The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
AUX TITULAIRES
 DU PRIX NOBEL DE LA PAIX
PARTICIPANT À UNE RENCONTRE
PROMUE PAR LA "FONDATION GORBATCHEV"*

Jeudi 22 avril 1999

 

Monsieur le Président,
Mesdames et messieurs,

1. Je suis heureux de souhaiter la bienvenue à cette éminente assemblée de titulaires du Prix Nobel de la Paix, réunie à Rome à l'occasion d'importantes journées de réflexion sur les défis politiques du siècle à venir. Je salue en particulier S.E. M. Mikhail Gorbatchev, Président de la Fondation pour les recherches sociales, économiques et politiques, qui a organisé ce colloque international. Je le remercie vivement pour les salutations cordiales qu'il m'a adressées en votre nom.

2. La question de la paix est au cœur même de la vie politique. De ce point de vue, votre rencontre a lieu à un moment particulièrement tragique pour l'Europe. Comment ne pas renouveler notre appel vigoureux pour que se terminent les conflits ethniques dans les Balkans et que se taisent les armes, laissant place au dialogue et au respect de la dignité de toutes les personnes et communautés, au nom des droits humains fondamentaux! Nous ne pouvons pas non plus oublier les tragédies humaines qui ont lieu dans tant d'autres régions du monde, en particulier en Afrique ou en Asie. L'œuvre importante que vous avez accomplie au service de la paix et de la réconciliation vous a conféré une responsabilité croissante dans le combat pour la reconnaissance de la valeur inestimable de chaque être humain, la formation des consciences et le développement de la coexistence fraternelle et pacifique entre les individus et les peuples. Réunissant des personnes provenant de différentes cultures et nations, votre rencontre est le signe que la paix ne peut être atteinte que lorsque l'on dépasse des visions de l'homme et de la société fondées sur la race, la religion, le nationalisme ou, plus généralement, fondées sur l'exclusion de l'autre. La recherche de la paix exige une ouverture à l'expérience de nos frères et sœurs, et un engagement effectif à respecter leur dignité et leur liberté.

3. Tandis que nous nous préparons à entrer dans un nouveau millénaire, l'humanité a besoin d'être encouragée à progresser de façon décisive sur la voie d'une paix réelle et durable, et à édifier une civilisation fondée sur le désir d'une coexistence qui respecte la diversité des peuples, leur histoire, leur culture et leurs traditions spirituelles. Plutôt que de nourrir de nouveaux antagonismes, la mondialisation doit conduire au refus du conflit armé, du nationalisme égoïste et de toute forme de violence.

Telle est la condition pour établir une solidarité authentique, qui permette à chacun de réaliser que la paix exige l'acceptation de la différence, le refus de tout comportement agressif à l'égard des autres, et le désir d'édifier une société toujours plus juste et fraternelle à travers le dialogue et la coopération. La paix n'est pas une idée vague ou un rêve; il s'agit d'une réalité qui doit être construite avec patience, jour après jour, grâce aux efforts de tous. La recherche de la paix est l'un des objectifs les plus nobles qu'un individu puisse poursuivre au sein de sa nation et au sein de la Communauté internationale. Ceux qui cherchent à être des artisans de la paix devraient être résolument soutenus, car leurs efforts visent à créer une vie meilleure pour chacun, une société dans laquelle chaque personne a sa place et dans laquelle tous peuvent vivre en harmonie, en développant les dons reçus du Créateur pour leur épanouissement personnel et pour le bien commun.

4. Pour les chrétiens, le fondement de la dignité humaine se trouve dans l'amour de Dieu pour chaque personne, sans exception; et la véritable paix est un don constamment offert et constamment reçu. En dépit de la violence et des nombreuses menaces à la vie que connaît notre monde, et en cette année que les catholiques consacrent à Dieu le Père de toutes miséricordes, l'Eglise désire proclamer un message d'espérance pour l'avenir de l'humanité. Elle invite avec urgence toutes les personnes de bonne volonté à s'unir sans crainte en vue d'édifier une «civilisation de l'amour, fondée sur les valeurs universelles de la paix, de la solidarité, de la justice et de la liberté» (cf. Lettre apostolique Tertio millennio adveniente, n. 52), et à ne jamais se décourager face aux obstacles ou aux échecs.

Que Dieu bénisse vos personnes et vos familles, et guide vos efforts au service de la paix, de la réconciliation et de la fraternité entre les peuples!


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n. 17 p.3.

La Documentation catholique, n. 2209 p.714.

 

© Copyright 1999 - Libreria Editrice Vaticana

 

top