The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II 
À MGR FRANCESCO MARINELLI, 
ARCHEVÊQUE D'URBIN-URBANIA-SANT'ANGELO IN VADO 
À L'OCCASION DE LA RÉOUVERTURE AU CULTE 
DE LA BASILIQUE-CATHÉDRALE

A mon vénéré Frère Francesco MARINELLI
Archevêque d'Urbin-Urbania-Sant'Angelo in Vado

1. J'ai appris avec joie que lors de la prochaine solennité de son saint Patron, le martyr Crescentino, la Basilique-Cathédrale de cet archidiocèse sera réouverte au culte, après une période de fermeture douloureuse et forcée en raison du tremblement de terre qui, il y a cinq ans, a frappé la ville d'Urbin et une vaste zone des Marches.

Je désire tout d'abord vous féliciter, vénéré Frère, ainsi que tous ceux qui ont contribué à restituer au saint édifice sa beauté architecturale et sa splendeur originelle:  de cette façon, à travers les admirables oeuvres d'art qu'il contient et les nombreuses expressions de spiritualité et de culture chrétienne qui l'enrichissent, il pourra continuer à être un témoin singulier d'une histoire glorieuse. En outre, ce temple, en tant que cathédrale diocésaine, revêt pour la Communauté une signification particulièrement profonde, comme le remarquait mon prédécesseur de vénéré mémoire, le serviteur de Dieu Paul VI:  "La cathédrale, dans la majesté de ses structures architecturales, représente le temple spirituel qui s'édifie intérieurement dans chaque âme, dans la splendeur de la grâce, selon les paroles de l'Apôtre:  "Or c'est nous qui sommes le temple du Dieu vivant" (2 Co 6, 16)" (Const. apos. Mirificus eventus:  Enchiridion Vaticanum, Suplementum 1, n. 72).

Dans la cathédrale se trouve la chaire de l'Evêque, signe du magistère et de l'autorité ecclésiale, ainsi que symbole de l'unité de ceux qui partagent la foi que l'Evêque, en tant que Pasteur du troupeau des croyants, conserve, proclame et partage avec l'Eglise universelle. C'est pourquoi la cathédrale doit être considérée comme le centre de la vie de l'archidiocèse; dans celle-ci, l'Evêque préside la liturgie, bénit le saint chrême et effectue les ordinations. Aimer et vénérer la cathédrale signifie aimer l'Eglise en tant que communauté de personnes unies par la même foi, par la même liturgie et par la même charité. C'est pourquoi, chacun doit accomplir tous les efforts possibles pour agir toujours dans un esprit d'unité autour de l'Evêque, "principe visible et fondement de l'unité de l'Eglise particulière" (Const. dogm. Lumen gentium, n. 23).

L'Eglise cathédrale d'Urbin ne possède pas seulement une histoire glorieuse à raconter, mais elle est également l'expression d'une grande histoire à construire. Ce que j'ai proposé à tous les catholiques comme héritage du Jubilé, vaut également pour cette communauté bien-aimée. C'est pourquoi je lui dis:  Eglise de Dieu qui vis à Urbin, Urbania et Sant'Angelo in Vado, "avance en eau profonde" (Lc 5, 6), envisage avec confiance l'avenir, vers lequel l'Esprit te projette pour former avec tes fidèles, qui sont des pierres vivantes, le temple de l'Esprit Saint (cf. 1 P 2, 5).


2. Dans cette perspective de vitalité renouvelée et d'élan apostolique, je désire exprimer ma satisfaction et mon encouragement pour diverses initiatives pastorales récemment entreprises. Je me réfère tout d'abord à la réouverture, en concomitance avec cet heureux événement, du Séminaire diocésain. L'attention et le soin portés à une pastorale des vocations efficace constituent le signe sans équivoque de la vigueur de la communauté chrétienne et ils doivent toujours s'accompagner de la prière insistante au Seigneur, afin qu'il appelle de nouveaux et dignes ouvriers pour sa moisson évangélique. Je souhaite de tout coeur que ce nouveau début suscite de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce ministériel et, de façon générale, qu'il contribue à renouveler et à rendre toujours plus efficace et fructueuse la pastorale des vocations.

