The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II
POUR LE 50ème ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION
DE L’INSTITUT MONASTIQUE
DE L'UNIVERSITÉ PONTIFICALE SAINT-ANSELME DE ROME


A l'illustre Abbé-Primat Notker WOLF, o.s.b. 
Grand Chancelier de l'Université pontificale Saint-Anselme

1. J'ai appris avec grand plaisir que l'Institut monastique de l'Université pontificale Saint-Anselme de Rome s'apprête à commémorer le 50 anniversaire de sa fondation. En cette heureuse circonstance, j'ai la joie de vous adresser, ainsi qu'au corps enseignant, aux élèves et à tous ceux qui prennent part aux célébrations jubilaires, mon salut cordial ainsi que tous mes voeux.

Conçu pour être un établissement au service d'une étude méthodique de la vie et de la culture des moines, l'Institut monastique fut fondé au sein de la Faculté de théologie de l'Université pontificale, par un décret en date du 21 mars 1952, de la Sainte Congrégation pour les Séminaires, en réponse à l'ardent désir de l'Abbé-Primat Bernhard Kaelin d'attirer l'attention sur les sources littéraires et les grandes figures du monachisme, ainsi que sur la réflexion théologique et les implications institutionnelles de la vie monastique. On s'était, en effet, rendu compte de la nécessité et de l'urgence d'étudier le monachisme d'une manière systématique. Dans la Lettre qui annonçait l'ouverture de l'Institut, une tâche précise lui était confiée:  "Il est nécessaire que des moines qui aient les qualités requises, capables d'enseigner à d'autres, développent une discipline scientifique méthodique. Il ne serait pas inutile d'offrir à certains jeunes prêtres, qui en auraient les capacités, la possibilité de se spécialiser pendant deux ans dans une étude de ce type" (26 mai 1952).


2. La nouvelle institution fut confiée à des chercheurs de renommée internationale, afin que de jeunes moines soient correctement formés à la spiritualité, à l'histoire et à la doctrine monastique. Parmi eux, je voudrais rappeler les noms de Cipriano Vagaggini, maître de théologie sapientielle, Basilius Stiedle et Adalbert de Vogüé, qui ont révélé l'arrière-plan patristique de la Règle de saint Benoît, ainsi que Benedetto Calati et Gregorio Penco, remarquables interprètes de l'histoire monastique.

Durant toutes ces années, l'Institut monastique a su traduire sa finalité générale en parcours didactiques concrets et en principes méthodologiques efficaces. Comment ne pas penser, par exemple, aux moines et aux religieuses formés, au moyen d'instruments de travail adaptés, à la connaissance critique et à l'étude méthodique des sources et des textes classiques du monachisme? L'occasion d'aborder l'histoire du monachisme chrétien oriental et occidental a permis la découverte d'interactions existant entre les différentes écoles de théologie, de spiritualité et de vie monastique.

Cinquante ans après, rendons grâce à Dieu pour cette institution tout à fait providentielle en faveur des divers monastères bénédictins; elle a activement contribué à tisser un rapport fécond entre la vie spirituelle et l'étude, et elle est devenue un point de référence d'une valeur reconnue, ainsi qu'un lieu de formation privilégié pour le monde monastique d'aujourd'hui.


3. A travers cet institut désormais cinquantenaire, qui a tant contribué à former une multitude de moines ainsi que de nombreuses personnes qui se sont intéressées à la connaissance critique et à l'approfondissement des sources et des textes classiques du monachisme, le service rendu à l'Eglise par l'Ordre bénédictin se place dans le sillage de la recherche de Dieu la plus vaste et la plus fascinante possible à laquelle saint Benoît, en établissant la "Schola Christi", désirait inviter ses disciples. J'encourage les autorités religieuses et universitaires à continuer d'oeuvrer sur cette voie, en poursuivant la longue et louable tradition culturelle de l'Ordre.

Que cet heureux anniversaire, également grâce aux manifestations jubilaires qui sont prévues, fasse que l'Institut monastique et l'Université Saint-Anselme puissent définir les perspectives vers lesquelles tendre, afin de promouvoir un vaste nouvel élan spirituel de toute la famille bénédictine. "Avance en eaux profondes"! Que chacun s'y applique, en harmonie avec les attentes de l'Eglise projetée dans le troisième millénaire.


4. Pour que cela soit, il est avant tout indispensable que croisse en chacun l'adhésion personnelle au Christ, seule source véritable d'une vitalité évangélique renouvelée. Ce n'est qu'à cette condition qu'il est en effet possible d'affronter avec courage les défis du temps présent. Aujourd'hui, comme par le passé, il est demandé au moine, avant toute chose, de cultiver une intimité constante avec le Maître divin. L'ora de la contemplation pourra ainsi se conjuguer de manière harmonieuse avec le labora de l'action, dans un approfondissement permanent du patrimoine monastique sans cesse enrichi, à travers les siècles, par la contribution de si nombreux monastères.

Que la Vierge Marie et le saint Père Benoît protègent ceux qui sont engagés dans l'Institut et les aident à conduire chacun de leurs projets à un accomplissement heureux. Tout en vous assurant de mon souvenir constant dans la prière, je vous donne, Père Abbé-Primat, ainsi qu'à tous ceux qui composent la famille spirituelle de l'Institut monastique et de l'Université Saint-Anselme, une Bénédiction particulière, que j'étends volontiers à ceux qui partagent la joie du cinquantième anniversaire de sa fondation.

Du Vatican, le 27 mai 2002

 

top