The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT PÈRE
AUX MEMBRES DU CONSEIL DE PRÉSIDENCE 
ET DU COMITÉ DU GRAND JUBILÉ DE L'AN 2000

Jeudi 11 janvier 2001


Messieurs les Cardinaux, vénérés frères dans l'épiscopat et dans le sacerdoce,
Mesdames et messieurs,
très chers frères et soeurs dans le Christ!


1. Je suis particulièrement heureux de vous accueillir aujourd'hui, vous qui, à titres divers, avez coopéré à la préparation et à la célébration de l'Année Sainte, qui a suscité un si vaste écho dans l'Eglise et dans le monde.

Dans mon esprit - et il en est certainement de même également pour vous - restent imprimées les images émouvantes qui, en quelque sorte, en résument les diverses phases. Je pense en particulier à la dernière période et je revois les files interminables de pèlerins qui, en traversant la place Saint-Pierre, se dirigeaient avec une grande dévotion vers le seuil de la Porte Sainte. Comment oublier cette icône vivante du Peuple de Dieu, en chemin vers le Christ, voie universelle de salut?
Ces foules motivées et patientes faisaient penser à celles qui suivaient Jésus, le poussant à prêcher sans cesse, et, un jour, à accomplir le célèbre miracle de la multiplication des pains, signe de ce "pain de la vie" qu'Il devait ensuite donner au monde (cf. Jn 6, 35.48). Ces foules ont été le témoin tangible du désir profond qui pousse l'homme à la recherche de la vérité et de la miséricorde, de l'espérance et de la réconciliation, en un mot, à la recherche du Christ.

A présent que la Porte Sainte a été refermée, nous avons repris notre chemin "ordinaire", dans la conscience que l'accès à la miséricorde divine demeure plus que jamais grand ouvert. En reprenant les paroles de l'Apôtre Paul, nous pouvons dire qu'au cours du grand Jubilé de l'An 2000, "la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, s'est manifestée" (Tt, 2, 11) et qu'"apparurent la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes" (Tt 3, 4). Dans le passage historique que l'humanité vit actuellement, cette Année Sainte a eu la fonction providentielle de faire retentir à nouveau la "Bonne Nouvelle" dans le monde entier:  "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle" (Jn 3, 16). Au début du XXIème siècle et du troisième millénaire, le jubilé a montré le Christ, unique salut et espérance de l'humanité, comme nouveau et sûr point de départ.


2. Nous devons rendre grâce à Dieu pour tout cela, comme nous l'avons déjà fait de façon particulière au cours de la célébration solennelle de clôture du Jubilé. Nous ne pouvons pourtant pas manquer d'unir à la gratitude envers Dieu la gratitude envers les hommes. Et notre rencontre m'offre l'occasion d'exprimer une fois de plus mon remerciement à chacun de vous et aux Organismes que vous représentez. Dans des milieux différents, vous avez contribué, à travers votre collaboration concrète, à la bonne issue de chaque étape du chemin jubilaire.

A travers les personnes du Cardinal-Président et de Monseigneur le Secrétaire, je désire en premier lieu exprimer ma profonde gratitude aux membres du Comité central du grand Jubilé:  Cardinaux, évêques, prêtres, religieux et laïcs. Ceux-ci ont été engagés dans de multiples secteurs:  de la préparation théologique et pastorale au service d'accueil, à celui liturgique et spirituel, à l'information, à l'assistance, à l'administration. Il s'est agi d'une expérience bénéfique et intense de travail et de communion, qui a vu chacun oeuvrer en étroite collaboration avec les autres membres des Bureaux et Organismes du Saint-Siège et de l'Etat de la Cité du Vatican,  avec  le  Vicariat  de  Rome, ainsi qu'avec tant d'autres instances civiles.

Je voudrais mentionner ici avec gratitude l'étroite coopération avec le gouvernement italien, à travers la Commission mixte Italie-Vatican et avec le Commissariat extraordinaire, institué pour le Jubilé. Je pense à la contribution permanente prêtée par la Région du Latium, par la Province et, de façon particulière, par la Commune de Rome. Le service apporté par les divers Organismes des Forces de sécurité, coordonnés par le Ministère de l'Intérieur, a été attentif et précis, comme toujours. Notre reconnaissance s'adresse également au Ministère des Travaux publics pour avoir coordonné de la meilleure façon possible la réalisation d'importants travaux d'infrastructures et oeuvres qui, une fois le Jubilé terminé, resteront à la Ville de Rome et à la nation.

Je rappelle également l'activité de l'Agence romaine pour le Jubilé et la présence massive des volontaires:  il s'est agi d'une présence sympathique et surprenante, que Rome n'oubliera pas. Mes félicitations s'adressent aux sociétés, aux instituts bancaires et aux agences qui ont permis, à travers leurs contributions, de faire face aux multiples exigences financières et d'aider les pèlerins les plus pauvres dans leur voyage et leur séjour à Rome. Je renouvelle mes remerciements sincères à "L'Osservatore Romano", au Centre de Télévision Vaticane, à Radio Vatican et à la RAI pour le professionnalisme et la disponibilité dont ils ont fait preuve dans la retransmission et la diffusion des événements jubilaires, en utilisant la contribution de nombreux experts et le soutien constant du Conseil pontifical pour les Communications sociales.

La liste des personnes à remercier pourrait certes se prolonger. A travers vous, ici présents, je voudrais atteindre tous ceux - sans oublier personne - qui ont travaillé pour le grand Jubilé. Je demande, en outre, à ceux qui ont offert avec générosité leur contribution spirituelle, à travers la prière et la souffrance, aux personnes âgées, aux malades, aux religieux et aux religieuses de vie contemplative - de poursuivre cette précieuse mission, afin que les semences jetées au cours du Jubilé continuent de produire des fruits abondants dans les années à venir.


3. Nous avons à présent repris le chemin du "temps ordinaire". Vous aussi, qui au cours de cette période, avez fourni des efforts supplémentaires, retournez à vos activités habituelles. Toutefois, dans un certain sens, rien n'est plus comme avant. En effet, l'Année jubilaire a imprimé en chacun, et en vous en particulier, un "style" de vie et de travail qui ne doit pas être relâché.

Le 6 janvier dernier, un précieux héritage nous a été remis, qui doit être transmis aux générations futures, selon deux lignes directrices principales. Avant tout, en continuant à maintenir le Christ au centre de la vie personnelle et sociale. Si nous avons véritablement vécu le Jubilé, cela se verra aux fruits de sainteté que nous porterons dans la vie ordinaire.

En second lieu, il faut apporter partout le témoignage de la charité qui devient pardon, service, disponibilité, partage. En reprenant l'Evangile, nous pourrions dire:  "A ceci tous reconnaîtront que vous avez fait le Jubilé:  si vous avez de l'amour les uns pour les autres".

Telle est la consigne que je vous laisse, très chers frères et soeurs, tandis que je renouvelle à tous et à chacun l'expression de ma reconnaissance. Que Marie, Etoile du troisième millénaire, vous accompagne et guide chaque étape de votre existence. Je vous souhaite tout le bonheur du monde et je vous bénis, ainsi que toutes les personnes qui vous sont chères.

 

top