The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
À S.E. M.
BAMBANG PRAYITNO,
NOUVEL AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE D'INDONÉSIE
PRÈS LE SAINT-SIÈGE À L'OCCASION
DE LA PRÉSENTATION DES LETTRES DE CRÉANCE*
 

Samedi 10 janvier 2004

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Je vous souhaite une cordiale bienvenue, tandis que j'accepte les Lettres qui vous accréditent en tant qu'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d'Indonésie près le Saint-Siège. Cette occasion ravive en moi le souvenir de la visite que j'ai accomplie dans votre pays en 1989, lorsque j'ai pu faire l'expérience en personne de l'hospitalité, de la chaleur et des riches traditions culturelles du peuple indonésien. Avec ces souvenirs, je suis reconnaissant pour les salutations et les voeux que vous me transmettez de la part du Président Megawati Soekarnoputri. Je réponds volontiers à ses sentiments cordiaux et je vous prie de bien vouloir lui transmettre, ainsi qu'au gouvernement et au peuple indonésiens, l'expression de mon estime et l'assurance de mes prières pour le développement constant et la prospérité de la nation.

Comme vous l'avez observé, votre pays et le Saint-Siège entretiennent des liens d'amitié et de coopération qui sont renforcés par notre engagement commun en vue d'oeuvrer pour la paix et le bien-être de tous les peuples, à tous les niveaux de la société. Il s'agit d'une entreprise qui concerne tous les hommes et les femmes de bonne volonté, et qui constitue aujourd'hui une tâche d'une importance sans précédent, au moment où la famille humaine tout entière recherche des instruments efficaces pour lutter contre le terrorisme international. Il ne fait aucun doute que ce fléau mortel est devenu toujours plus violent au cours des dernières années, donnant lieu à de violents massacres qui ne servent qu'à exacerber les situations difficiles, accroître les tensions et affaiblir les possibilités de paix entre les peuples et les nations. Votre pays a malheureusement connu de près ces actes de haine, de violence et de mépris pour le caractère inviolable de la vie humaine innocente. Le profond choc ressenti partout dans le monde il y a quinze mois lorsqu'une bombe terroriste a explosé à Bali demeure encore très présent dans l'esprit et le coeur de la Communauté internationale.

En dépit du mépris pour la vie humaine que représentent de telles attaques terroristes, notre réponse ne doit jamais être une réponse marquée par la haine ou la vengeance. Les mesures simplement punitives ou répressives ne sont pas non plus suffisantes. La lutte contre le terrorisme doit également être conduite au niveau de la politique et de l'éducation. Une mobilisation politique est nécessaire en vue d'éliminer les causes sous-jacentes de situations d'injustice qui peuvent pousser les personnes à des actions de désespoir et de violence. Un engagement en vue d'établir des programmes tirant leur inspiration et promouvant le respect pour la vie humaine en toutes circonstances, est tout aussi nécessaire. De cette façon, l'unité de la race humaine prévaudra, et se révélera plus puissante que toute division contingente séparant les personnes, les groupes et les peuples (cf. Message pour la Journée mondiale de la Paix 2004, n. 8). Et c'est précisément à cet égard que les grandes religions du monde ont un rôle particulièrement important à jouer.

La compréhension et la coopération interreligieuses feront en fait beaucoup pour promouvoir un sens plus clair de l'unité de toute l'humanité, en contribuant à éradiquer les causes sociales et culturelles du terrorisme. De plus, je suis convaincu que les responsables religieux musulmans, chrétiens et juifs doivent être au premier rang pour condamner le terrorisme et nier aux terroristes toute forme de légitimité religieuse ou morale. Le dialogue doit être promu en tant qu'instrument de conscience réciproque, en tant qu'échange de patrimoine spirituel et d'instrument pour surmonter les différences de façon pacifique. Cela sera la seule façon de garantir l'unité, d'assurer la stabilité et d'édifier la démocratie si profondément désirée par la grande Nation que vous représentez.

A cet égard, je suis heureux de noter l'engagement actif de votre gouvernement en vue de maintenir l'harmonie parmi les disciples des différentes religions présentes en Indonésie. En effet, la  devise de votre blason national -  Bihneka Tungal Ika, "l'unité dans la diversité" - exprime un principe d'orientation important, alors que votre pays s'efforce d'édifier et de renforcer une société fondée sur les principes démocratiques de la liberté et de l'égalité, sans distinction de langue, d'origine ethnique, d'héritage culturel ou de religion. Les élections présidentielles programmées cette année - un véritable moment historique pour l'Indonésie - représentent une excellente occasion de renforcer ces principes dans les institutions démocratiques du pays et de promouvoir la pleine participation de tous les citoyens dans la vie publique de la nation. Ce climat politique peut également se révéler être un précieux avantage dans la transformation actuelle de la société indonésienne, alors que des efforts sont accomplis pour éliminer la corruption et pour assurer que les droits humains de tous les citoyens, en particulier ceux qui appartiennent aux minorités ethniques et religieuses, soient respectés.

Pour sa part, l'Eglise catholique est un partenaire actif dans le programme national actuel visant à développer des structures capables de satisfaire les espérances et les aspirations de tous les peuples de l'archipel. Son rôle dans le domaine de l'éducation est d'une importance particulière:  bien que les catholiques ne représentent qu'une très petite partie de la population totale, ils ont développé un système scolaire important et efficace. L'engagement au service de la tolérance religieuse et du principe fondamental de la liberté religieuse permet à l'Eglise d'apporter une contribution inestimable à la vie du pays. Je suis certain que le gouvernement continuera de l'assister dans sa mission en respectant l'identité catholique de ses écoles et ses activités éducatives.

Monsieur l'Ambassadeur, je suis certain que votre mission renforcera les liens de compréhension et d'amitié existant entre nous. Soyez assuré que le Saint-Siège demeurera un partenaire attentif de votre pays dans ses efforts en vue de promouvoir son propre développement et de représenter une force pour la stabilité et la paix en Asie et au sein de la communauté des nations. Sur vous et le bien-aimé peuple de la République d'Indonésie, j'invoque une abondance de Bénédictions de Dieu tout-puissant.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.8 p.6.

 

© Copyright 2004 - Libreria Editrice Vaticana

top