The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
AUX PRÉLATS DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE
DE L’ALBANIE EN VISITE
"AD LIMINA APOSTOLORUM"

Samedi 3 février 2001


Vénérés frères dans l'épiscopat et dans le sacerdoce!

1. Je suis comblé de joie en vous accueillant pour cette première visite ad limina, depuis que l'Albanie a retrouvé, après la fin de la dictature communiste, sa place parmi les nations libres et démocratiques.

Je vous salue avec une grande affection et je souhaite à chacun de vous une cordiale bienvenue. Je remercie Mgr Angelo Massafra, Président de la Conférence épiscopale, d'avoir voulu interpréter vos sentiments communs. J'adresse également mes meilleurs voeux à Mgr Rrok Miridita, Archevêque de Durrës-Tirana, qui n'a pas pu être avec nous pour des raisons de santé.

J'adresse en particulier un salut affectueux aux quatre nouveaux Administrateurs apostoliques de Rreshen, de Lezhe, de Sape et de Pulati-Bajze, dont la nomination, après la réorganisation des  circonscriptions  ecclésiastiques, constitue un signe prometteur pour la vie de tout le peuple chrétien d'Albanie.

Les contacts que j'ai eus avec votre communauté ecclésiale me reviennent à l'esprit. Je pense à la visite pastorale du 25 avril 1993, et à l'ordination des quatre premiers Evêques albanais, qui a eu lieu lors de cette occasion mémorable. Ma pensée s'adresse en particulier à Mgr Frano Illia et à Mgr Robert Ashta, qui sont retournés à la maison du Père après une existence vécue dans la fidélité courageuse à l'Evangile. Je pense également à l'élévation à la dignité cardinalice du regretté Cardinal Mikel Koliqi, témoin fidèle du Christ qui, dans sa vénérable figure, synthétisait presque l'histoire des souffrances, des persécutions et de l'espérance indomptable des chrétiens de votre terre bien-aimée.


2. Le long chemin de l'Eglise catholique en Albanie a connu des moments de vitalité prometteurs et des saisons de diffficulté, face aux obstacles et aux persécutions. Il suffit de rappeler la longue domination turque qui, pendant 450 ans, a mis à dure épreuve la foi des catholiques albanais et, plus près de nous, le demi-siècle de dictature communiste, qui les a obligés à vivre dans les catacombes. Il a même parfois semblé que la communauté ecclésiale ait été inévitablement destinée à disparaître, mais c'est précisément alors que la présence mystérieuse du Seigneur déposait les semences de nouvelles floraisons et de nouveaux fruits.

En Albanie s'est également réalisé ce qu'affirmait Tertullien:  "Le sang des martyrs est la semence des nouveaux chrétiens" (Apologeticum, 50, 13). C'est ce qu'attestent les nombreux Albanais qui ont conservé la foi malgré la dure répression  subie  en  raison  de  leur adhésion à l'Evangile. Les prêtres et les religieux qui subi la prison et la torture en sont un merveilleux témoignage.

En cette circonstance particulière, je désire remercier l'Eglise albanaise tout entière pour le témoignage offert au cours des années de persécution et m'unir à elle dans la louange au Seigneur pour avoir pu célébrer ensemble, ici à Rome, le 4 novembre dernier, le dixième anniversaire de la réouverture des Eglises et de la reprise au grand jour de la vie ecclésiale dans le pays.

J'adresse également une pensée reconnaissante aux prêtres, aux religieux et aux religieuses, provenant en grande partie d'Italie et du Kosovo, mais également de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, d'Allemagne, d'Autriche, de Slovénie, de Malte, de l'Inde et des Philippines, qui grâce à leur contribution pastorale, culturelle et matérielle collaborent avec efficacité à la cause de l'Evangile.


3. Après le long hiver des persécutions, la saison de l'espérance a commencé. Diverses églises ont été construites et de nombreuses maisons religieuses ont été ouvertes, constituant des avant-postes providentiels d'évangélisation et de promotion humaine. Les vocations à la vie sacerdotale et religieuse ont augmenté. Le grand séminaire interdiocésain de Scutari a été réouvert, commençant à donner ses fruits le 29 juin 1999, lors des cinq premières ordinations sacerdotales. Il existe également un important engagement social et éducatif qui a conduit à la construction de cliniques, de dispensaires, d'écoles pour les enfants et les jeunes. L'assistance aux pauvres n'a pas été oubliée, à travers la construction de maisons pour les sans-abris et la distribution de nourriture et de vêtements.

Au cours de cette période, votre Eglise a de nouveau acquis sa place à l'intérieur de la vie de la nation. Au cours des désordres et des affrontements fratricides de 1997, elle a joué un rôle de pacification; à travers la Caritas nationale et d'autres organisations catholiques non-gouvernementales, elle s'est prodiguée en faveur des réfugiés du Kosovo; en outre, elle a réalisé des initiatives significatives comme "La cloche de la paix", voulue par les enfants de la de la région de Zadrina de Lezha, et le "Village de la paix" construit à Scutari par les religieux de l'oeuvre de Don Orione. Je ne peux pas non plus oublier le dialogue permanent entretenu avec les communautés orthodoxes et musulmanes.

Aux nombreux motifs de satisfaction pour le travail accompli par votre communauté, je ne peux pas oublier d'ajouter le réconfort que j'ai trouvé dans les initiatives culturelles que vous avez organisées, telles que la Conférence internationale sur le thème "Le christianisme parmi les Albanais" qui s'est tenue du 16 au 19 novembre 1999, ainsi que dans la participation de nombreuses délégations de vos Eglises aux célébrations jubilaires à Rome.


