The Holy See
back up
Search
riga

RENCONTRE AVEC LES JEUNES

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II

Lviv (Esplanade de Sykhiv)
Mardi 26 juin 2001

 

1. "Seigneur, à qui irons-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle" (Jn 6, 68).

Très chers jeunes de l'Ukraine, l'Apôtre Pierre prononça ces paroles en s'adressant à Jésus, qui s'était présenté aux foules comme le pain descendu du ciel pour donner la vie aux hommes (cf. Jn 6, 58). Aujourd'hui, j'ai la joie de les répéter parmi vous, et même de les répéter en votre nom et avec vous.

Aujourd'hui, le Christ vous pose la question qu'il posa alors aux Apôtres:  "Voulez-vous partir, vous aussi?". Et vous, jeunes de l'Ukraine, que répondez-vous? Je suis certain que, avec moi, vous aussi faites vôtres les paroles de Pierre:  "Seigneur, à qui irons-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle!".

En vous voyant si nombreux et enthousiastes, ma pensée revient à la Journée mondiale de la Jeunesse, qui s'est déroulée à Rome en août de l'année dernière et à laquelle beaucoup d'entre vous ont également participé. A cette occasion, j'ai invité les jeunes du monde entier à ouvrir un grand "laboratoire de la foi", dans lequel chercher à approfondir les raisons pour suivre le Christ Sauveur. Aujourd'hui, nous vivons un moment significatif du "laboratoire de la foi" ici, dans votre terre, où est parvenue il y a plus de mille ans l'annonce de l'Evangile.

Encore une fois, au début du troisième millénaire, le Christ vous répète:  "Mais pour vous, qui suis-je?" (Mt 16, 15). Très chers amis, le Pape est venu parmi vous pour vous encourager à répondre:  "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant" (Mt 16, 16); "Tu as les paroles de la vie éternelle" (Jn 6, 68).


2. Oui, très chers jeunes, le Christ a "les paroles de la vie éternelle". Ses paroles demeurent pour toujours et surtout elles nous ouvrent les portes de la vie éternelle. Lorsque Dieu parle, ses paroles donnent la vie, appellent à l'existence, orientent le chemin, réchauffent les coeurs déçus et égarés et leur communiquent une nouvelle espérance.

En lisant la Bible, nous découvrons dès la première page que Dieu nous parle. Il nous parle en donnant vie à la création:  ciel, terre, lumière, eau, êtres vivants, homme et femme, tout existe par sa seule parole. Sa parole donne une signification à toutes les choses, en les libérant du chaos. C'est pourquoi la nature est un immense livre, dans lequel nous pouvons rechercher avec un émerveillement toujours neuf les traces de la Beauté divine!

Plus encore que dans la création, Dieu parle dans l'histoire de l'humanité. Il révèle sa présence dans les événements du monde, en établissant à diverses reprises un dialogue avec les hommes créés à son image, pour créer avec chacun une communion de vie et d'amour. L'histoire devient ainsi un chemin de connaissance réciproque entre le Créateur et l'être humain, un dialogue qui a pour but ultime de nous conduire de l'esclavage du péché à la liberté de l'amour.


3. Chers jeunes, ainsi vécue, l'histoire devient un chemin vers la liberté. Voulez-vous parcourir ce chemin? Voulez-vous participer vous aussi à cette aventure? L'avenir de l'Ukraine et de l'Eglise dans ce pays dépend également de votre réponse. Vous n'êtes pas seuls sur ce chemin. Vous faites partie du grand peuple des croyants qui se réclame d'un antique patriarche, Abraham. Il écouta l'appel du Seigneur et partit, devenant pour nous un "père dans la foi", car il crut au Seigneur et eut confiance en lui, qui lui promettait une terre et une descendance.

De sa foi descend le peuple élu, qui, conduit par Moïse, affronta l'exode de l'esclavage d'Egypte vers la liberté de la terre promise. Au centre de l'exode se situe l'alliance du Seigneur, fondée sur les dix Paroles de Dieu:  le "décalogue", les dix "commandements". Ce sont des "paroles de vie éternelle", car elles sont toujours valables et donnent la vie à celui qui les observe.


4. Chers amis! Un jour, un jeune, très riche, demanda à Jésus:  "Maître, que dois-je faire de bon pour obtenir la vie éternelle?" (Mt 19, 16). Jésus lui répondit:  "Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements" (Mt 19, 17). Le Christ n'est pas venu abolir la première alliance, mais la porter à son accomplissement. Les dix commandements ont une valeur éternelle, car ils sont la loi fondamentale de l'humanité, écrite dans la conscience de chaque personne. Ils sont le premier pas vers la liberté et la vie éternelle, car en les observant, l'homme se place dans une juste relation avec Dieu et avec le prochain. Ils "explicitent la réponse d'amour que l'homme est appelé à donner à son Dieu" (Catéchisme de l'Eglise catholique, n. 2083). Cette loi est écrite naturellement dans le coeur de chaque être humain et doit être fidèlement accueillie et exécutée. Elle doit devenir la règle de notre existence quotidienne.

