The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À S.E. M. ABDULHAFED GADDUR,
CHEF DE MISSION DE LA GRANDE JAMAHIRYA ARABE
LIBYENNE POPULAIRE SOCIALISTE PR
ÈS LE SAINT-SIÈGE*

Mardi 1er juillet 2003

 

Monsieur le Chef de Mission!

1. Je désire vous souhaiter une cordiale bienvenue en ce moment solennel, au cours duquel vous me présentez les Lettres qui vous accréditent comme Représentant de la grande Jamahirya arabe libyenne populaire socialiste près le Saint-Siège.

En vous remerciant pour les aimables paroles que vous m'avez adressées, je suis heureux de répondre au cordial salut que, par votre intermédiaire, S.E. M. Muammar al-Kadhafi, leader de la Révolution libyenne, m'adresse, en rappelant dans le même temps l'engagement commun du Saint-Siège et de votre pays en ce qui concerne la compréhension entre les Etats, le renforcement du dialogue sur la scène internationale, la défense des principes de tolérance entre les peuples et la recherche de la paix et de la justice.

Je vous demande de bien vouloir vous faire l'interprète, auprès du gouvernement que vous représentez, de mes sentiments de respect et de considération pour les diverses initiatives qu'il a mises en oeuvre afin de consolider dans l'assemblée des nations les processus de respect et de collaboration réciproques, dans le cadre du droit international. Je vous transmets également l'assurance de mon affection constante pour le cher peuple de Libye, ainsi que ma prière pour son progrès serein dans le bien-être et la pleine réalisation de tout idéal humain et spirituel élevé.

2. L'action du Saint-Siège en tant que sujet du droit international est caractérisée par une recherche persévérante d'un dialogue sincère, qui met en évidence ce qui unit plutôt que ce qui divise, afin de favoriser l'entente entre les Nations, la poursuite de la paix et de la justice, la défense des particularités légitimes de chaque peuple ainsi que la solidarité concrète envers les moins chanceux.
La méthode du dialogue courageux et persévérant se révèle particulièrement utile pour affronter les nombreuses tensions existant dans le monde, tensions qui sont sources de préoccupation et qui exigent, pour être résolues, la collaboration concrète de tous, en ayant toujours à l'esprit les principes fondamentaux de la vérité, de la justice, de l'amour et de la liberté. Je pense à la situation au Moyen-Orient, qui me tient beaucoup à coeur; au terrorisme qui, pouvant frapper partout de façon indiscriminée, répand l'insécurité dans les villes, au sein des peuples, et même parmi l'humanité tout entière; aux conflits qui empêchent les habitants de nombreuses régions d'Afrique de construire leur propre développement; à la distribution inégale des biens de la terre et des fruits de la recherche technologique, humaine et spirituelle.

Le dialogue, fondé sur de solides lois morales, facilite la résolution des contentieux et favorise le respect de la vie, de toute vie humaine. Il me plaît ici de rappeler les paroles lumineuses que mon vénéré prédécesseur, le bienheureux Jean XXIII, écrivait il y a précisément quarante ans dans l'Encyclique Pacem in terris:  "Le fondement de toute société bien ordonnée et féconde, c'est le principe que tout être humain est une personne, c'est-à-dire une nature douée d'intelligence et de volonté libre. Par là même il est sujet de droits et de devoirs, découlant les uns des autres, ensemble et immédiatement, de sa nature:  aussi sont-ils universels, inviolables, inaliénables" (n. 9). Voilà pourquoi le recours aux armes pour trancher les controverses marque toujours un échec de la raison et de l'humanité.

3. L'Eglise, consciente du rôle que joue la religion pour susciter et consolider la culture de la rencontre, de la compréhension réciproque et de la collaboration concrète, désire poursuivre sa mission de paix, en invitant chacun à aider mutuellement les autres, afin de construire un monde plus juste, plus solidaire et plus libre (cf. Jean-Paul II, Message pour la célébration de la Journée mondiale de la Paix 2003).

Ce témoignage est offert également par la communauté catholique, restreinte mais active, en Libye. Celle-ci, bien que disposant de ressources limitées, se place au nom du Christ au service de l'homme, de tous les hommes, car elle reconnaît en chaque être humain le visage de Dieu qu'il faut accueillir, aimer et servir. C'est de cette vérité que s'inspirent les personnes consacrées qui se dédient à diverses activités à caractère humanitaire et d'assistance. L'Eglise catholique qui est en Libye désire poursuivre son action en cultivant l'esprit de communion fraternelle, la disponibilité envers son prochain, à travers une présence discrète et bienveillante.

4. Monsieur le Chef de Mission, je vous prie de bien vouloir transmettre aux Autorités de la Libye, ainsi qu'à tout le peuple, ma gratitude pour l'estime et la considération avec lesquelles ils entourent la mission et l'oeuvre de l'Eglise.

L'estime est réciproque. La volonté sincère de collaboration honnête constitue la base pour une coopération fructueuse entre les croyants et entre tous les hommes. Cela vaut en particulier pour les fidèles de l'islam et les chrétiens. Face à certaines tentatives visant à déformer la religion et faire un usage illégitime des traditions sacrées, il faut répéter avec force que les pratiques qui incitent à la violence et au mépris de la vie humaine sont contraires à Dieu et à l'homme.

Il faut encourager avec une ferme détermination la voie du dialogue et de la compréhension mutuelle dans le respect des différences, afin que la véritable paix puisse être poursuivie et que la rencontre entre les divers peuples ait lieu dans le cadre d'une entente solidaire.

En acceptant volontiers les Lettres qui vous accréditent en tant que Chef de la Mission de la grande Jamahirya arabe libyenne populaire socialiste près le Saint-Siège, je vous prie d'agréer mes voeux fervents pour la haute mission qui vous a été confiée. En accomplissant votre mandat, vous pourrez compter sur mon attention constante, ainsi que sur l'aide compétente et désintéressée de mes collaborateurs.

J'accompagne ces voeux de l'invocation d'une abondance de Bénédictions divines sur vous et sur vos collaborateurs, ainsi que sur le peuple de Libye et sur ses dirigeants.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.28 p.8.

 

© Copyright 2003 - Libreria Editrice Vaticana

top