The Holy See
back up
Search
riga

  MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
AU SUPÉRIEUR GÉNÉRAL DE L’ORDRE DES MINIMES

Au Révérend Père 
Giuseppe FIORINI MOROSINI
Supérieur général de l'Ordre des Minimes

1. J'ai appris avec plaisir que le 2 avril prochain aura lieu dans la ville de Paola, avec l'approbation de l'Archevêque diocésain, Mgr Giuseppe Agostino, la première "Marche de la Pénitence", organisée par le Conseil pour la Pastorale des Jeunes de cet Ordre, et à laquelle les jeunes sont invités de façon particulière. Je suis heureux de vous adresser mon salut cordial et mes voeux, cher Père, ainsi qu'aux organisateurs, à vos Confrères et à ceux qui prendront part à cette initiative louable, qui se répétera chaque année à l'occasion de l'anniversaire de la mort de saint François de Paule.

2. Cette manifestation opportune se déroule cette année à une période marquée par un grand nombre de préoccupations et de souffrances, également en raison de la guerre en cours. Elle constitue donc une manifestation plus que jamais nécessaire pour inviter à réfléchir et à implorer pour l'humanité le don fondamental de la paix. Elle se place, d'une certaine façon, dans une continuité d'esprit avec la "Journée de prière et de jeûne", avec laquelle ce Carême a commencé. Ces moments spirituels forts aident à prendre toujours davantage conscience de l'urgente nécessité de construire la paix, également au prix de sacrifices personnels. Il faut être disposé à renoncer à quelque chose, même de légitime, en vue d'un bien supérieur. Il faut surtout être conscient que l'on peut tout obtenir de Dieu par la prière. Dans le même temps, la Marche peut devenir une école de vie, car elle permet de faire référence aux exemples et aux enseignements lumineux du saint de Paola, qui n'hésita pas à mettre son propre choix de pénitence évangélique au service de l'Eglise et de la société.

3. Ayant vécu à une époque non exempte de difficultés et de problèmes, en raison de la poursuite de divers conflits, il s'engagea à oeuvrer au service de la paix, en faisant pénitence, ainsi qu'en servant de médiateur entre les factions en lutte. En 1494, alors que de sombres nuées s'amoncelaient sur l'Italie, il confiait:  "Je consacre tous mes efforts à prier pour la paix". Il définissait la paix comme "le plus grand trésor que les peuples peuvent posséder" et "une sainte marchandise qui mérite d'être acquise à cher prix".

Révérend Père, je vous encourage, ainsi que vos confrères et les jeunes participants à la Marche, à accueillir docilement, à l'école du saint de Paola, la "douce pédagogie" de la pénitence évangélique, afin d'apprendre le véritable secret de la paix. Comme le saint l'enseigne lui-même, l'obtention de la paix à tous les niveaux est liée à la conversion du coeur et à un réel changement de vie.

Je souhaite de tout coeur que la "Marche de la Pénitence" puisse contribuer à faire mûrir dans les consciences des nouvelles générations une intention sincère de paix, qui devra être nourrie par un itinéraire d'abnégation personnelle dans un esprit de pénitence.

Avec ces sentiments, alors que j'invoque l'intercession céleste de la Vierge Marie, Reine de la Paix, et de saint François de Paule, je donne avec affection au Pasteur de l'archidiocèse, à vous, Révérend Père, à tout l'Ordre des Minimes, aux organisateurs, aux jeunes et à tous les participants à la marche de la pénitence, une Bénédiction apostolique particulière.

Du Vatican, le 29 mars 2003

 

IOANNES PAULUS II

      

top