Dans le monde d'aujourd'hui, des changements sociaux profonds et rapides ont lieu et de nombreux points de référence morale vacillent, jettant les hommes dans le chaos et parfois dans le désespoir. Le décalogue est comme une boussole qui, sur une mer agitée, permet de ne pas perdre la route pour parvenir au port. Voilà pourquoi, chers jeunes ukrainiens, je voudrais aujourd'hui vous remettre à nouveau de façon symbolique les commandements du Décalogue, afin qu'ils soient votre "boussole", le solide point d'appui sur lequel construire votre présent et votre avenir.


5. "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu". Il faut accorder la première place à Dieu dans notre vie. C'est pourquoi les trois premiers commandements concernent notre relation avec Lui. Il mérite à juste titre d'être aimé de tout notre coeur, de toute notre âme et de toutes nos forces (cf. Dt 6, 5). Dieu est unique, et il ne doit pas être remplacé par de fausses divinités. Chers jeunes, à vous aussi, il vous dit:  Je suis le Seigneur ton Dieu, qui désire te guider vers la plénitude de la vie:  ne me remplace pas par quelque chose d'autre".

Aujourd'hui, il existe une forte tendance à remplacer le vrai Dieu par de faux dieux et des idéaux mensongers. Les idoles sont les biens matériels. S'ils sont recherchés et utilisés comme des moyens et des instruments pour le bien, ils peuvent nous aider. Ils ne doivent cependant jamais occuper la première place dans le coeur de l'homme, encore moins des jeunes, appelés à s'élever vers les idéaux les plus beaux et les plus nobles!

Le nom de Dieu est Père, Amour, Fidélité, Miséricorde. Comment ne pas désirer que tous le connaissent et l'aiment. Son jour - le samedi, devenu pour nous chrétiens le dimanche, jour de la résurrection du Seigneur - est une anticipation de la terre promise. Comment ne pas le sanctifier avec la participation à l'Eucharistie, rencontre de fête de la communauté chrétienne?


6. "Aime ton prochain". Les autres sept commandements font référence aux relations avec le prochain. Ils nous indiquent la voie, pour établir avec les autres êtres humains des relations à l'enseigne du respect et de l'amour, sur le fondement de la vérité et de la justice.

Celui qui met en pratique cette loi divine, se trouve très souvent à contre courant. Jeunes de l'Ukraine, le Christ vous demande de marcher à contre courant! Il vous demande d'être les défen-seurs de sa loi, et de la traduire en comportements cohérents dans la vie de chaque jour. Cette loi antique et toujours actuelle trouve dans l'Evangile son parfait accomplissement. C'est l'amour qui vivifie l'existence et c'est à un amour vrai, libre et profond que conduit l'observance fidèle des dix commandements. Avec cette loi divine solidement ancrée dans le coeur, vous ne devez pas avoir peur:  vous vous réaliserez vous-mêmes en plénitude et vous contribuerez à l'édification d'un monde plus solidaire et plus juste.


7. Chers jeunes, votre peuple est en train de vivre un passage difficile et complexe du régime totalitaire qui l'a opprimé pendant de nombreuses années à une société finalement libre et démocratique. La liberté requiert cependant des consciences fortes, responsables, mûres. La liberté est exigeante et, dans un certain sens, elle coûte plus que l'esclavage!

C'est pourquoi, en vous embrassant comme un père, je vous dis:  choisissez la voie étroite que le Seigneur vous indique à travers ses commandements. Ce sont des paroles de vérité et de vie. Souvent, la route qui semble large et aisée se révèle ensuite trompeuse et fausse. Ne passez pas de l'esclavage du régime communiste à celui de la consommation, une autre forme de matérialisme qui, même sans rejeter Dieu par les mots, le nie cependant dans les faits, en l'excluant de la vie.

Sans Dieu, vous ne pourrez rien faire de bon. Avec son aide, en revanche, vous pourrez affronter tous les défis du moment présent. Vous réussirez également à accomplir des choix exigeants, à contre courant, comme par exemple celui de rester avec confiance dans votre pays, sans céder aux mirages de fortunes faciles à l'étranger. Chers jeunes, votre pays a besoin de vous, ici, afin que vous offriez votre contribution pour améliorer les conditions sociales, culturelles, économiques et politiques du pays. Votre pays requiert les qualités dont vous êtes riches, pour l'avenir de votre terre, qui possède un glorieux passé.

L'avenir de l'Ukraine dépend en bonne partie de vous et des responsabilités que vous saurez assumer. Dieu ne manquera pas de bénir vos efforts, si vous fondez votre vie sur le service généreux à la famille et à la société, en plaçant le bien commun avant les intérêts privés. L'Ukraine a besoin d'hommes et de femmes qui se consacrent au service de la société, en ayant pour objectif la promotion des droits et du bien-être de tous, à commencer par les plus faibles et les déshérités. Telle est la logique de l'Evangile, mais également la logique qui fait croître la communauté civile. En effet, la véritable civilisation ne se mesure pas seulement au progrès économique, mais principalement au développement humain, moral et spirituel d'un peuple.