4. "Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde" (Mt 28, 20). "Cette certitude... a accompagné l'Eglise pendant deux mille ans, et elle vient d'être ravivée dans nos coeurs par la célébration du Jubilé. Nous devons y puiser un élan renouvelé pour notre vie chrétienne, en en faisant même la force inspiratrice de notre cheminement. C'est dans la conscience de cette présence du Ressuscité parmi nous que nous nous posons aujourd'hui la question adressée à Pierre à Jérusalem, aussitôt après son discours de la Pentecôte:  "Que devons-nous faire?" (Ac 2, 37)" (Lettre apostolique Novo millennio ineunte, n. 29).

Ces paroles, qui expriment la motivation profonde de chaque projet pastoral après l'expérience de grâce du Jubilé, apparaissent plus que jamais actuelles pour vous, très chers pasteurs de l'Eglise qui est en Albanie. N'est-ce pas la certitude de la présence du Ressuscité qui a soutenu vos martyrs, qui a alimenté l'espérance des chrétiens et qui a donné à vos communautés la force de renaître après la terrible expérience du communisme athée? Cette certitude ne doit-elle pas fonder aujourd'hui votre projet pour le présent et pour l'avenir?

En cette nouvelle saison apparaissent diverses priorités, auxquelles est liée la qualité de l'avenir de vos communautés. Toujours dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, j'ai écrit:  "Faire de l'Eglise la maison et l'école de la communion:  tel est le grand défi qui se présente à nous dans le millénaire qui commence, si nous voulons être fidèles au  dessein  de  Dieu  et répondre aux attentes  profondes  du  monde"  (Ibid., n. 43).

Cet engagement doit trouver au sein de votre Conférence épiscopale une référence autorisée et sûre. Je suis certain qu'un style accueillant et respectueux de tous les charismes vous conduira à valoriser la contribution des missionnaires et des religieuses qui, venant d'autres pays, ont choisi de servir le Christ et leurs frères sur votre terre. Leur présence et leur engagement pastoral constituent un don pour vos communautés. Coopérer ensemble, dans le respect réciproque, en se sentant tous appartenir à une unique Eglise et au service de l'Evangile:  telle est l'attitude juste pour développer de façon efficace le progamme d'une inculturation toujours plus profonde du message chrétien dans le contexte albanais.


5. Il s'agit d'une tâche qui demande la contribution de chacun, et c'est pourquoi il faut que les paroisses deviennent des lieux privilégiés d'écoute de la Parole de Dieu, de formation et d'expérience chrétienne.

La préparation du clergé et le soin de la pastorale des vocations est également d'une importance fondamentale, car l'avenir d'une Eglise est en grande partie lié à sa capacité de fournir à ceux qui sont appelés au sacerdoce ministériel et à la vie consacrée un bagage spirituel, doctrinal et pastoral solide et attentif aux signes des temps.

A la formation du clergé, des religieux et des agents de pastorale, vous unissez, vénérés frères dans l'épiscopat, une profonde attention à l'égard de deux objectifs incontournables de l'Eglise du troisième millénaire:  la pastorale des jeunes et celle de la famille. Il est en effet urgent de préparer les jeunes générations à construire un avenir meilleur dans leur propre pays, en vainquant la tentation de l'immigration et l'illusion des succès faciles qui peuvent être obtenus à l'étranger. Il est également indispensable de soutenir moralement et matériellement les familles et de combattre les graves maux qui, hélas, affligent également votre pays, tels que l'avortement, la prostitution, la drogue, l'esprit de vengeance, l'exploitation des femmes, la violence. Ne vous lassez pas d'élever avec fermeté votre voix en défense de la vie dès sa conception, et ne vous laissez jamais détourner de l'engagement de protéger avec une détermination courageuse la dignité de chaque personne humaine.


6. Très chers et vénérés frères dans l'épiscopat, le domaine d'évangélisation et de promotion humaine qui s'ouvre devant vos yeux est vaste! Le nombre des problèmes pourrait parfois vous décourager. Comment accomplir une tâche si exigeante? Comment construire une communauté adulte, actrice de la nouvelle évangélisation? Tout d'abord en conservant fermement votre coeur dans le Christ:  c'est de Lui que vous pouvez puiser la force et la lumière. Sa grâce vous rendra forts et patients, prêts à accueillir les nombreux dons avec lesquels il comble lui-même son Eglise. A vous aussi, comme aux prophètes envoyés pour annoncer la Parole dans des contextes difficiles et hostiles, le Ressuscité continue de répéter:  "Je serai avec vous jusqu'à la fin du monde. Je reste avec vous. N'ayez pas peur!" Rendues fortes par la puissance de la Croix, vos Eglises, petites semences dans l'immense champ de Dieu, pourront devenir des arbres luxuriants et riches de fruits.

Que vous accompagne de sa protection maternelle la Mère du Seigneur qui, par sa présence et sa prière, a été proche des Apôtres au Cénacle. Que ce soit elle qui rende fécond chacun de vos projets apostoliques et qui prépare pour le Peuple de Dieu qui vous est confié des effusions de l'Esprit toujours nouvelles.

Que dans la difficulté quotidienne de votre ministère vous réconforte également la Bénédiction apostolique, que je vous donne de tout coeur, ainsi qu'aux fidèles de l'Albanie bien-aimée, avec une pensée particulière pour les malades, les jeunes, les familles et ceux qui souffrent dans leur corps et leur esprit.

 

top