The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
AU NOUVEL AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI
PRÈS LE SAINT-SIÈGE À L'OCCASION
DE LA PRÉSENTATION DES LETTRES DE CRÉANCE*
 

Jeudi 6 décembre 2001

 

Monsieur l’Ambassadeur,

1. Je suis heureux d’accueillir Votre Excellence à l’occasion de la présentation des Lettres qui L’accréditent comme premier Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Djibouti près le Saint-Siège et je La remercie de ses aimables paroles.

Je vous saurais gré, Monsieur l’Ambassadeur, de transmettre à Son Excellence Monsieur le Président Ismaël Omar Guelleh mes remerciements pour les vœux courtois qu’il m’a fait parvenir par votre intermédiaire, et de lui exprimer en retour mes souhaits cordiaux de prospérité et de paix pour tous les habitants du pays.

2. Vous avez tenu à souligner l’importance de la paix et du dialogue pour la bonne entente entre les nations. Dans le contexte des événements de ces derniers mois, la préservation de la paix au niveau international est devenue une priorité pour les Autorités civiles et pour les citoyens de l’ensemble des pays du monde. Elle est depuis longtemps, vous le savez, une préoccupation constante du Saint-Siège, qui s’efforce d’encourager les nations à la recherche patiente et obstinée de la paix, dans un souci permanent des conditions mêmes de son établissement, par un dialogue respectueux de toutes les parties en présence, notamment des minorités, auxquelles il convient de faire place en toute société, en mettant en avant tout ce que chaque composante peut apporter à la construction commune.

Tant au niveau local que régional ou mondial, le dialogue est une nécessité, d’une part pour éviter des affrontements et des conflits tragiquement douloureux qui voient la violence se déchaîner entre les hommes et entre les peuples et, d’autre part, pour assurer une entente toujours plus fraternelle entre tous. La région du monde dans laquelle se situe votre pays, celle du Nord-Est de l’Afrique, n’échappe pas à ces situations de tensions ou de conflits préoccupants. Permettez-moi, Monsieur l’Ambassadeur, de rendre ici hommage aux Autorités de votre pays pour la part active qu’elles ont prise dans la résolution du conflit somalien, grâce notamment à la conférence de réconciliation qui s’est tenue à Arta l’année dernière. Je souhaite que soit poursuivi et, si possible, étendu à d’autres lieux de conflits, le travail de longue haleine que représente la recherche de la convivialité entre les différents protagonistes, en préférant en toute circonstance la négociation et en renonçant à toute forme de violence. Dans cette perspective, il faut souhaiter que de véritables artisans de paix poursuivent l’œuvre engagée. C’est là assurément le chemin vers la paix, une paix solide et durable, à laquelle aspirent tous les hommes de bonne volonté.

3. Cependant, que ce soit entre les personnes, entre les différentes composantes d’une même nation ou encore entre les États, il ne peut y avoir de paix solide et durable sans la justice, c’est-à-dire sans que soient assurées pour tous des conditions de vie qui respectent leur dignité. Cette exigence de justice réclame certainement un meilleur partage des ressources entre riches et pauvres à tous les niveaux de la vie sociale, et l’instauration d’une véritable culture de la solidarité (cf. Message pour la Journée mondiale de la paix 2001, n. 17). Cela fait partie des droits fondamentaux et demande que se développe dans notre monde, au début de ce nouveau millénaire, un dialogue nouveau et fructueux entre les cultures et entre les religions, dans un désir de reconnaissance mutuelle, pour permettre un service commun de l’homme qui soit véritablement respectueux des valeurs morales et spirituelles. Travailler à susciter, à entretenir et à intensifier ce dialogue est l’une des missions du Saint-Siège, qui continuera à œuvrer en ce sens. Votre présence en ces lieux, Monsieur l’Ambassadeur, témoigne aussi de l’intérêt et de l’attachement de votre pays, «terre d’échanges et de rencontres», vous l’avez rappelé, à la défense de ces valeurs, qui sont l’expression de la dignité fondamentale de tout être humain et qui doivent être respectées comme telles.

4. Je suis heureux, Monsieur l’Ambassadeur, de pouvoir saluer, à travers votre personne, la communauté catholique de la République de Djibouti. Elle est peu nombreuse, mais elle est engagée activement dans le développement économique et social de la nation, ainsi que dans le service de l’éducation des jeunes. Je sais que la présence des écoles catholiques est appréciée, pour la compétence éducative des formateurs mais aussi pour la qualité des valeurs humaines que ceux-ci transmettent. L’Église catholique dans votre pays entretient de bons rapports avec l’ensemble de la population ainsi qu’avec les différentes autorités religieuses. Elle souhaite pratiquer le dialogue fraternel avec tous, dans le respect mutuel, en vue d’une meilleure estime réciproque et de la recherche du bien commun. Permettez-moi, par votre entremise, de saluer affectueusement tous les membres de la communauté catholique, son évêque et ses prêtres, et de les encourager à témoigner sans se lasser de l’amour de Dieu pour chaque homme, par une charité inventive.

5. Au moment où vous inaugurez votre mission de représentation auprès du Saint-Siège, recevez, Monsieur l’Ambassadeur, mes vœux les meilleurs pour son heureux accomplissement et pour que se poursuivent et se développent des relations harmonieuses entre le Saint-Siège et la République de Djibouti. Je vous assure que vous trouverez toujours auprès de mes collaborateurs un accueil attentif et une compréhension cordiale, afin de vous aider dans votre noble fonction.

Sur Votre Excellence, sur sa famille, sur ses collaborateurs et sur le peuple de Djibouti tout entie, j’invoque l’abondance des Bénédictions du Tout-Puissant.


*L'Osservatore Romano 7.12.2001 p. 5.

Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol. XXIV, 2 pp.1030-1032.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.51/52 pp. 9,10.

© Copyright 2001 - Libreria Editrice Vaticana

top