The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DE JEAN PAUL II 
AUX PARTICIPANTS
AU PÈLERINAGE JUBILAIRE
DES PAYS BAS

Mardi 7 novembre 2000


Messieurs les Cardinaux,
Vénérés frères dans l'épiscopat,
très chers pèlerins des Pays-Bas!


1. L'intense programme que vivent vos communautés au cours de cette Année Sainte a prévu une étape également à Rome, pour traverser ensemble le seuil de la Porte du Jubilé. Je vous dis avec affection:  soyez les bienvenus! Je salue le Cardinal Adriano Simonis, Président de la Conférence épiscopale hollandaise, et je le remercie pour les aimables paroles qu'il m'a adressées, au nom de tous. Je salue également Monsieur le Cardinal Johannes Willebrands, les Prélats, les prêtres et les responsables qui ont accompagné ce pèlerinage national.

En m'adressant à eux et à chacune des personnes présentes, je voudrais transmettre une pensée cordiale à vos compatriotes, à ceux qui sont unis à nous à travers la radio et la télévision, à ceux qui n'ont pas pu prendre part à la rencontre d'aujourd'hui, à ceux qui souffrent dans leur corps et leur esprit, aux jeunes et aux familles, berceau et sanctuaire de la vie.
Le temps jubilaire est particulièrement riche d'encouragements pour revoir son chemin de foi dans un esprit de pénitence, pour redécouvrir la grande miséricorde du Père céleste et pour reprendre avec un élan renouvelé l'engagement apostolique et missionnaire. "La foi continue!", telle est la devise qui guide le grand Jubilé sur votre terre, en rappelant chacun à son engagement de témoignage.


2. Témoigner du Christ est un devoir qui concerne l'Eglise et les fidèles à tous les niveaux. Tout au long de sa glorieuse histoire, l'Eglise qui est en Hollande a su faire naître en son sein une foule de missionnaires et d'apôtres qui, en chaque lieu de la terre, ont annoncé l'Evangile et servi l'humanité. Comment ne pas rappeler, parmi tant d'autres, la splendide figure de soeur Maria Adolfina Dierckx et de ses consoeurs martyrisées en Chine, que j'ai eu la joie de canoniser le 1 octobre dernier?

Aujourd'hui encore, nombreux sont vos compatriotes qui oeuvrent dans le vaste domaine de la mission et de la promotion humaine. Ils représentent pour vous un signe de bénédiction, car ils manifestent la vitalité et la générosité de votre chemin de foi. Mais ils représentent également un avertissement et un encouragement afin que la ferveur missionnaire de vos communautés ne faiblisse pas. Il ne faut pas se décourager dans la tâche de témoigner du Christ et d'annoncer sa parole de salut, ayant la certitude qu'il est avec son Eglise, pour toujours jusqu'à la fin du monde (cf. Mt 28, 20). Même lorsque pourrait s'insinuer en vous un sentiment d'incapacité face à l'ampleur de l'engagement apostolique, sachez vous rappeler des paroles de l'Apôtre:  "Je puis tout en Celui qui me rend fort" (Ph 4, 13).

Dieu ne cesse d'appeler des âmes généreuses et fortes, pour les envoyer travailler  à  la  grande  moisson  de son Royaume. A cet effet, au cours de la récente Journée mondiale de la Jeunesse, je disais aux innombrables jeunes garçons et filles présents:  "Si l'un ou l'une de vous, chers garçons et filles, entend l'appel du Seigneur à se donner totalement à lui pour l'aimer "d'un coeur sans partage" (1 Co 7, 34), qu'il ne se laisse pas arrêter par le doute ou par la peur! Qu'il dise avec courage son "oui" sans réserve, en se confiant à Celui qui est  fidèle  en  toutes  ses  promesses!" (Célébration   eucharistique   pour   la XVème Journée mondiale de la Jeunesse, 20 août 2000, cf. ORLF n. 34 du 22.08.2000).


3. A cet événement inoubliable étaient également présents de nombreux jeunes hollandais qui, répondant à l'invitation de leurs pasteurs, ont voulu faire l'expérience de l'universalité de l'Eglise. A eux, "veilleurs du matin à l'aube du troisième millénaire", je désire répéter:  "Si vous êtes ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde entier!" (Ibid.).

Je suis reconnaissant aux organisations catholiques hollandaises qui, en cette circonstance, ont facilité la présence de jeunes garçons et filles des Pays-Bas à Rome. Ils ont fait de même à l'occasion du jubilé des Professeurs d'Université, qui m'ont remis à cette occasion  le  volume,  fruit  de  leur réflexion, "In quest of humanity in a globalising world". Je leur en suis profondément reconnaissant.

Il est important d'approfondir la communion entre l'Eglise qui est en Hollande et le Successeur de Pierre, et, à travers lui, avec l'Eglise universelle. C'est en effet, sur le fondement de l'unité, que les diversités contribuent à raviver et à enrichir le corps tout entier du Christ. Le dialogue dans la charité et dans la vérité doit toujours caractériser l'attitude qui régit les rapports entre les personnes et les communautés et avec l'Eglise.


4. Très chers amis, vous franchissez aujourd'hui le seuil de la Porte Sainte pour vous confirmer dans la foi au Christ et vous confier à la force vivifiante de son amour. Il s'agit d'un geste que, depuis saint Willibrord, un grand nombre de vos concitoyens au cours des siècles ont accompli avec joie et dévotion. C'est ce dont témoigne, entre autres, l'église voisine des saints Michel et Magnus, communément connue comme l'église des Frisons. Soyez orgueilleux et dignes de la sainteté que Dieu a déversée en abondance sur vos communautés!

L'Eglise qui conserve les tombeaux des saints Pierre et Paul et d'innombrables témoins de l'Agneau vous embrasse aujourd'hui avec une grande joie et vous indique le Christ, Porte Sainte à franchir avec confiance. Il vous indique Marie, "Stella maris" et "Douce Mère" de votre noble peuple. Que Dieu, à travers son intercession, porte à terme l'oeuvre que, ces jours-ci, il réalise en vous!
Avec ces sentiments, je vous bénis tous de tout coeur.

Au terme de l'audience, le Saint-Père a ajouté les paroles suivantes: 

Je sais que maintenant, vous vous rendrez en pèlerinage vers Saint-Jean-de-Latran en vous arrêtant dans les lieux saints de la Ville pour méditer, sous la direction de vos Evêques, sur certains aspects fondamentaux de la vie chrétienne. Je vous accompagne de ma prière et je vous bénis.

 

top