The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II
AUX PARTICIPANTS À L’ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE
DE LA CONGRÉGATION POUR LES INSTITUTS
DE VIE CONSACRÉE
ET LES SOCIÉTÉS DE VIE APOSTOLIQUE

 

Messieurs les Cardinaux,
Vénérés frères dans l'épiscopat et dans le sacerdoce!

1. "Sanctifiés dans le Christ Jésus, appelés à être saints avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de Jésus-Christ, notre Seigneur, le leur et le nôtre; à vous grâce et paix de par Dieu, notre Père et le Seigneur Jésus-Christ" (1 Co 1, 2-3).

A travers le salut de l'Apôtre saint Paul aux chrétiens de Corinthe, je m'adresse tout d'abord à vous, Monsieur le Cardinal Eduardo Martínez Somalo, qui avec tant de sagesse et de prudence, guidez le dicastère pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique. J'étends mon salut aux autres Cardinaux, aux vénérés prélats et aux membres de la Congrégation qui participent à l'Assemblée plénière, au cours de laquelle vous réfléchissez sur un thème riche et suggestif:  ""Repartir du Christ", un nouvel engagement de la vie consacrée au troisième millénaire".
Je vous remercie de la collaboration que vous offrez au Saint-Siège dans l'étude et le discernement des orientations à proposer aux personnes consacrées. L'Eglise compte sur le dévouement constant de ce groupe élu de ses fils et de ses filles, sur leur aspiration à la sainteté et sur l'enthousiasme de leur service pour "aider et soutenir en tout chrétien la recherche de la perfection" et renforcer la "solidarité dans l'accueil du prochain, particulièrement des  plus  démunis" (Vita consecrata, n. 39). C'est ainsi que peut être témoignée la présence vivifiante de la charité du Christ parmi les hommes.


2. Nous gardons encore un vif souvenir du grand Jubilé, au terme duquel j'ai invité toute l'Eglise à poursuivre l'itinéraire spirituel entrepris, en repartant avec une vigueur renouvelée de la "contemplation du visage du Christ, lui qui est considéré dans ses traits historiques et dans son mystère, accueilli dans sa présence multiple dans l'Eglise et dans le monde, proclamé comme sens de l'histoire et lumière sur notre route" (Novo millennio ineunte, n. 15).

Sur ce chemin, qui touche la communauté ecclésiale dans son ensemble, les personnes consacrées, appelées "à mettre leur existence au service de cette cause [le Royaume de Dieu], en quittant tout et en imitant de près sa forme de vie" (Vita consecrata, n. 14), assument un rôle éminemment pédagogique pour le Peuple de Dieu tout entier. L'écoute assidue de la Parole, la louange fréquente au Père, dispensateur de tout bien et le témoignage d'une charité active envers les frères les plus démunis, révèle à tous "l'abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu" (Rm 11, 33).

Pour accomplir ce ministère pédagogique dans l'Eglise, la vie consacrée doit développer des relations spirituelles et apostoliques toujours plus authentiques à l'intérieur du tissu ordinaire des Communautés chrétiennes, en partageant les biens spirituels:  le chemin de foi et l'expérience de Dieu, le charisme et les dons de l'Esprit qui la distinguent. C'est grâce à cette participation que mûrira dans chaque Communauté ecclésiale un soutien réciproque plus intense. Chacun deviendra responsable de l'autre et, dans le même temps, aura besoin de lui, en avançant dans la vie de foi et selon le charisme et le ministère propre à chacun.


3. Il s'agit d'un engagement important, qui demande un élan de sainteté renouvelé. "La vie spirituelle doit donc être en première place dans les projets des familles de vie consacrée, en sorte que tous les Instituts et toutes les communautés se présentent comme des écoles de spiritualité évangélique authentique" (Vita consecrata, n. 93). La vie quotidienne des personnes consacrées, rendue lumineuse par le contact assidu avec le Seigneur dans le silence et dans la prière, par la gratuité de l'amour et du service, en particulier à l'égard des plus pauvres, témoigne que la liberté est le fruit du fait d'avoir trouvé la perle précieuse (cf. Mt 13, 45-46), le Christ, pour lequel on est disposé à tout abandonner, les liens d'affection et les certitudes terrestres, en disant avec joie:  Maître, "Je te suivrai, où que tu ailles" (Lc 9, 57). Voilà le parcours de tant de personnes consacrées dans de nombreuses parties de la terre, qui vont même jusqu'au don suprême de leur vie dans le martyre.

