The Holy See
back up
Search
riga

  DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX PARTICIPANTS À L’ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE
DE LA COMMISSION PONTIFICALE POUR
L’AMÉRIQUE LATINE

Jeudi 27 mars 2003

Messieurs les Cardinaux,
Chers frères dans l'épiscopat,

1. Je suis heureux de vous recevoir, Conseillers et Membres de la Commission pontificale pour l'Amérique latine, réunis pour célébrer votre Assemblée plénière afin d'examiner une fois de plus la situation ecclésiale sur les terres de l'Amérique latine, d'identifier les problèmes pastoraux et d'offrir un certain nombre d'orientations qui aident à tracer une stratégie évangélisatrice capable de faire face aux grands défis qui se présentent en ce moment crucial du début du nouveau millénaire.

Je remercie cordialement le Cardinal Giovanni Battista Re, Président de cette Commission pontificale, des paroles éloquentes de salut qu'il m'a adressées, au nom de tous, tout en me présentant les principales orientations qui ont guidé vos travaux au cours de ces journées de rencontre, de réflexion et de dialogue. Je tiens également à vous remercier tous pour l'engagement et l'oeuvre  que vous avez menée à bien au cours de ces journées, qui trouvent leur concrétisation dans les indications et dans l'aide que vous offrez, participant  ainsi  à  ma  sollicitude  de Pasteur universel de toute l'Eglise. Vos réflexions et vos propositions rendent un grand service au renouveau de l'évangélisation de l'Amérique latine, dont j'ai toujours suivi la situation religieuse et sociale avec intérêt et affection, ainsi que de façon très concrète au cours de mes dix-huit voyages apostoliques sur le bien-aimé continent de l'espérance.

2. Depuis l'année 2001 et jusqu'au mois de février dernier, les évêques latino-américains ont effectué leurs visites ad limina, à l'exception de la Colombie et du Mexique, qui sont sur le point de le faire. A chacun des vingt-huit groupes qui m'ont rendu visite, j'ai adressé un discours comportant des indications pastorales sur différents thèmes. En fait, il s'agit d'orientations qui ne concernent pas seulement le groupe précis auquel je m'adressais à cette occasion, mais également tout l'épiscopat. La Commission pontificale pour l'Amérique latine a voulu les réunir en un volume, que le Président m'a remis, et qui peut être un instrument utile pour rappeler ce que j'ai dit, animé par ma sollicitude pastorale et par mon amour pour l'Amérique latine. A cette occasion, vous avez ouvert vos travaux précisément sur l'étude de ces orientations.

3. Dans l'accomplissement de son mandat de mieux annoncer le Christ aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui, afin d'éclairer par la sagesse de l'Evangile les défis et les problèmes que l'Eglise et la société rencontrent en Amérique latine en ce début de nouveau millénaire, l'Eglise a besoin d'évangélisateurs nombreux et compétents qui, avec une nouvelle ardeur, avec un enthousiasme renouvelé et avec un subtil esprit ecclésial, remplis de foi et d'espérance, parlent "toujours plus de Jésus-Christ" (Ecclesia in America, n. 67). Ces évangélisateurs - évêques, prêtres et diacres, religieux et religieuses, fidèles laïcs - sont, sous la conduite de l'Esprit Saint, les acteurs indispensables dans la tâche évangélisatrice, où les personnes comptent davantage que les structures, même si celles-ci sont, en un certain sens, nécessaires.

Ces structures doivent être simples, souples,  réduites à l'essentiel afin qu'elles ne pèsent pas, mais viennent en aide et facilitent le travail pastoral; elles doivent, d'autre part, être efficaces, selon les exigences de l'époque actuelle. Il est important de bénéficier de toutes les techniques modernes pour l'évangélisation, tout en évitant une bureaucratie excessive, la multiplication des voyages et des réunions, ainsi que la mobilisation inutile de personnes, de temps et de ressources économiques que l'on pourrait plutôt destiner à l'action immédiate de l'annonce évangélique et à l'attention aux personnes les plus démunies. Les structures et les organisations, tout comme le style de vie ecclésial, doivent toujours refléter le visage authentique de l'Amérique latine afin de faciliter une meilleure approche des populations déshéritées, des autochtones, des émigrants et des réfugiés, des ouvriers, des laissés-pour-compte, des malades et, d'une façon générale, de tous ceux qui souffrent, c'est-à-dire tous ceux qui sont et doivent constituer l'objet du choix sur lequel porter votre amour préférentiel (cf. Ecclesia in America, n. 58).

