The Holy See
back up
Search
riga

   DISCOURS DE JEAN-PAUL II
AUX PARTICIPANTS À LA RENCONTRE
INTERNATIONALE "UNIV 2003"

Lundi 14 avril 2003

 

Très chers jeunes!

1. Je suis heureux de vous accueillir cette année encore, vous tous qui suivez les activités de formation chrétienne promues par la Prélature de l'Opus Dei dans de très nombreux pays du monde. Vous êtes réunis à Rome pour y vivre la Semaine Sainte et pour participer à la rencontre internationale de l'UNIV:  je vous salue chaleureusement et je souhaite que ces journées romaines soient l'occasion d'une rencontre renouvelée avec Jésus et d'une profonde expérience ecclésiale.

Vous avez choisi pour thème de votre Congrès universitaire:  "Construire la paix au XXI siècle". Il s'agit d'un thème plus que jamais actuel en ces mois au cours desquels nous sommes préoccupés non seulement par la situation en Irak, mais par beaucoup d'autres foyers de violence et de guerre, qui se sont également allumés sur d'autres continents. Tout cela rend d'autant plus urgente une véritable éducation à la paix.

2. Pour les croyants, la première action, et la plus fondamentale, en faveur de la paix est la prière, car la paix est un don de l'amour de Dieu.

Hier, Dimanche des Rameaux, a été célébrée, dans tous les diocèses, la Journée mondiale de la Jeunesse. Dans le Message que j'ai adressé aux jeunes à cette occasion, je leur ai demandé, en cette époque menacée par la violence, par la haine et par la guerre, de s'engager à témoigner que Jésus est Celui qui peut donner la véritable paix au coeur de l'homme, aux familles et aux peuples de la terre.

Les quatres piliers sur lesquels doit reposer la paix sont la vérité, la justice, l'amour et la liberté, comme l'a enseigné le bienheureux Jean XXIII dans l'Encyclique Pacem in terris, dont nous avons célébré il y a quelques jours le quarantième anniversaire (cf AAS 55 [1963] 265-266).

3. Pour être des bâtisseurs de paix, il faut tout d'abord vivre dans la vérité. Vous, les jeunes, ayez le courage de vous poser des questions sincères sur le sens de la vie; forgez-vous une rectitude limpide de pensée et d'action, de respect et de dialogue avec les autres. Ayez, en premier lieu, cette relation vraie avec Dieu, qui exige la conversion personnelle et l'ouverture à son mystère. L'homme ne se comprend lui-même que dans sa relation avec Dieu, qui est plénitude de vérité, de beauté et de bonté. Saint Josemaría Escrivá observe:  "Certains essaient d'instaurer la paix dans le monde en oubliant de mettre l'amour de Dieu dans leur propre coeur... Comment une mission de paix peut-elle être réalisée de la sorte? La paix du Christ est celle du Royaume du Christ; et le Royaume de notre Seigneur doit se fonder sur le désir de sainteté, sur l'humble disposition à recevoir la grâce, sur une noble action de justice et sur un débordement divin d'amour" (Quand le Christ passe, n. 82).

4. A la vérité, il faut ajouter la justice, avec le respect de la dignité de toute personne. Nous savons toutefois que, sans amour sincère et désintéressé, la justice elle-même ne serait pas en mesure d'assurer la paix au monde. En effet, la paix véritable fleurit lorsque la haine, la rancoeur et la jalousie sont vaincues dans les coeurs; lorsque l'on dit non à l'égoïsme et à tout ce qui pousse l'être humain au repli sur soi et à la défense de son propre intérêt.

Si l'amour, qui est le signe distinctif des disciples du Christ, se traduit dans des gestes de service gratuit et désintéressé, en paroles de compréhension et de pardon, l'onde pacificatrice de l'amour s'élargit et s'étend jusqu'à gagner l'ensemble de la communauté humaine. Il est alors plus facile de comprendre aussi le quatrième pilier de la paix, c'est-à-dire la liberté, la reconnaissance des droits des personnes et des peuples et le libre don de soi-même à l'accomplissement responsable des devoirs qui reviennent à chacun selon sa place dans la vie.

5. Chers jeunes de l'UNIV! Si vous cherchez à suivre cette route, vous serez en mesure d'offrir une contribution concrète à l'édification d'un monde "pacifié" et "pacificateur". Votre saint Fondateur écrit:  "La tâche du chrétien:  noyer le mal dans la surabondance de bien. Il ne s'agit pas de faire des campagnes négatives, ni d'être anti quoi que ce soit. Bien au contraire:  il s'agit de vivre d'affirmations, d'être pleins d'optimisme, de jeunesse, de joie et de paix; de se montrer compréhensifs envers tous" (Sillon, n. 864). Suivez ces enseignements, accueillez la paix que le Christ donne à celui qui lui ouvre son coeur et répandez-la dans tous les milieux.

Que Marie, Regina Pacis, veille sur vous, sur vos désirs et sur vos projets, sur vos familles et sur les pays dont vous provenez. Que vous assistent votre saint Fondateur et vos saints patrons célestes. En vous souhaitant de vous préparer avec foi à célébrer la Pâque, je vous bénis tous de tout coeur.

 

 

top