses propres dons. Si l’on regarde l’œuvre accomplie par vos fondateurs, comment ne pas être émerveillé de la générosité qu’ils ont déployée, de l’efficacité qu’ils ont manifestée, de la persévérance dont ils ont fait preuve? Mais comment aussi ne pas voir que c’était Dieu qui leur permettait d’agir ainsi et qui voulait se servir d’eux «pour sa gloire et pour le salut du monde»?

3. «Je peux tout en celui qui me rend fort»[1]. Il est bon de rappeler cette parole de votre saint patron lorsque l’on fait mémoire de l’œuvre accomplie jusqu’ici. Oui, depuis trois siècles, vos Sœurs, implantées progressivement sur les cinq continents, ont su méditer et mettre en pratique les paroles du Christ au cours de la sainte Cène: «Sans moi, vous ne pouvez rien faire»[2]. Sans Celui à qui vous avez donné votre vie, votre témoignage serait vide, votre engagement, sans valeur, votre vie, sans signification. Mais, grâce à votre détermination, grâce à votre observance fidèle des trois conseils évangéliques de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, vous êtes devenues des Sœurs de Jésus Christ, tout entières données à Celui dont vous avez un jour entendu l’appel sans repentance: «Viens, je comblerai les désirs de ton cœur».

4. Poursuivez sans relâche votre effort d’évangélisation, dans les divers lieux où vous le soutenez déjà. Dans l’annonce directe de la Bonne Nouvelle par la catéchèse des enfants, des jeunes et des adultes, rien ne doit être négligé pour faire savourer la Parole de Dieu. Saint Paul fut peut-être le plus grand catéchiste de tous les temps. Il vous donnera la force d’être des témoins authentiques, «à temps et à contretemps»[3]. Vous connaissez et vous méditez les paroles de feu qui brillent dans ses lettres: «Je n’ai voulu connaître que Jésus Christ et Jésus Christ crucifié»[4], ou encore: «Pour moi, vivre c’est le Christ»[5]. Chères Sœurs, le Christ crucifié et ressuscité, le Seigneur de gloire, vous accompagnera et vous guidera lui-même en faisant de vous des apôtres des temps modernes pour tous ceux et toutes celles qui seront mis sur votre chemin.

5. Poussées par la foi à annoncer la foi, vous êtes aussi mues par la charité du Seigneur à pratiquer l’amour de vos frères et sœurs. Je veux saluer ici l’ensemble des œuvres caritatives dans lesquelles vous vous donnez avec autant de générosité que de compétence et d’efficacité. Vos fondateurs avaient longuement médité sur la phrase du Christ qui est la clef de l’action chrétienne: «Tout ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait»[6]. Je reprends volontiers ces paroles devant vous au cours de ce chapitre général. Dans chacune de vos maisons d’abord, puis autour de vous, donnez la première place à la charité fraternelle, celle qui permet de reconnaître les disciples du Christ. Ecoles, hôpitaux, dispensaires, cliniques, foyers d’accueil pour les sans-abri, il n’est aucun lieu où la charité ne puisse se déployer, où le visage du frère ne puisse évoquer celui du Seigneur. Trois cents ans de pratique de la charité vous donnent une force inouïe pour continuer à être, dans l’humilité et dans la joie de la vie donnée, ces apôtres de l’amour dont notre monde a tant besoin.

6. Chartres, Cayenne, la Guadeloupe et la Martinique, Hong-Kong, Madagascar, Bornéo, la Corée, le Viêt-Nam, la liste est longue des pays et des villes où vous avez pris pied pour y faire des fondations. Devant vous, Sœurs bien-aimées, s’ouvre un vaste champ d’action. Le monde entier, comme je le disais pour commencer, est une seule terre de mission. Et vous y êtes les servantes du Semeur, les amies de l’Epoux que le Maître trouvera éveillées à son retour. Je vous remercie du témoignage que vous avez donné jusqu’ici et je vous encourage à le poursuivre sans relâche, dans la confiance au Christ Sauveur qui redit chaque jour à tout chrétien: «N’ayez pas peur, j’ai vaincu le monde!»[7]. Que saint Paul soit votre compagnon d’armes, lui, l’athlète du Christ qui jusqu’au bout «combattit le bon combat»[8]! Que Marie, Mère du Rédempteur, vous guide vers les plus pauvres, les plus démunis, tous ceux qui vous attendent et n’osent lever la tête! Soyez certaines que le Pape compte sur vous et qu’il vous accompagne dans votre noble mission, au service du Christ et de l’Eglise!

Pour que le Seigneur vous soutienne dans votre vie religieuse et dans votre action, je vous donne de grand cœur ma Bénédiction Apostolique et je l’étends à toutes vos Sœurs, à vos familles et à toutes les personnes qui vous sont confiées.


[1] Phil. 4, 13.

[2] Io. 15, 5.

[3] 2 Tim. 4, 2.

[4] 1 Cor. 2, 2.

[5] Phil. 1, 21.

[6] Matth. 25, 40.

[7] Io. 16, 33.

[8] 2 Tim. 4, 7.


 

© Copyright 1995 - Libreria Editrice Vaticana

 

top