The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II 
À L'ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE 
DU CONSEIL PONTIFICAL "COR UNUM"

Jeudi 7 février 2002


Messieurs les Cardinaux,
Vénérés frères dans l'épiscopat et le sacerdoce,
Chers frères et soeurs!


1. Je suis heureux de souhaiter une cordiale bienvenue à chacun de vous, à l'occasion de la vingt-quatrième Assemblée plénière du Conseil pontifical "Cor Unum".  Je salue le Président, Mgr Joseph Cordes, et je le remercie pour les paroles cordiales qu'il m'a adressées au nom des personnes présentes, en commençant par le Secrétaire et ses collaborateurs du dicastère. Je salue Messieurs les Cardinaux, les Evêques, les prêtres, les religieux et les religieuses, ainsi que les laïcs provenant de divers lieux et qui participent à l'Assemblée plénière; certains d'entre eux ont été nommés récemment. A tous et à chacun, j'exprime ma plus sincère reconnaissance pour la disponibilité et l'esprit de collaboration dont ils font preuve dans un domaine si important de l'apostolat ecclésial.

A travers le Conseil pontifical "Cor Unum", l'amour de l'Eglise atteint de nombreux pauvres et personnes dans le besoin du monde entier, en s'appuyant sur de nombreuses interventions et initiatives des communautés locales et des Institutions caritatives internationales.

2. Pour votre Assemblée plénière, vous avez choisi cette année d'approfondir le thème du volontariat, un phénomène important qui réveille aujourd'hui de nombreuses énergies de bien dans l'Eglise et dans le monde. Il s'agit d'un thème qui a été également au centre de l'attention des Nations unies. C'est précisément au volontariat que l'ONU a consacré sa réflexion l'an dernier.

Le volontariat, fruit de choix conscients, bien que parfois difficiles, offre à la société, outre un service concret, également le témoignage de la valeur de la gratuité. Hautement éloquent en soi, cette valeur va à contre-courant de l'individualisme, malheureusement répandu dans nos sociétés, en particulier dans celles qui vivent dans l'opulence. Face à des intérêts économiques qui semblent souvent constituer la catégorie dominante des relations sociales, l'action des volontaires vise à mettre en évidence la place centrale de l'homme. C'est la personne, en tant que telle, qui mérite toujours d'être servie et aimée, en particulier lorsqu'elle est frappée par le mal et la souffrance ou lorsqu'elle est marginalisée ou offensée.

Dans ce sens, le volontariat représente un facteur important d'humanisation et de civilisation. A l'occasion de la Journée du Volontariat, le 5 décembre dernier, pour souligner l'intérêt avec lequel l'Eglise considère ce vaste phénomène, j'ai voulu adresser un Message à tous ceux qui sont engagés dans le domaine du service à l'homme et au bien commun. Dans celui-ci, j'ai répété la valeur de cette expérience, qui offre à tous la possibilité de vivre concrètement l'appel à l'amour, inscrit dans le coeur de tout être humain.

3. Pour les chrétiens, la racine de cet engagement se trouve dans le Christ. C'est par amour que Jésus a donné sa vie à ses frères, et il l'a fait gratuitement. Les croyants en suivent l'exemple. Engagés ainsi dans de multiples domaines d'action humanitaire, ils peuvent devenir pour les non-croyants un véritable encouragement à ressentir la profondeur du message évangélique. Ils montrent de façon concrète que le Rédempteur de l'homme est présent dans le pauvre et dans la personne qui souffre, et qu'il veut être reconnu et aimé dans chaque créature humaine.

Afin que ce témoignage soit incisif, je souhaite que tous ceux qui oeuvrent dans des associations et des institutions catholiques de volontariat prennent pour modèles les nombreux saints de la charité, qui à travers leur existence, ont tracé dans l'Eglise un sillon lumineux d'héroïsme évangélique. Que chacun ait à coeur de rencontrer personnellement le Christ, qui emplit d'amour le coeur de ceux qui veulent servir le prochain.


4. Votre Assemblée plénière se déroule quelques mois après le trentième anniversaire de la fondation du Conseil pontifical "Cor Unum", institué le 15 juillet 1971 par le serviteur de Dieu Paul VI. Trois décennies se sont déjà écoulées, qui ont vu croître et se diffuser l'action caritative de l'Eglise à travers le service des organismes ecclésiaux et la contribution d'innombrables fidèles. Les résultats obtenus confirment la valeur de l'intuition de mon vénéré prédécesseur qui, en accueillant les orientations apparues lors du Concile oecuménique Vatican II, a voulu instituer auprès du Siège apostolique un organisme de coordination et d'animation des nombreuses institutions présentes dans l'Eglise dans le domaine de la promotion humaine et de la solidarité chrétienne.

Aujourd'hui encore, dans votre Con-seil pontifical, les diocèses et les organisations catholiques destinés à l'exercice de la charité trouvent un lieu de rencontre, de dialogue et d'orientation, afin que l'on puisse intervenir plus efficacement dans les milieux frappés par les diverses formes de pauvreté.

5. En rendant grâce à Dieu pour les trente ans d'activité de "Cor Unum", je ressens le besoin de renouveler ma gratitude pour la sollicitude avec laquelle en de nombreuses occasions, et parfois dans des contextes douloureux et tragiques, celui-ci s'est fait l'interprète de la charité du Pape. En particulier, je voudrais rappeler les actions accomplies récemment dans le domaine de l'assistance aux réfugiés d'Afghanistan, ainsi que dans d'autres régions de la terre frappées par la guerre ou par les catastrophes naturelles.

Chers frères et soeurs, je vous encourage à poursuivre cette oeuvre commencée avec succès, à travers laquelle vous contribuez dans une large mesure à la promotion de la dignité de l'homme et à la cause de la paix. Je forme également des voeux afin que l'effort quotidien que vous accomplissez pour animer la pastorale caritative des Communautés diocésaines et pour soutenir votre volontariat catholique se traduise par une annonce toujours plus incisive de l'Evangile de l'espérance et de la charité.

Avec ces voeux, tandis que je vous confie à la protection maternelle de la Vierge Marie, en signe de ferveur spirituelle et de tout bien désiré, je vous donne de tout coeur à chacun une Bénédiction apostolique particulière.

 

top