The Holy See
back up
Search
riga

  DISCOURS DE JEAN-PAUL II
AUX RESPONSABLES RÉGIONAUX
DES "ÉQUIPES NOTRE-DAME"

Lundi 20 janvier 2003

 

Chers Amis,

1. Je suis heureux de vous accueillir, vous qui êtes les Responsables régionaux des Équipes Notre-Dame, avec votre Conseiller spirituel international, Mgr Fleischmann, et d’autres prêtres, à l’occasion de votre rencontre mondiale à Rome. Je remercie Monsieur et Madame de Roberty, responsables internationaux du mouvement, pour leurs paroles cordiales.

2. Comment ne pas évoquer tout d’abord la figure de l’Abbé Henri Caffarel, votre fondateur, qui a accompagné de nombreux couples et les a initiés à la prière d’oraison? À l’occasion du centenaire de sa naissance, je suis heureux de m’associer à votre action de grâce. Le Père Caffarel a montré la grandeur et la beauté de la vocation au mariage, et, anticipant les orientations fécondes du Concile Vatican II, il a mis en valeur l’appel à la sainteté lié à la vie conjugale et familiale (cf. Lumen gentium, n.11); il a su dégager les grands axes d’une spiritualité spécifique, qui découle du Baptême, soulignant la dignité de l’amour humain dans le projet de Dieu. L’attention qu’il portait aux personnes engagées dans le sacrement de mariage le conduisit aussi à mettre ses dons au service du «mouvement spirituel des veuves de guerre», devenu aujourd’hui «Espérance et Vie», et à donner l’impulsion qui présida à la création des premiers Centres de Préparation au Mariage, aujourd’hui largement répandus. Par la suite, sont nées aussi les Équipes Notre-Dame Jeunes, montrant le soin pris à proposer un chemin de foi à la jeunesse.

3 Face aux menaces qui planent sur la famille et aux facteurs qui la fragilisent, le thème de vos travaux, Couples appelés par le Christ à l’Alliance nouvelle, est particulièrement opportun; en effet, pour les chrétiens, le mariage, qui a été élevé à la dignité de sacrement, est par nature signe de l’Alliance et de la communion entre Dieu et l’homme, et entre le Christ et l’Église. Ainsi, par toute leur vie, les époux chrétiens reçoivent la mission de manifester, de manière visible, l’alliance indéfectible de Dieu avec le monde. La foi chrétienne présente le mariage comme une Bonne Nouvelle : relation réciproque et totale, unique et indissoluble, entre un homme et une femme, appelés à donner la vie. L’Esprit du Seigneur donne aux époux un cœur nouveau et les rend capables de s’aimer, comme le Christ nous a aimés, et de servir la vie dans le prolongement du mystère chrétien car, dans leur union, «c’est le mystère pascal de mort et de résurrection qui s’accomplit» (Paul VI, Allocution aux Équipes Notre-Dame, 4 mai 1970, n. 16).

4. Mystère d’alliance et de communion, l’engagement des époux les invite à puiser leur force dans l’Eucharistie, «source du mariage chrétien» (Familiaris consortio, n. 57) et modèle pour leur amour. En effet, les différentes phases de la liturgie eucharistique invitent les conjoints à vivre leur vie conjugale et familiale à l’exemple de celle du Christ, qui se donne aux hommes par amour. Ils trouveront dans ce sacrement l’audace nécessaire pour l’accueil, pour le pardon, pour le dialogue et pour la communion des cœurs. Il sera aussi une aide précieuse pour affronter les inévitables difficultés de toute vie familiale. Puissent les membres des Équipes être les premiers témoins de la grâce qu’apporte une participation régulière à la vie sacramentelle et à la Messe dominicale, «célébration de la présence vivante du Ressuscité au milieu des siens» (Lettre apostolique Dies Domini, 31 mai 1998, n. 31; cf. aussi n. 81) et «antidote pour affronter et surmonter obstacles et tensions» (Discours aux membres de la XV e assemblée plénière du Conseil pontifical pour la famille, 18 octobre 2002, n.2) !

5. Nourris du Pain de Vie et appelés à devenir «lumière pour ceux qui cherchent la vérité» (Lumen gentium, n. 35), notamment pour leurs enfants, les époux pourront alors déployer pleinement la grâce de leur Baptême dans leurs missions spécifiques au sein de la famille, dans la société et dans l’Église. Telle était l’intuition de l’Abbé Caffarel, qui ne voulait pas que l’on entre «dans une Équipe pour s’isoler [...], mais pour apprendre à se donner à tous» (Lettre mensuelle, février 1948, p. 9). Me réjouissant des engagements déjà assumés, j’exhorte tous les équipiers à participer toujours plus activement à la vie ecclésiale, en particulier auprès des jeunes, qui attendent le message chrétien sur l’amour humain, à la fois exigeant et exaltant. Dans cette perspective, les équipiers peuvent les aider à vivre la période de la jeunesse et de fiançailles dans la fidélité aux commandements du Christ et de l’Église, leur permettant de trouver le vrai bonheur dans la maturation de leur vie affective.

6. Votre mouvement dispose d’une pédagogie propre, basée sur les «points concrets d’efforts», qui vous aident à grandir conjointement dans la sainteté. Je vous encourage à les vivre avec attention et persévérance, pour aimer en vérité. Je vous invite en particulier à développer la prière personnelle, conjugale et familiale, sans laquelle un chrétien risque de dépérir, comme le disait le Père Caffarel (cf. L’anneau d’Or, mars-avril 1953, p.136). Loin de détourner de l’engagement dans le monde, une prière authentique sanctifie les membres du couple et de la famille, ouvre le cœur à l’amour de Dieu et des frères. Elle rend aussi capable de construire l’histoire selon le dessein de Dieu (Cf. Congr. pour la Doctrine de la Foi, Lettre sur quelques aspects de la méditation chrétienne Orationis formas,15 octobre 1989).

7. Chers amis, je rends grâce à Dieu pour les fruits portés par votre mouvement à travers le monde, vous encourageant à témoigner sans cesse et de manière explicite de la grandeur et de la beauté de l’amour humain, du mariage et de la famille. Au terme de cette audience, ma prière rejoint aussi les foyers qui connaissent l’épreuve. Puissent-ils trouver sur leur route des témoins de la tendresse et de la miséricorde de Dieu ! Je désire redire ma proximité spirituelle avec les personnes séparées, divorcées et divorcées remariées, qui, comme baptisées, sont appelées, dans le respect des règles de l’Église, à participer à la vie chrétienne (cf. Exhortation Familiaris consortio, n. 84). J’exprime enfin ma gratitude aux conseillers spirituels qui vous accompagnent avec disponibilité. Ils apportent leur compétence et leur expérience à votre mouvement laïc. À travers cette collaboration, prêtres et foyers apprennent à se comprendre, à s’estimer, à s’épauler. Vous qui connaissez la grâce d’une présence sacerdotale, puissiez-vous prier pour les vocations et transmettre sans peur à vos enfants l’appel du Seigneur!

Vous confiant, ainsi que toutes les équipes et leurs familles, à l’intercession de Notre-Dame du Magnificat, priée chaque jour par les équipiers, et aux bienheureux époux Luigi et Maria Quattrocchi, j’accorde à tous une affectueuse bénédiction apostolique.

           

top