The Holy See
back up
Search
riga

 DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX ÉVÊQUES DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE
DES ETATS-UNIS
(RÉGION VII)
EN VISITE "AD LIMINA APOSTOLORUM"

 

Vendredi 28 mai 2004  

 

Chers frères Evêques,

1. C'est avec joie et affection fraternelle que je vous souhaite la bienvenue, Evêques des provinces ecclésiastiques d'Indianapolis, de Chicago et de Milwaukee, à l'occasion de votre visite quinquennale ad limina Apostolorum. Puissent ces jours de réflexion et de prière au coeur de l'Eglise vous confirmer dans votre témoignage à Jésus Christ "le même hier, aujourd'hui et à jamais" (He 13, 8) et à la "parole de sa grâce, qui a le pouvoir de bâtir l'édifice et procurer l'héritage parmi tous les sanctifiés" (Ac 20, 32).

Dans mes réflexions actuelles avec vous et avec vos frères Evêques sur l'exercice de la charge pastorale, je désire à présent passer de la mission de sanctification confiée aux Successeurs des Apôtres à la mission prophétique qu'ils accomplissent en tant que "hérauts de la foi et docteurs authentiques qui prêchent la foi" (cf. Lumen gentium, n. 25) dans la communion de tout le Peuple de Dieu. Il existe, en effet, une relation intrinsèque entre sainteté et témoignage chrétien. A travers la renaissance dans le Baptême, "tous les chrétiens deviennent un sacerdoce saint et royal, offrant des sacrifices spirituels à Dieu par Jésus Christ et proclamant les hauts faits de celui qui les a appelés des ténèbres à son admirable lumière" (Presbyterorum ordinis, n. 2; cf. 1 P 2, 9). Chaque chrétien, dans le déroulement de cette mission prophétique, a pris la responsabilité personnelle de la vérité divine révélée dans le Verbe incarné, transmise dans la tradition vivante de l'Eglise et rendue manifeste dans l'effort des croyants pour diffuser la foi et transformer le monde à travers la lumière et de la force de l'Evangile (cf. Redemptor hominis, n. 19).

2. Cette "responsabilité de la vérité" exige de l'Eglise un témoignage direct et crédible du Dépôt de la Foi. Elle demande une compréhension correcte de l'acte de foi lui-même en tant qu'assentiment plein de grâce à la Parole de Dieu qui éclaire la conscience et renforce l'esprit pour qu'il s'élève vers la contemplation de la vérité non créée, afin que, connaissant et aimant Dieu, les hommes et les femmes puissent également parvenir à la pleine vérité sur eux-mêmes (cf. Fides et ratio, Préambule). Une proclamation efficace de l'Evangile dans la société contemporaine occidentale devra affronter directement la mentalité diffuse d'agnosticisme et de relativisme, qui a suscité des doutes sur la capacité de la raison à connaître cette vérité, qui elle seule est en mesure de répondre à la recherche inlassable de signification de la part du coeur  humain. Dans le même temps, elle doit défendre fermement l'Eglise dans la mesure où celle-ci est, dans le Christ, le ministre authentique de l'Evangile et "la colonne et le support" de sa vérité salvifique (cf. 1 Tm 3, 15; Lumen gentium, n. 8).

C'est pourquoi, la nouvelle évangélisation exhorte à une présentation privée d'ambiguïté de la foi comme vertu surnaturelle à travers laquelle nous sommes unis à Dieu et réussissons à partager sa connaissance, en réponse à sa Parole révélée. La présentation d'une interprétation biblique authentique de l'acte de foi, soulignant à la fois les dimensions de connaissance et de confiance, contribuera à dépasser des approches purement subjectives et facilitera une appréciation plus profonde du rôle de l'Eglise, en proposant de façon autorisée "la foi qui doit régler la pensée et la conduite" (cf. Lumen gentium, n. 25). Un élément essentiel du dialogue ecclésial avec la société contemporaine doit également être une présentation correcte, dans la catéchèse et la prédication, du rapport entre foi et raison. Cela débouchera sur une compréhension plus féconde des dynamiques spirituelles de la conversion, telles que l'obéissance à la Parole de Dieu, la disponibilité aux "mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus" (Ph 2, 5) et la sensibilité au sensus fidei surnaturel grâce auquel "le Peuple de Dieu s'attache indéfectiblement "à la foi transmise aux saints une fois pour toutes"" (Lumen gentium, n. 12).

