The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
AU NOUVEL AMBASSADEUR DE HONGRIE À L'OCCASION
DE LA PRÉSENTATION DES LETTRES DE CRÉANCE*

Lundi 8 février 1999

 

Monsieur l'Ambassadeur,

1. C'est avec un grand plaisir que j'accueille Votre Excellence et que je Lui souhaite la bienvenue au début de sa mission, au moment de la présentation des Lettres qui L'accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Hongrie.

2. Je vous remercie, Excellence, des paroles cordiales que vous venez de m'adresser et par lesquelles vous manifestez votre attention au Siège de Pierre. Vous exprimez aussi l'esprit dans lequel vous entreprenez votre tâche, désireux de poursuivre sur la voie des relations qui ont été rétablies entre le Saint-Siège et la Hongrie en 1990. Je vous demande de transmettre à Son Excellence Monsieur Árpád Göncz, Président de la République, ainsi qu'à vos concitoyens, mes meilleurs vœux et l'assurance de mes prières pour la paix et la prospérité de la nation.

3. Aujourd'hui, après une longue période douloureuse, la Hongrie est entrée avec courage dans une nouvelle étape de son histoire, attentive au respect et à la protection de la dignité de la personne et au principe de la liberté, notamment de la liberté religieuse. Dans cette optique, je suis particulièrement sensible aux efforts faits par les Autorités de votre pays pour donner à l'Eglise catholique les moyens d'assurer sa mission spirituelle et de prendre soin de ses fidèles, notamment en rendant des biens dont elle a été injustement spoliée. Cela permet la reprise de la vie religieuse, indispensable à la vie de la foi. En même temps, l'Eglise catholique est en mesure de collaborer à la construction d'une société toujours plus juste et plus solidaire. Vous savez en particulier le souci des fidèles et des membres d'Instituts consacrés d'apporter leur contribution à leur pays à travers des œuvres d'éducation, d'entraide et de partage avec les plus démunis. Pour eux, il s'agit notamment de collaborer à la formation de la jeunesse, par l'enseignement au sein des établissements publics ou privés et par l'éducation aux valeurs spirituelles, morales, humaines et civiques. Il faut se réjouir de l'accord de 1998 qui marque la reconnaissance par les Autorités du service que l'Eglise catholique accomplit en ce domaine, son désir étant avant tout la promotion des personnes et la formation de la conscience des jeunes, qui demain seront des responsables de la nation.

A ce propos, la Commission paritaire, où se rencontrent des représentants de l'Etat et de la Conférence épiscopale, exprime l'esprit de dialogue et d'estime mutuelle qui anime nos relations, afin de résoudre les questions encore en suspens, grâce à la bonne volonté de tous et au désir d'agir en vue du bien commun.

4. Gardant un excellent souvenir de mes rencontres avec le peuple hongrois et avec ses responsables religieux et civils, je souhaite que l'événement que vous célébrerez l'année prochaine, le millénaire de la fondation de l'Etat hongrois, soit une occasion pour tous d'affermir son unité et de regarder l'avenir avec confiance. Vos compatriotes savent que c'est grâce à leurs racines religieuses, culturelles et humaines qu'ils ont pu sortir des temps d'épreuve. En puisant aujourd'hui dans ce patrimoine culturel et, comme vous le notez, dans leur foi en Dieu et dans leur attachement aux valeurs chrétiennes, les Hongrois ont les moyens de construire ensemble la société de demain. Parmi les saints et les héros de votre histoire, vous avez évoqué saint Etienne, serviteur de Dieu et du peuple et père de la nation, ainsi que sainte Elisabeth, reine au service des pauvres, et l'évêque martyr Vilmos Apor, que j'ai eu la joie de béatifier. Je me rappelle aussi avec émotion la figure du Cardinal Josef Mindszenty, qui reste pour tous vos compatriotes un défenseur de la foi et de la liberté du peuple. Les jeunes générations ont ainsi devant elles des témoins qui peuvent les inspirer dans leur démarche spirituelle et morale et dans leur participation à la reconstruction du pays en s'appuyant sur les vertus humaines essentielles. 

5. La liberté religieuse retrouvée ne peut que favoriser le renouvellement de la nation; elle permet l'expression des aspirations les plus profondes de toute personne, qui peut ainsi réaliser sa vocation en réponse à la volonté de Dieu; elle est également à la base du respect de l'autre et de sa dignité. Un rôle essentiel appartient à la famille, qui est par excellence la cellule de la société et le sanctuaire de la vie. A ce propos, il convient de rappeler aux chrétiens et à tous les hommes de bonne volonté la valeur primordiale de toute vie humaine, en particulier de la vie de l'enfant à naître. Anéantir l'être le plus faible est une atteinte au droit de toute personne à la vie. On ne peut qu'encourager tout ce qui est fait pour aider les couples et les familles, afin que l'institution familiale soit au centre des préoccupations des responsables de la vie publique, et que tout couple puisse avoir les moyens d'accueillir et d'éduquer les enfants qui lui sont donnés.

6. Le peuple hongrois s'efforce de rechercher la justice et la paix, à l'intérieur de ses frontières comme dans ses relations avec les pays voisins. En effet, la construction de la grande Europe nécessite un engagement de tous pour développer une véritable fraternité. Au sein des peuples, les minorités doivent aussi être respectées, pour que leurs spécificités soient reconnues par la communauté nationale et internationale, et qu'elles puissent apporter une contribution effective à l'édification de la nation dans laquelle elles se trouvent. Pour sa part, le Saint-Siège ne cesse de défendre le droit de tous les peuples et il se réjouit des efforts qui sont faits pour la recherche d'une unité qui demeure respectueuse de l'identité culturelle propre à chaque pays et dans la concorde entre les Etats.

7. Au moment où Votre Excellence prend ses fonctions, je L'assure de la pleine disponibilité de l'ensemble de mes collaborateurs, auprès desquels Elle trouvera l'aide et le soutien dont Elle pourra avoir besoin. Puisse sa mission porter des fruits pour l'ensemble de ses concitoyens!

Sur Votre Excellence, sur sa famille, sur ses collaborateurs et sur le peuple de la Hongrie, j'invoque les Bénédictions abondantes de Dieu.


*Insegnamentidi Giovanni Paolo II, vol. XXII, 1 p.336-339.

L’Osservatore Romano 8-9.2.1999 p.4.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.7 p.6.

La Documentation catholique n.2202 pp. 359-360.

 

© Copyright 1999 - Libreria Editrice Vaticana

 

top