En deuxième lieu, la présence dans cette ville d'une Université mérite d'être soulignée. Née de l'attention de l'Eglise pour l'approfondissement des études à caractère théologique et juridique, l'Université d'Urbin vit et oeuvre depuis toujours en étroite symbiose avec la communauté locale, créant un cadre professionnel et devenant un instrument de transmission de formes de savoir toujours renouvelées.

A ce propos, j'exprime ma vive satisfaction pour la valeur de l'attention pastorale constante à l'égard des personnes qui oeuvrent au sein des Institutions académiques, en particulier envers les étudiants qui proviennent de diverses régions d'Italie et qui se font les messagers de valeurs, d'institutions et d'attentes importantes. S'il est vrai que, au cours de sa longue histoire, l'Université n'est jamais restée étrangère à la communauté chrétienne, la croissance incessante du nombre d'étudiants et d'enseignants et le rôle que celle-ci a joué comme facteur d'innovation et de création de modèles culturels exigent aujourd'hui un supplément d'attention et de sensibilité pastorale.


3. Parmi les nombreuses initiatives entreprises par le passé, une place importante revient à l'Institut supérieur des sciences religieuses, né de l'engagement commun des Institutions ecclésiastiques locales et des autorités académiques. Depuis vingt-quatre ans, celui-ci accomplit la tâche de préparer des professeurs de religion dans les écoles et de diriger les jeunes vers l'étude et la recherche dans le domaine des sciences religieuses. C'est précisément en vertu de cette attention au domaine culturel que l'Institut est devenu toujours davantage un point de référence sûr pour les étudiants et les chercheurs qui entendent approfondir les thèmes religieux ou se confronter à la pensée contemporaine d'inspiration chrétienne, afin que le message évangélique puisse exprimer toujours mieux sa propre nature de levain et de ferment, également dans le domaine culturel.

Je sais que cette communauté diocésaine s'est engagée de façon particulière dans la formation d'un laïcat catholique compétent, en mesure de témoigner et de vivre les valeurs de la foi chrétienne non seulement dans le domaine privé, mais également dans tous les domaines de la vie et de l'activité quotidienne. A ce propos, je désire encourager l'oeuvre du "Forum permanent des laïcs", récemment constitué, et le chemin de l'Action catholique diocésaine:  il s'agit de ressources plus que jamais précieuses en vue de la nouvelle évangélisation.


4. En lien avec ce qui vient d'être illustré, je ne peux que souligner l'importance du domaine pastoral constitué par le monde des jeunes. J'ai appris avec plaisir, à ce propos, l'engagement pris par l'archidiocèse de former, tant au niveau paroissial que diocésain, des formateurs pour les groupes d'enfants et de jeunes. De même, l'initiative d'apporter dans les paroisses du diocèse la "Croix des jeunes", autour de laquelle on se rencontre, on réfléchit et on prie ensemble, est particulièrement appréciable.

En pensant avec affection aux jeunes de cet archidiocèse, j'adresse une pen-sée particulière au groupe de jeunes qui participera à la prochaine Journée mondiale de la Jeunesse à Toronto:  j'exhorte chacun à être, dans tous les milieux, "le sel de la terre et la lumière du monde" (cf. Mt 5, 13-14).

Avec ces sentiments et ces voeux, je désire me joindre spirituellement à vous, vénéré Frère, et à toute la communauté diocésaine confiée à vos soins pastoraux, pour la célébration significative du 1 juin prochain:  jour de joie et de fête, de prière et de témoignage, d'espérance et d'engagement. Dans cette perspective, alors que j'invoque l'intercession céleste de la Vierge Marie et du saint martyr Crescentino, je vous donne de tout coeur, ainsi qu'au clergé, aux religieux et aux religieuses, aux familles, aux jeunes, aux personnes âgées et à tous les fidèles d'Urbin-Urbania-Sant'Angelo in Vado, une Bénédiction apostolique spéciale.

Du Vatican le 27 mai 2002

 

top