3. La Parole de Dieu ne doit pas être enchaînée (cf. 2 Tm 2, 9), elle doit au contraire retentir dans le monde dans toute sa vérité libératrice comme parole de grâce et de salut. En effet, si le "nouvel Adam, le Christ, manifeste pleinement l'homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation" (Gaudium et spes, n. 22), alors tous les efforts de l'Eglise doivent se concentrer et se diriger sur cet unique but:  faire connaître et aimer le Christ partout en tant que "chemin, vérité et vie" (Jn 14, 5). Cela demandera un profond renouvellement du sens missionnaire prophétique de tout le Peuple de Dieu et la mobilisation consciente des ressources de l'Eglise comme entité dans une évangélisation permettant à chaque chrétien de donner raison de l'espérance qui est en lui (cf. 1 P 3, 15) et à l'Eglise de parler avec courage et d'une voix unanime en affrontant les grandes questions morales et spirituelles qui interpellent les hommes et les femmes de notre temps.

L'Eglise qui est aux Etats-Unis, avec son réseau impressionnant d'institutions caritatives et éducatives, doit répondre au défi d'une évangélisation de la culture, en mesure de tirer de la sagesse de l'Evangile "du neuf et du vieux" (Mt 13, 52). Elle est appelée à répondre aux nécessités et aux aspirations religieuses profondes d'une société qui court toujours davantage le danger d'oublier ses racines spirituelles et qui cède le pas à une vision du monde purement matérialiste et sans âme. Relever ce défi demandera cependant une lecture réaliste et exhaustive des "signes des temps", de façon à élaborer une présentation convaincante de la foi catholique et à préparer particulièrement les jeunes au dialogue avec les autres jeunes à propos du message chrétien et de son importance pour l'édification d'un monde plus juste, humain et pacifique. C'est surtout l'heure des fidèles laïcs qui, en raison de leur vocation spécifique visant à façonner le monde séculier selon l'Evangile, sont appelés à accomplir la mission prophétique de l'Eglise en évangélisant les divers milieux de la vie familiale, sociale, professionnelle et culturelle (cf. Ecclesia in America, n. 44).

4. Dans ces réflexions sur la mission prophétique de l'Eglise, je ne peux manquer d'exprimer ma satisfaction pour les efforts accomplis par les Evêques américains depuis le Concile Vatican II, que ce soit personnellement ou à travers la Conférence épiscopale catholique des Etats-Unis, contribuant à un débat riche et respectueux sur d'importantes questions qui concernent la vie de votre nation. La lumière de l'Evangile a ainsi éclairé des questions sociales controversées telles que le respect pour la vie humaine, les problèmes de justice et de paix, l'immigration, la défense des valeurs familiales, et la sainteté du mariage. Ce témoignage prophétique, s'appuyant sur des arguments tirés non seulement des convictions religieuses que les catholiques partagent avec beaucoup d'autres Américains, mais également des principes de la juste raison et du droit, est un service significatif au bien commun dans une démocratie comme la vôtre.

Chers frères Evêques, dans l'exercice quotidien de votre ministère d'enseignement, je vous encourage à garantir que la spiritualité de communion et de mission trouve ses expressions dans un engagement sincère de la part de chaque croyant et de chaque institution ecclésiale pour la proclamation de l'Evangile comme "la seule réponse pleinement valable aux problèmes et aux espoirs que la vie suscite en chaque homme et en toute société" (Christifideles laici, n. 34). Professer la religion catholique exige de chaque fidèle un témoignage concret de la vérité de l'Evangile et les qualités objectives de la loi morale. Alors que vous vous prodiguez pour accomplir votre mission d'apôtres chargés d'annoncer la parole, d'insister à temps et à contretemps, d'admonester, de réprimander, d'exhorter (cf. 2 Tm 4, 2), puissiez-vous être toujours davantage unis dans l'Esprit, en oeuvrant inlassablement pour permettre aux brebis du troupeau qui a été confié à votre sollicitude pastorale d'être des témoins de l'espérance, des hérauts du Royaume de Dieu et des artisans de la civilisation de l'amour, qui répond aux aspirations les plus profondes du coeur humain!

Avec ces sentiments, je vous confie, ainsi que tout le clergé, les religieux et les fidèles laïcs de vos Eglises particulières à l'intercession pleine d'amour de la Bienheureuse Vierge Marie et je vous donne de tout coeur ma Bénédiction apostolique en gage de joie et de paix dans le Seigneur.

 

    

top