8. Très chers jeunes! Je rends grâce à Dieu qui m'a donné la joie de vous rencontrer. Avant de vous quitter, je voudrais ajouter une dernière parole:  aimez l'Eglise! Elle est votre famille et l'édifice spirituel dont vous êtes appelés à être les pierres vivantes. Elle présente ici un visage particulièrement fascinant en raison des diverses traditions qui l'enrichissent. Dans un esprit de fraternité, cheminez et grandissez unis comme aujourd'hui, afin que les diverses traditions ne soient pas un motif de division, mais plutôt une invitation à la connaissance et à l'estime réciproque.

Que la Vierge Marie vous accompagne sur ce chemin, elle qui est si vénérée sur la terre d'Ukraine. Aimez-la et écoutez-la. Elle vous enseignera à faire de vous-mêmes un don sincère et généreux à Dieu et aux frères. Elle vous poussera à chercher dans le Christ la plénitude de la vie et de la joie. Vous serez ainsi, dans l'Eglise, la nouvelle génération de saints de votre terre, fidèles à Dieu et à l'homme, des apôtres de l'Evangile en premier lieu parmi les jeunes de votre âge.

Que votre nourriture spirituelle soit le Pain eucharistique, qu'elle soit le Christ! Nourris par Lui dans l'Eucharistie, vous resterez toujours dans son amour et vous porterez beaucoup de fruit. Et si la route devient parfois difficile, si le chemin de la fidélité à l'Evangile vous apparaît trop exigeant, car il demandera des sacrifices et des choix courageux, rappelez-vous de notre rencontre. Vous pourrez ainsi revivre l'enthousiasme de la profession de foi que nous avons faite aujourd'hui:  "Seigneur, à qui irons nous? Tu as les paroles de la vie éternelle!". Répétez-la et n'ayez pas peur! Le Christ sera votre force et votre joie.

Très chers amis! Le Pape vous aime et vous considère comme les sentinelles d'une nouvelle d'espérance. Il rend grâce à Dieu vous votre générosité, alors que je prie avec affection pour vous et que je vous bénis de tout coeur.

                                                                  * * *

Au terme de la célébration, le Saint-Père ajoutait les paroles suivantes en polonais: 

Je salue cordialement les pèlerins de langue polonaise.
Chers jeunes amis, vous êtes ici, dans la communauté des jeunes de votre âge, pour rencontrer le Pape et pour écouter ce qu'il a à vous dire. Je désire donc vous dire ce que j'ai dit à toute l'Eglise au terme du grand Jubilé de l'An 2000:  Duc in altum! Prends le large! Ne te laisse pas gagner par le découragement qui peut naître de la crise des relations sociales, de tes échecs dans la recherche d'un sens de la vie quotidienne, ou par tout autre conditionnement du monde d'aujourd'hui. Ne perd jamais le Christ de vue! Fixe en esprit son visage - le visage du Fils de Dieu incarné, du Maître, du Guérisseur, du Serviteur martyrisé du Seigneur, du Seigneur ressuscité. Vois dans ses yeux combien il t'aime! N'aies pas peur de cet amour! N'aies pas peur d'y répondre avec un amour sincère, juvénile! Que cet amour modèle ton monde, ta personnalité et tes relations humaines! Avec le Christ, prends le large de ta propre humanité! Ne perds pas l'espérance! La fidélité à son appel produira des fruits de bien dans ta vie.

Chers jeunes! Rappelez-vous des martyrs.  Rappelez-vous le prix élevé que payèrent vos grand-parents et vos parents pour conserver la fidélité au Christ et à l'Eglise. Que leur foi, leur espérance et leur charité portent des fruits dans votre coeur.

Je vous prie de transmettre mes salutations dans vos familles, dans vos écoles, sur vos lieux de travail. Portez-les aux jeunes de votre âge. Je vous garde tous dans mon coeur et je vous embrasse avec ma prière. Je prie Dieu afin que vous soyez la génération qui établira les solides fondations de l'édifice de la foi des générations du troisième millénaire. Que Dieu vous bénisse!

Le Saint-Père ajoutait ensuite quelques mots en russe: 

Je suis heureux de saluer les jeunes qui sont venus de Russie. Très chers amis, merci de votre présence! En rentrant chez vous, apportez à vos familles et à vos amis mon salut et témoignez de la joie de cette rencontre par votre fidélité au Christ. Apportez ma Bénédiction à tous. Que la Madone vous accompagne!

Le Pape poursuivait en ukrainien: 

Mes très chers et bien-aimés jeunes, je vous remercie beaucoup de cette splendide soirée.

Le Saint-Père concluait en polonais: 

A la fin, le soleil est apparu; là où il y a des jeunes le soleil apparaît.

 

top