The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II 
AUX UNIVERSITAIRES DE L'ACADÉMIE 
DES SCIENCES AGRAIRES DE VARSOVIE

Vendredi 11 janvier 2002


Mesdames, Messieurs,

Je vous salue tous cordialement:  le Sénat académique, les professeurs, les enseignants et le personnel administratif, les étudiants et le choeur. J'adresse au Recteur Magnifique mon salut particulier, ainsi que mes remerciements pour les paroles qu'il m'a adressées. Je suis heureux de pouvoir vous accueillir ici, comme représentants de la communauté de l'Académie des Sciences agraires, composée de plusieurs milliers de personnes.

Je vous remercie d'être venu à Rome, pour vivre avec le Pape cette cérémonie de votre institut universitaire. On devrait dire plutôt:  autour du Pape, car, dans votre bienveillance et dans votre bonté, vous avez voulu le gratifier du titre de Docteur honoris causa de votre Académie. Je dois admettre qu'une telle attention concentrée sur ma personne serait assez embarrassante si je n'avais pas conscience que vous veniez plutôt auprès du Successeur de saint Pierre pour exprimer, à travers votre proximité, le lien profond qui unit votre Académie à la tradition culturelle chrétienne de la nation polonaise et de toute l'Europe. Je sais que vous voulez aussi exprimer le souhait d'une recherche constante d'une telle unité, qui se réalise au niveau supérieur, dans un certain sens métaphysique, de l'unité entre la science et la foi. C'est pourquoi, je vous accueille avec joie et gratitude.

L'Académie des Sciences agraires peut se vanter d'une longue et riche tradition, qui remonte à la douloureuse période des divisions, des espérances liées à l'illuminisme et de l'activité sociale et éducative de figures comme Stanislaw Staszic ou Stanislaw Potocki. Ce sont eux qui donnèrent naissance à cette institution qui, à travers un rigoureux travail scientifique et didactique, devait non seulement contribuer au développement de l'agriculture, mais aussi éveiller dans la nation l'amour et le respect pour la terre polonaise, ainsi que pour le patrimoine historique et culturel qui y est lié. Au cours des décennies, à travers les destins changeants de l'histoire de la patrie, l'Académie constituait un centre de vie scientifique, économique et socio-politique dynamique. C'est là que se formaient et enseignaient d'éminents savants, des hommes politiques ainsi que des héros de la lutte pour l'indépendance de la patrie. Cette académie a véritablement été une source jaillissante d'amour pour la terre polonaise et de sollicitude pour la campagne polonaise et pour toute la patrie.

Votre présence, qui rappelle à l'esprit cette belle tradition, renvoie en même temps à l'époque actuelle. Dans un certain sens, elle pose la question du rôle que peut avoir l'Académie des Sciences agraires dans l'actuelle réalité socio-économique polonaise. En cherchant la réponse, il faut noter d'abord que nous observons une profonde crise de l'agriculture polonaise, effet d'une idéologie erronée et de pratiques appliquées au cours des décennies passées qui ont provoqué des retards par rapport à l'agriculture européenne moderne soutenue depuis des années par les financements de l'Etat. La crise économique de l'agriculture produit également des effets au niveau de la culture nationale. Si, en effet, beaucoup de jeunes compétents, issus de milieux ruraux, ne peuvent plus, pour des raisons matérielles, poursuivre leurs études dans les écoles supérieures et dans les universités, nous assisterons sans aucun doute à un appauvrissement spirituel non seulement de la campagne polonaise, mais aussi de toute la société. La question revêt également un autre aspect douloureux:  l'agriculture polonaise d'aujourd'hui semble souffrir, non seulement de la faible rentabilité de son dur travail et, en conséquence, de l'insuffisance des moyens pour le développement de son secteur, mais aussi du manque de respect, de la part de la société, pour son travail et de l'absence de soutien dans ses efforts pour changer la situation. Et une attitude de ce genre dans une partie significative des milieux politiques et sociaux peut dériver de la perte du sens de la valeur de la terre - de la terre appartenant à la famille, de la terre appartenant à la patrie -, de l'abandon des traditions spirituelles pluriséculaires qui y sont liées, de l'extinction de l'amour pour cette terre, irriguée pendant des siècles par la sueur et le sang de nos ancêtres.

Dans un tel contexte, le rôle de l'Académie des Sciences agraires semble irremplaçable. Il est bien connu que vous assumez aujourd'hui de nouveaux devoirs, conformément à l'esprit du temps et aux exigences auxquelles vous faites faces soulevées par le développement des sciences et des changements culturels, économiques et sociaux. Je sais que l'activité éducative de l'Académie comprend plus de cinquante spécialisations. Beaucoup d'entre elles ne concernent certainement pas directement l'agriculture ou le large éventail des phénomènes concernant la vie de la campagne. Toutefois, vous ne devez pas oublier les racines, la tradition qui imposait à tous ceux qui formaient la communauté de cette Académie d'être préoccupés par le développement de l'agriculture et de susciter l'amour de la terre polonaise - mère nourricière. N'abandonnez pas l'effort de construire les bases scientifiques du développement de l'agriculture polonaise, du déploiement des perspectives de sa croissance culturelle et spirituelle. Ne cessez surtout pas d'apporter à tous les habitants des villes et des villages, le témoignage de l'amour et du respect, dûs à la terre polonaise et à ceux qui la cultivent à la sueur de leur front. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour que l'agriculture polonaise puisse entrer avec dignité, bien-être matériel et richesse spirituelle dans la structure de l'Europe unie.

Avec ma prière et avec une pensée cordiale, je vous soutiens dans cet effort. Une fois encore, je vous remercie de votre présence et je souhaite à tous un grand succès dans le travail en faveur de la science, de la culture et de la vie sociale. Transmettez mon salut à la multitude d'étudiants et de professeurs de votre Académie. Que Dieu vous bénisse!

 

top