The Holy See
back up
Search
riga

AUDIENCE DE JEAN PAUL II
AUX PARTICIPANTS
AU 8ème COLLOQUE INTERNATIONAL DE MARIOLOGIE

Vendredi 13 octobre 2000

 

 
Très chers frères et soeurs!

1. Je suis heureux de vous accueillir aujourd'hui, à l'occasion du huitième Colloque international de Mariologie sur le thème "Saint Louis-Marie Grignion de Montfort:  spiritualité trinitaire en communion avec Marie". Je vous salue tous avec affection:  les organisateurs, les rapporteurs, les participants. J'adresse un remerciement particulier à Mgr François Garnier, Evêque de Luçon, pour les expressions chaleureuses à travers lesquelles il a interprété les sentiments communs.

La rencontre d'aujourd'hui rappelle à la mémoire celle qui eut lieu ici à Rome, en 1706, entre mon vénéré prédécesseur Clément XI et le missionnaire breton, Grignion de Montfort, venu demander au Successeur de Pierre la lumière et le réconfort pour le chemin apostolique qu'il avait entrepris. Je repense également avec gratitude au pèlerinage que la Providence m'a donné d'accomplir sur la tombe de ce grand saint à Saint-Laurent-sur-Sèvre, le 19 septembre 1996.

Saint Louis-Marie Grignion de Mont-fort constitue pour moi une figure de référence significative, qui m'a illuminé dans les moments importants de la vie. Alors que j'étais séminariste clandestin et que je travaillais à l'usine Solvay à Cracovie, mon  directeur  spirituel  me conseilla de méditer sur le Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. J'ai lu et relu plusieurs fois avec un grand intérêt spirituel ce précieux petit livre ascétique, dont la couverture bleue s'était tachée de soude. En plaçant la Mère du Christ en relation avec le mystère trinitaire, Monfort m'a aidé à comprendre que la Vierge appartient au plan du salut par la volonté du Père, en tant que Mère du Verbe incarné, qu'Elle a conçu par l'oeuvre de l'Esprit Saint. Chaque intervention de Marie dans l'oeuvre de la régénération des fidèles ne se met pas en concurrence avec le Christ, mais dérive de lui et est à son service. L'action que Marie accomplit sur le plan du salut est toujours christocentrique, c'est-à-dire qu'elle fait directement référence à une médiation qui a lieu dans le Christ. Je compris alors que je ne pouvais pas exclure la Mère du Seigneur de ma vie sans désobéir à la volonté de Dieu-Trinité, qui a voulu "commencer et accomplir" les grands mystères de l'histoire du salut avec la collaboration responsable et fidèle de l'humble Servante de Nazareth.

Je rends à présent également grâce au Seigneur pour avoir fait l'expérience de ce que vous avez, vous aussi, eu la possibilité d'approfondir au cours de ce colloque, à savoir que l'accueil de Marie dans la vie en Christ et dans l'Esprit introduit le croyant au coeur même du mystère trinitaire.


2. Très chers frères et soeurs, au cours de votre Symposium, vous vous êtes arrêtés sur la spiritualité trinitaire en communion avec Marie:  un aspect qui est caractéristique de l'enseignement de Montfort.

En effet, il ne propose pas une théologie sans influence dans la vie concrète, ni même un christianisme "par procuration", sans assumer personnellement les engagements dérivant du Baptême. Au contraire, il invite à une spiritualité vécue intensément; il encourage à un don de soi au Christ, décidé librement et en conscience, et, à travers Lui, à l'Esprit Saint et au Père. Sous cette lumière, on comprend comment la référence à Marie rend parfait le renouveau des promesses baptismales, car c'est précisément Marie la créature la "plus conforme à Jésus-Christ" (Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, n. 121).

Oui, toute la spiritualité christocentrique et mariale enseignée par Mont-fort dérive de la Trinité et conduit à celle-ci. A ce propos, on est frappé par son insistance sur l'action des trois Personnes divines à l'égard de Marie. Dieu le Père "a donné son unique Fils au monde seulement à travers Marie" et "il désire avoir des enfants à travers Marie jusqu'à la fin du monde" (Ibid., nn. 16 et 29). Dieu le Fils "s'est fait homme pour notre salut, mais en Marie et à travers Marie" et "il désire se former et pour ainsi dire s'incarner chaque jour à travers sa chère mère dans ses membres" (Ibid., nn. 16 et 31). Dieu Esprit Saint "a communiqué à Marie, sa fidèle Epouse, ses dons ineffables" et "il désire former en Elle et à travers Elle des élus" (Ibid., nn. 25 et 34).


3. Marie apparaît donc comme un espace d'amour et d'action de la Personne de la Trinité, et Montfort la présente dans une perspective relationnelle:  "Marie est totalement relative à Dieu et je l'appellerai volontiers la relation à Dieu, qui existe seulement en relation à Dieu" (Ibid., n. 225). C'est pourquoi la Toute Sainte conduit à la Trinité. En lui répétant chaque jour "Totus tuus" et en vivant en harmonie avec Elle, on peut parvenir à l'expérience du Père dans la confiance et dans l'amour sans limite (cf. Ibid., nn. 169 et 215), à la docilité à l'Esprit Saint (cf. Ibid., n. 258) et à la transformation de soi selon l'image du Christ (cf. Ibid., nn. 218-221).

Il arrive parfois que dans la catéchèse et également dans les exercices spirituels, on considère de façon implicite "la note trinitaire et christologique, qui est intrinsèque et essentielle en ceux-ci" (Exhort. apost. Marialis cultus, n. 25). Dans la vision de Grignion de Montfort, en revanche, la foi trinitaire imprègne entièrement les prières adressées à Marie:  "Je te salue, Marie, Fille très aimable du Père éternel, Mère admirable du Fils, Epouse très fidèle de l'Esprit Saint, auguste temple de la Très Sainte Trinité"  (Méthodes  pour  réciter  le  Rosaire, n. 15). De même, dans la Prière enflammée, adressée aux trois Personnes divines et tournée vers les derniers temps de l'Eglise, Marie est contemplée comme la "montagne de Dieu" (n. 25), lieu de sainteté qui élève vers Dieu et transforme dans le Christ.

Que chaque chrétien puisse faire sienne la doxologie que Montfort place sur les lèvres de Marie dans le Magnificat:  "Adorons et bénissons / notre unique et vrai Dieu! / Que l'univers retentisse et que l'on chante en chaque lieu:  / Gloire au Père éternel, / gloire au Verbe adorable! / La même gloire à l'Esprit Saint / qui avec son amour les unit  en  un lien ineffable" (Cantique, 85, 6).

En implorant sur chacun de vous l'assistance permanente de la Sainte Vierge, afin que vous puissiez vivre votre vocation en communion avec Elle, notre Mère et notre modèle, je vous donne de tout coeur une Bénédiction apostolique spéciale.

 

top