Prière en la solennité de l'Immaculée Conception - Place d'Espagne, 8 décembre 1998
The Holy See
back up
Search
riga

PRIÈRE DU PAPE JEAN-PAUL II
POUR LA SOLENNITÉ DE L'IMMACULÉE CONCEPTION
DE LA B
IENHEUREUSE VIERGE MARIE

Place d'Espagne,
Mardi 8 décembre 1998

1.Ô Marie!
Nous voici à nouveau à tes pieds,
le jour où nous célébrons
ton Immaculée Conception,
et nous te supplions,
en tant que fille bien-aimée du Père,
afin que, au cours de cette dernière année
de préparation,
au grand Jubilé de l'An 2000,
tu nous enseignes à marcher unis
vers la maison paternelle,
pour que l'humanité
ne forme qu'une seule famille.

2.Ô Marie!
Dès le premier instant de l'existence,
tu as été préservée du péché originel,
en vertu des mérites de Jésus,
dont tu devais devenir la Mère.
Sur toi le péché
et la mort n'ont pas de pouvoir.
Du moment même
où tu as été conçue,
tu as joui
du privilège singulier d'être comblée
de la grâce de ton Fils béni,
pour être sainte comme Il est saint.
C'est pourquoi le messager céleste,
envoyé pour annoncer
le dessein divin,
s'adressa à toi en te saluant:
«Réjouis-toi,
comblée de grâce» (Lc 1, 28).
Oui, ô Marie,
tu es la comblée de grâce,
tu es l'Immaculée Conception.
En toi s'accomplit la promesse
faite à nos ancêtres,
évangile primordial de l'espérance,
à l'heure tragique de la chute:
«Je mettrai une hostilité
entre toi et la femme,
entre ton lignage
et le sien» (Gn 3, 15).
Ton lignage, ô Marie,
est le Fils béni de ton sein Jésus.
Agneau immaculé qui a pris sur lui
le péché du monde, notre péché.
Ton Fils, ô Mère, t'a préservée,
pour offrir à tous les hommes
le don du salut.
C'est pourquoi,
de génération en génération,
les rachetés ne cessent de te répéter
les paroles de l'Ange:
«Réjouis-toi, comblée de grâce,
le Seigneur est avec toi» (Lc 1, 28).

3.Ô Marie!
De l'Orient à l'Occident, dès le début,
le Peuple de Dieu professe avec foi
que tu es la toute pure,
la toute sainte,
la Mère insigne du Rédempteur.
Les Pères de l'Eglise l'attestent unanimes,
les pasteurs, les théologiens,
et les plus grands confesseurs de la foi
le proclament.
En 1854, mon vénéré prédécesseur,
le Pontife Pie IX, reconnut officiellement
la vérité de ton privilège.
En souvenir éternel de cet événement,
fut érigée ici,
au
cœur de Rome,
cette colonne,
d'où tu veilles maternellement
sur la Ville.

Depuis, chaque année,
en cette fête solennelle,
l'Eglise et la ville de Rome avec son Evêque
viennent ici, sur la Place d'Espagne,
pour t'honorer,
signe d'espérance certaine pour tous les hommes.
A travers cet acte de vénération annuel
nous professons vouloir revenir
au dessein originel et éternel
de notre Créateur et Père,
et nous répétons avec l'Apôtre Paul:
«Béni soit le Dieu et Père
de notre Seigneur Jésus-Christ [...]
C'est ainsi qu'Il nous a élus en lui,
dès avant la création du monde,
pour être saints et immaculés
en sa présence» (Ep 1, 3-4).

4.Ô Marie!
Tu es le témoin
de cette élection originelle.
Guide-nous, ô Mère,
qui connais la Voie!
A Toi, Immaculée Conception,
le Peuple de Dieu
se confie aujourd'hui,
ainsi que toute la ville de Rome.
Protège-nous toujours
et guide-nous tous
sur les routes de la sainteté.
Nous avons chanté les louanges de
cette Mère au cours de la Liturgie de
la Parole. Nous avons contemplé les
merveilles du Seigneur. Dans la liturgie
d'aujourd'hui, la première parole
de l'hymne était: «Tota Pulchra es
Maria
»: tu es toute belle, ô Marie.
Voilà, face à cette beauté, nous nous
surprenons à penser aux paroles du
grand écrivain Fiodor Dostoïevski, qui
a écrit que la beauté peut sauver le
monde: ta beauté, Marie, qui s'exprime
dans l'Immaculée Conception.
Nous te confions notre ville, l'Eglise
et le monde entier. Que la «Tota Pulchra »
nous guide à travers le grand
Jubilé de l'An 2000, vers l'avenir et
dans l'espérance, car Toi, ô Marie, tu
es la Mère de l'espérance. Loué soit
Jésus-Christ!

  © Copyright 1998 - ibreria Editrice Vaticana 

top