The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN PAUL II
À S.E. M.
DONALD SMITH,
NOUVEL AMBASSADEUR DU CANADA
PRÈS LE SAINT-SIÈGE À L'OCCASION DE LA PRÉSENTATION
DES LETTRES DE CRÉANCE* 

Samedi 4 septembre 2004 

Votre Excellence,

C'est pour moi un plaisir de vous souhaiter une cordiale bienvenue aujourd'hui, alors que j'accepte les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Canada près le Saint-Siège. Mes visites pastorales dans votre pays, en particulier en la joyeuse occasion de la Journée mondiale de la Jeunesse 2002 à Toronto, demeurent profondément gravées dans ma mémoire. Je vous remercie pour les salutations que vous me transmettez de la part du Gouverneur général et du peuple du Canada. Je vous prie de leur transmettre mes sincères remerciements et de les assurer de mes prières pour le bien-être de la nation.

Les contributions généreuses et concrètes du Canada à l'édification d'un monde de paix, de justice et de prospérité, sont largement reconnues par la Communauté internationale. En effet, la solidarité à l'égard des nations en voie de développement représente une caractéristique bien connue et louable de votre peuple, mise en évidence, entre autres, par l'engagement notable de votre nation dans les missions de maintien de la paix et dans la production de médicaments à bas coût pour les pays les plus pauvres. Face aux souffrances et aux divisions qui frappent si souvent la famille humaine, la nécessité de trouver des solutions durables aux conflits humains devient d'autant plus apparente. A cet égard, comme l'a fait remarquer Votre Excellence, en trente-cinq ans de relations diplomatiques, le Saint-Siège a coopéré avec le Canada sur plusieurs projets pour l'amélioration des conditions de vie des personnes et des communautés les plus défavorisées, y compris la promotion et l'application de la Convention d'Ottawa sur les mines et l'Accord de l'OMC sur la propriété intellectuelle et la santé publique. De même, avec d'autres pays, le Canada et le Saint-Siège se sont efforcés d'apporter la stabilité, la paix et le développement dans la région des Grands Lacs en Afrique.

De tels actes de solidarité représentent davantage que de simples gestes unilatéraux de bonne volonté. Au contraire, ils découlent de valeurs et de convictions qui ont façonné la société canadienne tout au long de son histoire et dont dépend l'authentique progrès social. C'est pour cette raison qu'au cours de ma dernière visite dans votre pays, j'ai encouragé tous les Canadiens à préserver le coeur de leur héritage:  une vision spirituelle de la vie inspirée par la croyance selon laquelle tous les hommes et toutes les femmes reçoivent leur dignité essentielle de Dieu et, avec elle, la capacité à croître dans la vérité et la bonté (Homélie de la Messe de conclusion des JMJ, Toronto, 28 juillet 2002).

Votre Excellence a observé que l'ouverture du Canada à la migration a apporté une plus grande diversité et un grand enrichissement à votre culture, en promouvant la coexistence et le respect mutuel entre les groupes ethniques. Les caractéristiques de tolérance et d'hospitalité ont attiré un grand nombre de personnes dans votre pays. A côté de l'intégration réussie des multiples communautés ethniques présentes actuellement dans votre pays, ces caractéristiques montrent également aux autres nations que le respect dû à chaque personne est enraciné dans l'origine commune de tous les hommes et de toutes les femmes, plutôt que dans les différences entre les peuples. C'est cette vérité sublime et fondamentale concernant la personne humaine - créée homme et femme à l'image et à la ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 26-27) - qui constitue la base immuable de toutes les autres vérités anthropologiques. De sa nature en tant que don divin jaillit la dignité inviolable et sacrée de toute vie, le respect dû à chaque personne, et l'exigence que les hommes et les femmes adhèrent à la structure naturelle et morale dont ils ont été pourvus par Dieu (cf. Centesimus Annus, n. 38).

Pendant des générations entières, les Canadiens ont reconnu et célébré la place du mariage dans le coeur de votre société. Etablie par le Créateur avec une nature et un objectif propres, et préservée par le droit moral naturel, l'institution du mariage comporte nécessairement la complémentarité des époux, qui participent au projet de création de Dieu à travers l'éducation des enfants. Les épouses assurent la survie de la société et de la culture, et méritent à juste titre une reconnaissance juridique spécifique et garantie par l'Etat. Toute tentative de changer la signification du terme d'"époux" est contraire à la juste raison:  des garanties sociales analogues à celles accordées en vertu du mariage ne peuvent être appliquées aux unions entre personnes de même sexe sans conduire à une compréhension erronée de la nature du mariage.

Monsieur l'Ambassadeur, le Canada n'est pas seul pour affronter les défis difficiles auxquels les personnes doivent faire face dans la culture contemporaine. Avec de la bonne volonté, je suis certain que la vision merveilleuse d'une vie familiale apportant soutien et stabilité, si chère au peuple du Canada, continuera d'offrir à la société les bases sur lesquelles les aspirations de votre nation peuvent être construites. Pour sa part, l'Eglise catholique qui est au Canada est prête à offrir son assistance dans la défense des fondements sociaux essentiels de la vie civile. Elle participe dans une large mesure à la formation spirituelle et intellectuelle des jeunes, en particulier à travers ses écoles, et son apostolat social s'étend à tous ceux qui doivent affronter certains des graves problèmes de la société moderne, tels que l'alcoolisme et la toxicomanie, ainsi que diverses formes de difficultés sociales. Je suis certain que la communauté catholique répondra généreusement aux nouveaux défis sociaux qui apparaissent.

Votre Excellence, je suis certain que votre mission servira à renforcer ultérieurement les liens d'amitié qui existent entre le Canada et le Saint-Siège. Tandis que vous entamez votre mission, je vous assure que les divers bureaux de la Curie romaine vous assisteront dans l'accomplissement de celle-ci. J'invoque cordialement sur vous, sur votre famille et sur vos concitoyens une abondance de Bénédictions de Dieu tout-puissant.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n. 37 p.5.

© Copyright 2004 - Libreria Editrice Vaticana

top