The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
À S.E. M. PIERRE-MICHEL NGUIMBI,
NOUVEL AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE
DU CONGO PRÈS LE SAINT-S
IÈGE*

Jeudi 12 décembre 1996

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Soyez le bienvenu au Vatican, où j'ai le plaisir d'accueillir Votre Excellence à l'occasion de la présentation des Lettres qui l'accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Congo auprès du Siège apostolique.

Je vous remercie de m'avoir transmis les salutations de Son Excellence Monsieur le Président Pascal Lissouba, avec qui j'ai eu l'occasion de m'entretenir dans cette maison le 12 novembre dernier. Je vous saurai gré de bien vouloir lui transmettre les vœux que je forme pour sa personne et pour l'accomplissement de sa tâche au service de son peuple. Je salue également avec cordialité le peuple congolais et ses dirigeants, et je prie Dieu de bénir les efforts de tous pour l'édification d'une société toujours plus fraternelle et prospère.

C'est avec satisfaction que je reçois ce que vous dites des progrès accomplis par votre pays sur les chemins du développement et de la démocratie dans la concorde nationale. Les défis auxquels la nation est affrontée sont encore nombreux et difficiles. Je souhaite vivement que, grâce au sens aigu de la solidarité et de la vie communautaire, qui sont des valeurs profondes de la culture africaine, les obstacles et les résistances à la recherche du bien commun soient rapidement levés. Je forme encore le vœu que les blessures qui, il y a quelques années, ont meurtri le pays se referment vraiment et qu'un climat de paix sociale et de confiance réciproque s'affermisse entre tous les membres et toutes les composantes de la nation, pour que les prochaines échéances électorales se déroulent dans la sérénité. Ce sera un bienfait pour tous que s'instaure une vie collective pacifiée, où toutes les animosités seront dépassées, les convictions de chacun respectées et la compréhension entre les groupes affermie, dans la sage utilisation des différences dues à l'ethnie, aux traditions ou aux langues, qui ne seront plus perçues comme une menace. Vous y avez fait allusion, Monsieur l'Ambassadeur, une bonne gestion des affaires de la nation requiert des hommes intègres et d'abord soucieux de servir leur peuple. L'Église souhaite ardemment que ceux qui ont des responsabilités dans la conduite de la chose publique mettent toujours le bien de l'homme et de la collectivité au centre de leurs préoccupations. J'espère aussi que de meilleures relations socio-politiques entre les nations permettront un développement de la coopération internationale afin de soutenir les efforts des pays les plus défavorisés dans leur lutte pour assurer à leurs peuples des conditions de vie satisfaisantes et une sécurité effective. Comme je le disais dans l'Exhortation apostolique « Ecclesia in Africa » « le fruit de la solidarité est la paix » [ Ioannis Pauli PP. II Ecclesia in Africa, 138].

Votre accréditation auprès du Saint-Siège, en qualité d'Ambassadeur, témoigne de l'estime et de l'ouverture de votre nation aux motivations d'ordre spirituel. Vous avez largement mentionné leur importance dans l'édification de la nation. Je ne doute pas que la mission que vous inaugurez officiellement aujourd'hui, contribuera à approfondir les liens qui unissent le Congo et le Siège apostolique. Celui-ci, pour sa part, a voulu les promouvoir et les favoriser par la récente nomination d'un Représentant pontifical permanent à Brazzaville.

Dans votre courtoise allocution, Monsieur l'Ambassadeur, vous avez fait allusion à la place de l'Église dans l'éducation des consciences aux valeurs d'amour, de respect, de liberté et de justice. La mission de l'Église, en effet, est de porter aux hommes le message de paix et de fraternité qu'elle a reçu de son Fondateur. Comme l'a souligné la récente Assemblée spéciale pour l'Afrique du Synode des Évêques, « l'Église avance avec les hommes et vit dans une solidarité totale et intime avec leur histoire » [Ioannis Pauli PP. II Ecclesia in Africa, 68]. Les catholiques ne peuvent donc négliger les graves questions qui se posent aujourd'hui au continent africain dans le domaine de la justice, du développement et de la paix. Ils ont le devoir de participer pleinement à l'édification d'une société juste et pacifique, à la mesure des moyens dont ils disposent. Ainsi, au Congo, les pasteurs et les fidèles ont apporté une contribution précieuse à la cause de la démocratie et ils ne manqueront pas, dans l'avenir de collaborer, loyalement et cordialement, avec ceux qui ont à cœur le vrai bien du pays, dans le combat pour la dignité humaine et l'épanouissement matériel et spirituel de tous. De tels engagements visent l'homme tout entier, dans toutes ses dimensions, en donnant une place centrale à l'ouverture de la personne et des sociétés vers l'absolu de Dieu. Pour l'Église, annoncer le Christ c'est révéler à l'homme sa dignité inaliénable, car cette dignité lui vient de Dieu lui-même qui a créé la personne humaine à son image et à sa ressemblance.

À travers votre personne, Monsieur l'Ambassadeur je voudrais saluer avec affection les membres de la communauté catholique congolaise. Je les encourage à vivre toujours davantage dans la communion fraternelle et à être au milieu de leurs frères de véritables témoins de l'Évangile du Christ. Unis à leurs pasteurs, qu'ils s'efforcent avec courage de manifester généreusement l'universalisme de l'amour du Christ qui surpasse les barrières des solidarités humaines, signifiant par là l'unité de la famille humaine libérée des clivages anciens. Les chrétiens sont appelés à aller par amour vers chaque être humain, comme le leur enseigne le Seigneur. Je les invite aussi à travailler ardemment avec tous leurs compatriotes à faire disparaître les causes de divisions et à faire grandir une société toujours plus prospère et plus unie.

Au moment où vous commencez votre mission près du Saint-Siège, je vous offre mes meilleurs vœux. Soyez assuré que vous trouverez toujours ici un accueil attentif et une compréhension cordiale auprès de mes collaborateurs.

Sur Votre Excellence, sur le peuple congolais et sur ses dirigeants, j'invoque de grand cœur l'abondance des Bénédictions divines.


*Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol.  XIX, 2 p.974-977.

L'Osservatore Romano.  13.12. 1996 p.6.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.52 p.3.

 

© Copyright 1996 -  Libreria Editrice Vaticana

 

top