The Holy See
back up
Search
riga

  DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
AUX ÉTUDIANTS DU CENTRE CULTUREL
INTERNATIONAL "JEAN XXIII"

Samedi 7 avril 2001


Chers étudiants,

1. Soyez les bienvenus à cette rencontre que vous avez appelée de vos voeux! Je vous salue affectueusement et je vous remercie de cette visite, qui me permet de mieux connaître vos attentes et vos espoirs de jeunes, provenant de différents pays du monde, venus étudier à Rome. Je salue Mgr Remigio Musaragno, Directeur du Centre culturel international Jean XXIII, au sein duquel il est actif depuis bien quarante ans. En le remerciant des paroles cordiales qu'il a bien voulu m'adresser, je forme des voeux affectueux afin que le jubilé sacerdotal qu'il a   récemment  célébré, constitue pour lui une occasion de consécration renouvelée au Christ et de service toujours plus généreux à ses frères.

Avec lui, je salue celui qui s'est fait l'interprète de vos sentiments et ceux qui collaborent avec générosité à la vie de votre Communauté. J'étends ma pensée à tous les étudiants des nations les moins riches du monde et aux organismes ecclésiaux qui s'occupent d'eux. Je rappelle en particulier, outre votre centre de grand mérite, ceux qui sont aujourd'hui représentés ici:  le Bureau central des étudiants étrangers en Italie (UCSEI) de Rome et de Pérouse et le Centre international "La Pira" de Florence.


2. Vous êtes originaires de cinquante pays et vous passez à Rome une période significative de votre jeunesse. Il s'agit d'une précieuse opportunité culturelle et formatrice qui vous enrichit de compétences scientifiques et de nouvelles expériences humaines, en vous permettant de vous préparer à devenir les protagonistes généreux et attentifs du développement de vos nations respectives. C'est sûrement un privilège singulier que celui de demeurer dans la Ville éternelle, coeur battant de l'Eglise catholique. Ici, vous pouvez admirer d'importants et précieux vestiges de l'antique civilisation romaine, ainsi que des témoignages éloquents de la foi chrétienne. Ici, il vous est donné d'ouvrir votre esprit et votre coeur au savoir et aux valeurs de la fraternité, de l'accueil et du respect des richesses de tout peuple.

Dans votre Centre, où cohabitent des jeunes de cultures, de races et de nations différentes, il est possible de réaliser une expérience singulière et enrichissante de "convivialité" humaine et spirituelle. La provenance multiforme des résidents permet au Centre d'être une école de coexistence fraternelle, où devient actuelle et fructueuse l'invitation au dialogue entre les cultures, que j'ai proposée comme voie privilégiée en vue de la construction de la civilisation de l'amour et de la paix dans le Message pour la Journée mondiale de la Paix de cette année. Le dialogue invite, en effet, à reconnaître la richesse de la diversité et dispose les âmes à l'acceptation réciproque, dans la perspective d'une authentique collaboration répondant à la vocation originelle à l'unité de toute la famille humaine.


3. Chers étudiants, je voudrais aujourd'hui vous confier, à vous qui, demain, s'il plaît à Dieu, pourrez être des acteurs de l'histoire de vos pays, le devoir de valoriser au maximum ces années de formation pour croître humainement, culturellement et spirituellement. Ce n'est qu'ainsi que vous pourrez être les artisans de sociétés nouvelles, où chacun se sent accueilli comme membre de la même famille, appelée à vivre dans la solidarité et dans la paix.

Pour que cela se réalise, outre à l'indispensable préparation scientifique et professionnelle, il faut en premier lieu que vous soigniez votre relation personnelle avec Dieu. Dans un monde où les intérêts dominants semblent être seulement matériels, je vous exhorte à rechercher "d'abord le Royaume de Dieu et sa justice", parce que tout le reste, comme nous l'affirme le Christ lui-même, vous sera donné "par surcroît" (cf. Mt 6, 33). En outre, l'expérience de la foi, dans un contexte multiculturel, vous aidera à ne pas vous soumettre à des conformismes faciles, à des modèles inspirés par une conception sécularisée et pratiquement athée de la vie, tout comme à des formes d'individualisme radical. Cela vous poussera plutôt à acquérir une relation plus mûre à l'égard des valeurs de votre culture, à les enrichir par la confrontation avec d'autres traditions et à les analyser à travers l'expérience vécue de la rencontre avec le Christ.


4. Telles sont, très chers jeunes, les conditions qui peuvent faire de votre Centre un lieu d'espérance, une famille au sein de laquelle on se respecte et on s'aime, un lieu d'apprentissage de la "civilisation de l'amour". Venant de nombreux pays, vous pouvez réfléchir ensemble sur les motifs qui, malheureusement, provoquent chez certains peuples auxquels vous appartenez, des divisions et des haines. Ensemble, il vous est possible de mûrir dans la connaissance réciproque, en recherchant ce qui unit et en dépassant les oppositions séculaires qui dégradent parfois la dignité de l'homme. L'expérience de l'accueil, de la compréhension mutuelle et, quand cela est nécessaire, du pardon, constitue un entraînement quotidien vous préparant à vos futures responsabilités, quand il vous sera demandé d'être des constructeurs de solidarité et de paix, soignant les blessures et recomposant dans les esprits et dans les coeurs la condition positive de la fraternité.


5. Votre Maison est dédiée à mon vénéré prédécesseur, le Bienheureux Jean XXIII. Il fut le Pape du dialogue et de la paix, de la bonté et de l'amour envers tous. Au cours de son bref pontificat, il a lancé une profonde "mise à jour" capable d'imprimer à l'Eglise un vaste et significatif renouveau. Avec le Concile Vatican II, il a préparé ensuite l'Eglise aux défis du troisième millénaire. Dans les différentes charges auxquelles il fut appelé par la Providence, il conserva sa foi simple et un attachement constant à ses racines populaires.

Je confie chacun d'entre vous à l'intercession de ce Bienheureux, qui vous est particulièrement proche. Qu'il vous aide à conserver avec fidélité votre identité humaine et chrétienne et vous rende prêts à vous ouvrir courageusement aux nécessités de vos frères. J'invoque en outre sur vous la protection maternelle de Marie, la Mère du Seigneur et, de grand coeur, je vous bénis avec tous vos espoirs, vos familles, les personnes qui vous sont chères et les pays dont vous provenez.

 

top