The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DE JEAN-PAUL II
AUX PARTICIPANTS AU COLLOQUE INTERNATIONAL
ORGANIS╔ └ LVIV (UKRAINE)
└ L'OCCASION DU 150 ANNIVERSAIRE
DE LA NAISSANCE DE VLADIMIR SOLOVIEV

 

A Monsieur le Cardinal LUBOMYR HUSAR
Archevêque Majeur de Lviv des Ukrainiens

1. J'ai appris avec une joie profonde la tenue d'un Colloque international que l'Université catholique ukrainienne, en collaboration avec la Société Soloviev de Genève et avec d'autres Institutions culturelles d'Ukraine, a organisé à l'occasion du 150 anniversaire de la naissance de Vladimir Serghieievitch Soloviev.

En cette heureuse circonstance, je désire, par votre intermédiaire, Vénéré Frère, faire parvenir aux organisateurs de ce Colloque, aux intervenants et aux personnes qui y prendront part mes salutations cordiales et mes encouragements pour cette initiative, destinée à approfondir la pensée d'un des plus grands philosophes russes chrétiens des XIX et XX siècles.

Cet événement, qui rassemble à Lviv des personnes de culture orientale et occidentale, leur permettra de confronter leurs réflexions sur la vérité de l'unique Evangile du Christ et d'en constater la possible fécondité réciproque, venant confirmer la nécessité pour l'Eglise de savoir respirer avec ses deux poumons: la tradition orientale et la tradition occidentale. A la dimension proprement culturelle, s'unit par conséquent un indéniable aspect oecuménique, si important dans le contexte ecclésial contemporain.

2. Une des principales aspirations de Vladimir Soloviev, qui connaissait bien la prière que le Christ adressa à son Père à la dernière Cène (cf. Jn 17, 20-23), était l'unité de l'Eglise. Formé dès sa plus tendre enfance à la profonde spiritualité orthodoxe, il connut différentes périodes culturelles, au cours desquelles il eut l'occasion de côtoyer la pensée philosophique occidentale. Mais, déçu par les réponses incomplètes que la réflexion humaine offrait aux angoisses qui tourmentaient son coeur, il retourna, en 1872, à la foi chrétienne de son enfance.

Sa pensée assurée sur la Sagesse de Dieu et sur les fondements spirituels de la vie, comme ses intuitions concernant la philosophie morale et le sens de l'histoire humaine, ont influencé la riche floraison de la pensée russe contemporaine, et elles ont rejailli également sur la culture européenne, favorisant un dialogue fécond et enrichissant sur des questions fondamentales de théologie et de spiritualité.

Soloviev nourrit, notamment à partir des années de sa maturité, l'ardent désir que les Eglises entrent également dans une perspective de rencontre et de communion, apportant chacune les trésors de sa tradition, mais se sentant mutuellement responsables de l'unité substantielle de la foi et de la discipline ecclésiale. En vue de parvenir à un tel objectif, si cher au grand penseur russe, l'Eglise catholique s'est engagée, de manière irréversible, à tous les niveaux.

3. Le thème du Congrès, "Vladimir Soloviev, la Russie et l'Eglise universelle", reflète bien la préoccupation de fond de ce grand auteur. L'étude de sa pensée sur la nature universelle de l'Eglise du Christ mettra en évidence une nouvelle fois le devoir des communautés chrétiennes d'Orient et d'Occident: se mettre à l'écoute de la volonté du Christ concernant l'unité de ses disciples. Soloviev était convaincu que c'est uniquement dans l'Eglise du Christ que l'humanité pourrait parvenir à une convivialité pleinement solidaire.

Puisse la redécouverte des trésors de sa pensée favoriser une meilleure entente entre Orient et Occident, et, en particulier, hâter la marche de tous les chrétiens vers la pleine unité dans l'unique bercail du Christ (cf. Jn 10, 16)!

En formant des voeux fervents pour la bonne réussite de ce Colloque international, j'invoque l'intercession de la Très Sainte Mère du Sauveur et je vous envoie une affectueuse Bénédiction apostolique, source d'abondants dons célestes, ainsi qu'aux autres Cardinaux, aux différents intervenants et à toutes les personnes qui, à des titres divers, seront présentes à cette rencontre.

Du Vatican, le 28 octobre 2003, en la fête des Saints Apôtres Simon et Jude.

JEAN-PAUL II

top