The Holy See
back up
Search
riga

 DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II 
AUX MEMBRES DE L'ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE 
DU CONSEIL PONTIFICAL 
POUR LES COMMUNICATIONS SOCIALES

Vendredi 1er mars 2002


Eminences,
Chers frères dans l'épiscopat,
Frères et soeurs dans le Christ,


1. Une fois de plus, vous êtes venus à Rome des cinq continents pour l'Assemblée plénière du Conseil pontifical pour les Communications sociales. Je remercie Monseigneur John Foley pour ses aimables paroles et pour les orientations qu'il a données en tant que Président du Conseil, avec la précieuse collaboration de Monseigneur Pierfranco Pastore. Je désire profiter de cette occasion pour remercier le Conseil dans son ensemble pour l'aide que vous continuez d'apporter à mon ministère apostolique. Dans le monde d'aujourd'hui, comment le Successeur de Pierre peut-il accomplir son ministère de prêcher l'Evangile et de renforcer ses frères et soeurs dans la foi, sinon à travers les moyens de communication sociale? Je suis profondément conscient de cela, et c'est pourquoi je vous suis très reconnaissant, ainsi qu'aux groupes tels que les Chevaliers de Colomb, qui soutiennent généreusement votre travail.


2. J'apprécie le thème que vous avez choisi pour cette Assemblée plénière:  "Les moyens de communication sociale et la nouvelle évangélisation:  activités actuelles et projets pour l'avenir". Il est essentiel que nous considérions notre engagement dans le monde des médias comme une part essentielle de la nouvelle évangélisation à laquelle le Saint-Esprit appelle à présent l'Eglise partout dans le monde. Comme je l'ai souligné dans ma Lettre apostolique Novo millennio ineunte, nous devons "fixer les éléments concrets d'un programme [...] qui permettent à l'annonce du Christ d'atteindre les personnes, de modeler les communautés, d'agir en profondeur par le témoignage des valeurs évangéliques sur la société et sur la culture" (n. 29). Il ne suffit pas d'attendre que quelque chose se passe ou d'agir au hasard:  le moment est venu d'un programme concret et efficace, comme celui que vous préparez au cours de cette Assemblée plénière. Votre défi particulier consiste à trouver les moyens de garantir que la voix de l'Eglise ne soit pas marginalisée ou étouffée dans le forum moderne des moyens de communications sociales. Vous devez jouer un rôle essentiel pour garantir que l'Evangile ne soit pas confiné à la sphère strictement privée. Non! Jésus-Christ doit être proclamé au monde; c'est pourquoi l'Eglise doit entrer dans le grand forum des moyens de communication sociale avec courage et confiance.


3. Non seulement nous devons utiliser les moyens de communication sociale pour communiquer le Christ au monde, mais nous devons prêcher l'Evangile au monde des médias lui-même. Ce que j'ai déjà dit à propos d'internet vaut pour les moyens de communication sociale en général:  il s'agit d'un ""nouveau forum" entendu dans son antique sens romain [...] d'un espace peuplé et bruyant, qui reflétait à la fois la culture environnante et créait une nouvelle culture propre" (Message pour la Journée mondiale des Communications sociales 2002, n. 2; cf. ORLF n. 5 du 29 janvier 2002). Cette culture des médias doit elle aussi être évangélisée! Et vous êtes appelés à offrir à l'Eglise l'inspiration et les idées utiles à cette tâche importante, en puisant aux modèles les plus élevés de professionalisme et aux ressources les plus profondes de la foi chrétienne et de la tradition catholique.

Il  s'agit  d'une tâche à laquelle le Conseil pontifical s'est consacré avec une grande énergie. Au cours de cette Assemblée plénière, par exemple, vous publierez deux documents importants, qui sont en préparation depuis plusieurs années:  "Ethique et internet" et "L'Eglise et internet". Ce sont des signes non seulement de votre créativité professionnelle, mais également de votre engagement à prêcher la Bonne Nouvelle dans ce monde en rapide mutation des communications sociales.

4. L'Evangile vit toujours dans un dialogue avec la culture, car la Parole éternelle ne cesse d'être présente dans l'Eglise et dans l'humanité. Si l'Eglise s'éloigne de la culture, l'Evangile lui-même se tait. C'est pourquoi nous ne devons pas craindre de franchir le seuil culturel de la révolution dans le domaine des communications et de l'information qui a lieu actuellement. "Comme toutes les nouvelles frontières des autres époques, celle-ci également est riche de dangers et de promesses et est marquée par l'esprit d'aventure qui a caractérisé d'autres grandes périodes de changement" (ibid.). Pour l'Eglise, l'aventure consiste à ce que la vérité du Christ influe sur ce nouveau monde, avec toutes les promesses, les recherches et les interrogations que cela comporte. Cela exigera en particulier la promotion d'une éthique véritablement humaine, qui peut créer la communion plutôt que l'aliénation entre les personnes (cf. Novo millennio ineunte, n. 43), et la solidarité plutôt que l'inimitié entre les peuples.

Toutefois, la question fondamentale est celle-ci:  "De cette galaxie d'images et de sons, le visage du Christ ressortira-t-il et la voix du Christ sera-t-elle entendue?" (Message pour la Journée mondiale des Communications sociales 2002, n. 6). Car, dans tous nos projets, nous ne pouvons pas oublier que le Christ est la Bonne Nouvelle! Nous n'avons rien à offrir sinon Jésus, l'unique médiateur entre Dieu et l'homme (cf. 1 Tm 2, 5). Evangéliser signifie simplement lui permettre d'être vu et entendu, car nous savons que s'il n'y a pas de place pour le Christ, il n'y a pas de place pour l'homme.

C'est pourquoi, chers frères et soeurs, je vous exhorte, dans tous vos projets, à accorder une place au Christ. Dans la presse écrite, à la radio et à la télévision, dans le monde du cinéma et d'internet, efforcez-vous d'ouvrir les portes à celui qui est pour nous, de façon si miséricordieuse, la porte du salut. Les moyens de communication sociale seront alors un monde de communication authentique, un monde fait non pas d'illusion, mais de vérité et de joie. Je prie avec ferveur pour qu'il en soit ainsi et je confie votre travail à Marie, Mère du Verbe fait chair. Je donne avec joie ma Bénédiction apostolique à tous ceux  qui  contribuent  au  travail du Conseil pontifical, en signe de la présence du Christ parmi vous et de sa force sur tout ce que vous faites en son nom.

 

top