Dans cette profonde relation d'amour avec le Christ et de chemin spirituel sur ses traces, est contenue chaque espérance d'avenir de la vie consacrée, qui demande un engagement personnel, conscient, volontaire, libre, plein d'amour à l'égard de la sainteté. Sur ce chemin, les personnes consacrées sont appelées à faire preuve d'un "professionnalisme" spirituel authentique, en affrontant avec une espérance joyeuse les sacrifices et les séparations, les difficultés et les attentes que cet itinéraire comporte et exige. C'est la voie du retour à la maison du Père, que le Christ nous a ouverte et sur laquelle il nous a précédés. Elle est à la foi détachement et recherche; elle unit les aspects difficiles  du  renoncement   aux   aspects joyeux de l'amour (cf. Lc 9, 23sq.). Fidèles  à  leur  vocation, les personnes consacrées pourront un jour exulter avec le Psalmiste:  "Heureux les habitants de ta maison, ils te louent sans cesse. Heureux les hommes dont la force est en toi, qui gardent au coeur les montées. Quand ils passent au val du Baumier, où l'on ménage une fontaine, surcroît de bénédiction, la pluie d'automne les enveloppe. Ils marchent de hauteur en hauteur, Dieu leur apparaît dans Sion" (Ps 83 [84], 5-8).


4. La pédagogie de la sainteté s'exprime de façon singulière dans l'attention primordiale à la communion, qui doit resplendir dans la vie consacrée de tout temps. Chaque communauté religieuse est appelée à être le lieu où l'on apprend naturellement à prier, où l'on enseigne à reconnaître et à contempler le visage du Christ, où l'on croît chaque jour en suivant le Seigneur de façon radicale, en cherchant avec sincérité la vérité sur soi-même et en s'orientant de façon décidée vers le service du Royaume de Dieu et de sa justice.

Du partage de la foi, humble et active, naît la communion authentique. En effet, celle-ci conduit à mettre en commun non seulement les dons de bonté et de grâce, mais également les limites et les défauts de chaque personne. Les biens de grâce et de bonté sont partagés afin d'alimenter la sainteté de tous; les faiblesses humaines et spirituelles de chacun sont assumées, afin de les prendre sur soi et de célébrer ensemble la miséricorde du Père.

La communion authentique dans le Christ promeut ainsi un nouveau style d'apostolat. L'annonce de l'Evangile de la vie consacrée, lorsqu'il part d'une fraternité intense et généreuse, devient plus vif et efficace. C'est ce que nous a enseigné l'Apôtre saint Jean dans sa première Epître:  "Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie [...] nous vous l'annonçons, afin que vous soyez en communion avec nous" (1 Jn 1, 1b.3).

C'est ainsi que ce qui est également caractéristique de la vie consacrée, comme par exemple les voeux ou la spiritualité particulière, devient un don reçu qu'il ne faut pas conserver jalousement  pour  soi,  mais qu'il faut dispenser humblement et généreusement au Peuple de Dieu à travers la Parole et le témoignage, afin que tous, même ceux qui sont loin ou semblent hostiles, puissent connaître et comprendre la profonde nouveauté du christianisme.


5. Dans l'histoire de l'Eglise, la vie consacrée a toujours été au premier plan dans l'oeuvre d'évangélisation. Aujourd'hui aussi, elle part en pèlerinage, elle marche aux côtés de chaque personne, elle en partage l'histoire, elle en réchauffe le coeur avec l'amour reçu dans la contemplation du visage du Christ, et elle la conduit aux sources d'eau vive de la grâce divine, partageant avec elle le pain de l'Eucharistie et de la charité. Sur cet itinéraire mystérieux, tissé de dons et d'accueil, de renoncements et de conquêtes, les personnes consacrées apprennent à reconnaître les provocations et les défis de la société d'aujourd'hui.

En suivant le Christ, pauvre, chaste et obéissant, de tout leur coeur et de toutes leurs forces, elles offrent le témoignage d'une existence capable de donner sens et espérance à chaque engagement personnel et, donc, d'une existence différente de la façon de vivre du monde.

Ce témoignage devient la voie la plus efficace pour encourager les vocations à la vie consacrée. Oui, il faut présenter aux jeunes le visage du Christ contemplé dans la prière et tendrement servie dans nos frères, avec un amour gratuit. Nous devons être persuadés que "ce n'est pas une formule qui nous sauvera, mais une Personne" (Novo millennio ineunte, n. 29). Jésus nous assure:  "Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde" (Mt 28, 20). Nous ne devons pas seulement "parler" de Lui, mais nous devons le faire "voir", à travers le témoignage audacieux de la foi et de la charité. Le Christ doit devenir la référence sûre; son Visage doit être la source de la lumière, forte et miséricordieuse, qui illumine le monde. Ce n'est qu'en lui que se trouve l'énergie surnaturelle qui peut transformer le monde selon le dessein divin.

En souhaitant à tous un travail serein et fécond, sous la conduite lumineuse de l'Esprit Saint, je donne avec affection à chacun de vous et à tous les membres des Instituts de Vie consacrée et des Sociétés de Vie apostolique ma Bénédiction apostolique paternelle.

Du Vatican, le 21 septembre 2001

 

top