4. L'originalité et la fécondité de l'Evangile, source continuelle de créativité, inspirent toujours de nouvelles expressions et de nouvelles initiatives de la vie ecclésiale et contribuent à trouver de nouvelles méthodes d'évangélisation qui, dans la pleine fidélité au Magistère et à la Tradition de l'Eglise, s'avèrent nécessaires pour apporter l'annonce de l'Evangile dans les lieux les plus reculés, à tous les hommes et les femmes, à toutes les ethnies et à toutes les classes sociales, même dans les secteurs les plus difficiles ou les plus réfractaires.

L'accélération des événements et des transformations sociales oblige l'Eglise, et par conséquent les Pasteurs, à accomplir, sous l'impulsion de la grâce, des pas nouveaux et significatifs visant à un dévouement toujours plus radical à leur Seigneur, avec lequel ils doivent pleinement s'identifier, du point de vue des sentiments, de la doctrine et de leur façon d'agir. Jésus-Christ est l'unique Seigneur de l'Eglise et du monde, et tout doit être orienté vers Lui, car "l'Eglise doit centrer son attention pastorale et son action évangélisatrice sur le Christ crucifié et ressuscité. "Tout ce qui se projette dans le domaine ecclésial doit partir du Christ et de son Evangile"" (Ecclesia in America, n. 67).

5. Parmi les situations et les problèmes pastoraux soumis à votre réflexion, il est un problème qui mérite une attention particulière et qui a fait l'objet de votre étude et de certaines résolutions prises au cours de cette Assemblée plénière et de celle, plus réduite, que la Commission a organisée au mois de janvier en collaboration avec le Conseil pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens, du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux et du CELAM.

Je veux parler du phénomène des sectes qui - comme je l'ai dit dans mon récent discours aux évêques du Brésil (23 janvier 2003) - "sur vos terres également se diffuse avec une plus ou moins grande ampleur selon les zones et avec un prosélytisme plus accentué parmi les personnes socialement et culturellement plus faibles... Cela ne constitue-t-il pas pour vous, pasteurs, un authentique défi à renouveler le style d'accueil au sein des communautés ecclésiales et une incitation pressante à une nouvelle et courageuse évangélisation, qui utilise des formes adaptées de catéchèse, en particulier pour les adultes?".

Une évangélisation profonde, la présence continue et active des Pasteurs, des évêques et des prêtres parmi leurs fidèles, la relation personnelle des fidèles avec le Christ:  telles sont quelques-unes des clés pour affronter de manière résolue le problème sérieux et insidieux des sectes.

6. Bien évidemment, pour se référer à des situations ou des réalités ecclésiales auxquelles vous avez fait allusion au cours de votre Assemblée, il existe d'autres secteurs, comme celui des jeunes, des familles et surtout des vocations sacerdotales, qui méritent une attention urgente de la part des Pasteurs, ainsi qu'une large synergie, c'est-à-dire l'engagement de tous, en insistant de façon décidée sur l'unité et sur la communion:  il est toujours et de plus en plus nécessaire de "faire de l'Eglise la maison et l'école de la communion:  tel est le grand défi qui se présente à nous dans le millénaire qui commence, si nous voulons être fidèles au dessein de Dieu et répondre aussi aux attentes profondes du monde" (Novo Millennio ineunte, n. 43; cf. Ecclesia in America, chapitre IV).

Je souhaite rappeler ici la grande importance que revêt dans ce but l'action évangélisatrice des religieux et des religieuses, comme celle des mouvements ecclésiaux; c'est pourquoi les uns et les autres doivent toujours oeuvrer "dans une pleine harmonie ecclésiale et en obéissance aux directives émanant de l'autorité des Pasteurs" (Novo Millennio ineunte, n. 46).

7. L'année dernière, j'ai eu la joie de prier devant l'image vénérée de Notre-Dame de Guadalupe à l'occasion de ma visite au Mexique pour canoniser, le 31 juillet, le bienheureux Juan Diego, son messager, et béatifier ensuite, toujours au même endroit, deux catéchistes martyrs de Oaxaca Guadalupe, après avoir canonisé au Guatemala le frère Pedro de San José de Betancur.

Depuis que je me suis rendu pour la première fois en pèlerinage dans le splendide sanctuaire guadalupéen, le 29 janvier 1979, Elle a guidé mes pas au cours de ces presque vingt-cinq années de service en tant qu'Evêque de Rome et Pasteur universel de l'Eglise. Elle est un chemin sûr pour rencontrer le Christ (cf. Ecclesia in America, n. 11), et fut la Première évangélisatrice de l'Amérique, aussi je souhaite l'invoquer comme "Etoile de l'Evangélisation" - Stella evangelizationis -, en lui confiant l'oeuvre ecclésiale de tous ses fils et ses filles d'Amérique:  les Pasteurs et les fidèles, les communautés ecclésiales et les familles, les pauvres, les personnes âgées, les autochtones.

Afin d'exprimer concrètement ces souhaits, je vous accorde de tout coeur la Bénédiction apostolique.

 

top