The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
AU NOUVEL AMBASSADEUR DE THAÏLANDE PRÈS LE SAINT-SIÈGE LORS DE LA PRÉSENTATION DES LETTRES DE CRÉANCE*

Jeudi 20 mai 1999

 

Excellence,

C'est pour moi un plaisir de vous accueillir au Vatican aujourd'hui et d'accepter les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de Thaïlande près le Saint-Siège. Je vous remercie des salutations que vous me transmettez de la part de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej, et c'est avec joie que je transmets en retour mes vœux les plus chaleureux de santé et de bonheur à Leurs Majestés et à la Famille royale, ainsi que mes prières pour la paix et la prospérité de toute la nation. Je profite de cette occasion pour affirmer une fois de plus ma profonde estime pour le peuple thaïlandais et pour le riche héritage spirituel et culturel de votre pays.

Vous avez mentionné les liens d'amitié et les relations cordiales qui existent depuis de nombreux siècles entre le Royaume de Thaïlande et le Saint-Siège. Les premiers missionnaires chrétiens arrivèrent dans votre pays au XVIème siècle. En 1669, au cours du règne du roi Narai le Grand, le premier vicariat apostolique fut établi dans la ville sainte d'Ayudhya. La ville devint par la suite un centre important de contact entre le christianisme et le bouddhisme. En dépit de difficultés successives, un désir croissant d'établir des liens plus étroits entre la Thaïlande et le Saint-Siège au cours des temps modernes conduisit à l'établissement de relations diplomatiques officielles en 1969.

J'ai eu l'immense joie de ressentir de près la cordialité et les profondes valeurs humaines du peuple thaïlandais au cours de ma visite en 1984. Le bouddhisme, la religion de la vaste majorité de vos concitoyens, a profondément façonné la société et la culture thaïlandaise, et a créé un climat de tolérance et de liberté religieuse dont vous êtes à juste titre fiers. L'ancienne et vénérable sagesse contenue dans les traditions religieuses de votre pays, ainsi que la contribution d'autres groupes religieux, a revêtu une valeur inestimable pour la vie de la nation.

Dans chaque société, la dimension religieuse est très importante, car elle souligne les valeurs supérieures issues de la dignité de la personne humaine, et agit comme une force pour la promotion de la justice, de la solidarité et de la paix. En tant que telle, la religion représente une solide base pour rejeter toute vision du développement étroitement matérialiste ou utilitaire. Les dangers de concevoir le progrès social sans référence à la valeur et au caractère transcendants de la personne humaine ne sont que trop évidents. J'ai eu l'occasion d'écrire dans ma Lettre Encyclique Sollicitudo rei socialis: «Quand les individus et les communautés ne voient pas rigoureusement respectées les exigences morales, culturelles et spirituelles fondées sur la dignité de la personne et sur l'identité propre de chaque communauté, à commencer par la famille et par les sociétés religieuses, tout le reste - disponibilité de biens, abondance de ressources techniques appliquées à la vie quotidienne, un certain niveau de bien-être matériel - s'avérera insatisfaisant et, à la longue, méprisable» (n. 33).

La compréhension de la personne humaine oriente les efforts du Saint-Siège dans ses activités au sein de la Communauté internationale. Avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, il participe à des initiatives visant à assurer un avenir à chacun, un avenir fondé sur la culture des droits humains et sur la solidarité qui dépasse les frontières. Au seuil du troisième millénaire, la Communauté internationale doit prendre avec urgence des mesures pour renforcer les structures qui garantiront une paix véritable entre les nations et les groupes ethniques. Les efforts dans ce sens ne peuvent réussir que «quand la promotion de la dignité de la personne est le principe qui nous guide, quand la recherche du bien commun constitue l'engagement prédominant» (Message pour la Journée mondiale de la Paix 1999, n. 1).

Pour sa part, la communauté catholique de Thaïlande, bien que modeste par rapport aux fidèles des autres traditions religieuses, jouit des bénéfices de la liberté religieuse dont Sa Majesté est le garant, en tant que «Défenseur de toutes les religions». Les catholiques partagent de tout cœur la vie et les préoccupations de la nation, ayant à cœur le progrès et le développement de la société. Leur contribution spécifique est inspirée par la conviction selon laquelle le progrès économique, politique et social doit toujours aller de pair avec un engagement à la vérité religieuse et morale. En accomplissant sa mission spirituelle, l'Eglise catholique s'engage à promouvoir la justice, la solidarité et le respect des autres.

Votre Excellence a fait référence à la contribution de l'Eglise dans le domaine de l'éducation, de la santé et des services sociaux. Cet engagement est fondé sur le commandement de son Divin Fondateur d'aimer notre prochain comme nous-mêmes, et sur sa croyance selon laquelle la vie humaine à chacune de ses étapes est sacrée et possède une valeur inestimable. Dans ses activités liées à l'éducation, l'Eglise est convaincue que la formation complète des jeunes, qui représentent l'avenir de la nation, est d'une importance cruciale. L'éducation doit les aider à découvrir la dimension spirituelle de la vie et à apprendre les valeurs suprêmes qui soutiendront le tissu social du pays à l'avenir. Il ne fait aucun doute qu'une reconnaissance des valeurs morales et une attitude de respect pour la dignité humaine et les droits humains sont tout aussi importantes, sinon plus, que n'importe quelle connaissance ou compétence transmise.

Monsieur l'Ambassadeur, je suis certain que dans l'accomplissement de votre mission, vous contribuerez à travers toutes vos qualités personnelles et vos énergies à renforcer ultérieurement les liens d'amitié existant entre la Thaïlande et le Saint-Siège. Je vous assure que les différents bureaux de la Curie Romaine seront toujours prêts à vous assister dans l'accomplissement de vos fonctions. Sur vous, sur Leurs Majestés le roi et la reine, et sur tout le peuple thaïlandais, j'invoque cordialement une abondance de Bénédictions divines.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.37 p. 6, 7.

 

© Copyright 1999 - Libreria Editrice Vaticana

 

top