The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
À L'OCCASION DU XVII CHAPITRE GÉNÉRAL
DE L'INSTITUT DES SOEURS MINIMES DE
NOTRE-DAME DU SUFFRAGE



A la révérende Mère
Soeur
FABIOLA DETOMI
Supérieure générale de l'Institut
des Soeurs minimes de Notre-Dame du Suffrage


1. Je désire avant toute chose vous adresser mon salut et mes voeux à l'occasion du Chapitre général de votre Congrégation. Je l'adresse ensuite aux soeurs appelées au service de guide et d'animation de votre Famille religieuse, en les encourageant à accomplir avec un coeur généreux la tâche délicate de gouvernement qui leur a été confiée. Je l'étends en outre aux religieuses capitulaires, en souhaitant que l'expérience de ces intenses journées passées à Rome soit une source d'enrichissement humain et spirituel. Enfin, que ma pensée cordiale parvienne à chacune des Soeurs minimes de Notre-Dame du Suffrage, qui oeuvrent en Italie, en Argentine, en Colombie et en Roumanie, avec l'assurance de mon soutien paternel.

L'Assemblée capitulaire constitue une occasion importante pour réfléchir sur le chemin communautaire parcouru jusqu'à présent, ainsi que pour élaborer des projets de service apostolique, dans la fidélité au charisme originel de l'Institut. Le thème "Témoigner du Christ, notre espérance, dans un monde qui change" se trouve en harmonie avec les orientations pastorales de l'épiscopat italien pour la première décennie de ce nouveau siècle et millénaire.

Révérende Mère, l'intention commune de cette famille religieuse est de reprendre avec un enthousiasme renouvelé, après la pause que constitue ce chapitre, les activités quotidiennes, en soulignant que le Christ, notre espérance, est à la base de tout et qu'il est le but vers lequel tout est orienté. Sa présence mystérieuse maintient vivante cette tension eschatologique, qui doit être celle de chaque croyant. Votre Congrégation considère cette tension eschatologique de l'existence comme l'une de ses caractéristiques fondamentales, qu'elle a reçue en héritage de son bienheureux fondateur.

2. La vie du bienheureux Francesco Faà di Bruno, que j'ai eu la joie d'élever aux honneurs des autels le 25 septembre 1988, fut une vie imprégnée d'espérance. Toujours animé par une ardeur intérieure à coopérer au salut de ses frères, il se préoccupa de leur fin dernière. L'ultime destination de l'homme est en effet la rencontre avec Dieu, rencontre à laquelle il faut se préparer dès maintenant à travers un engagement constant à l'ascèse, en rejetant le mal et en faisant le bien.

Dès sa jeunesse, il eut la préoccupation d'oeuvrer pour le salut des âmes et il voulut pour cela, bien avant de fonder la Congrégation, bâtir à Turin un temple consacré à Notre-Dame du Suffrage. Se préoccuper du "suffrage" pour les âmes du purgatoire: tel est, Révérende Mère et chères soeurs, votre charisme caractéristique, qui vous pousse à une prière constante pour ceux qui nous ont précédés. Cette même intuition charismatique est un encouragement concret à remplir chaque journée terrestre de ces biens qui ne passent ni ne se corrompent.

Il s'agit d'une vérité importante que vous entendez annoncer à travers votre activité d'évangélisation, soutenue par la prière et accompagnée par l'acceptation et par l'offrande à Dieu de la souffrance, en union au sacrifice du Christ, afin que les âmes soient sauvées. La première et la plus élevée des formes de charité envers nos frères est l'ardeur pour leur salut éternel. L'amour chrétien ne connaît pas de frontières et se soustrait même aux limites de l'espace et du temps, ce qui nous permet d'aimer ceux qui ont déjà quitté cette terre.

3. Très chères soeurs dans le Christ, conservez l'intégrité de l'esprit de votre fondateur! Je tiens à vous répéter aujourd'hui ce que j'affirmai à l'occasion de sa béatification. Francesco Faà di Bruno, disais-je alors, est "un hérault de la foi et de la charité", puisque son message de lumière et d'amour, "ne s'affaiblit pas mais devient plus que jamais actuel, poussant à l'action ceux qui ont à coeur les valeurs évangéliques" (Insegnamenti XI/3 [1988], p. 948; Homélie lors de la cérémonie de béatification, 25 septembre 1988; cf. ORLF n. 39 du 27 septembre 1988).

En suivant ses traces, vous avancez avec fidélité et courage sur le chemin entrepris, en tirant lumière et force de son enseignement et en rendant vivante et actuelle son extraordinaire expérience et son lumineux héritage. Surtout, vous serez d'inlassables et joyeuses annonciatrices d'espérance à l'humanité de notre temps, qui est trop souvent presque totalement aveuglée par la violence et l'injustice et enfermée dans des horizons purement terrestres. En imitant votre bienheureux, soyez vous-mêmes les premières à vous renouveler dans l'espérance, pour être à votre tour des messagères fécondes de celle-ci, dans l'Eglise et dans le monde. Ayez "soif" d'âmes à sauver, en aidant chaque frère et soeur à découvrir ce "pas encore" et cet "au-delà" éternel, vers lequel nous sommes tous en chemin. L'avenir éternel se construit dès maintenant, dans le temps, par l'effort quotidien.

Avec ces sentiments et ces souhaits, j'invoque sur vous, très chères soeurs, sur votre communauté et sur ceux que vous rencontrez à l'occasion de votre service quotidien, l'intercession céleste de la Vierge du Suffrage et du bienheureux Francesco Faà di Bruno, tout en vous bénissant de tout coeur, ainsi que toutes les personnes qui vous sont chères.

De Castel Gandolfo, le 2 septembre 2002

IOANNES PAULUS II

top