The Holy See
back up
Search
riga

PAUL VI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 31 mai 1978

Chers Fils et Filles,

Dimanche dernier, après la belle cérémonie en l'honneur de la Fête-Dieu, célébrée en la majestueuse Basilique Saint-Paul à Rome, nous avons été jeter un regard fugitif à l'édifice de la nouvelle Ecole professionnelle en construction, presque terminée, il est vrai, et qui portera le nom de l'Apôtre Paul. Elle surgit sur le terrain qui côtoie l'historique et monumentale Basilique qui garde la tombe du "Docteur des Gentils" (1 Tm 2, 7). Nous avons éprouvé une grande consolation devant cette belle et prometteuse nouveauté qui recueille déjà des centaines de demandes de jeunes gens du quartier populaire voisin, désireux de s'inscrire à la nouvelle école et de donner ainsi à leur propre vie un noble but d'étude et de travail. Cette brève visite nous a procuré une intime satisfaction, comme un sentiment de confiance et d'amitié pour la jeunesse qui se pressait nombreuse autour de nous, visiteur presque furtif.

Dans notre âme retourne, brûlante, la question obsédante et prosaïque : l'Eglise, à quoi sert-elle aujourd'hui ? Et que fait-elle ? C'est une question presqu'aggressive et subversive, marquée d'une conviction aussi manifeste qu'injustifiée que l'Eglise aurait, de nos jours, perdu sa raison d'être, dévorée, celle-ci, par cette inutilité pratique et économique, propre d'une société qui voulant se qualifier de moderne, se définit matérialiste.

L'Eglise, à quoi sert-elle et que fait-elle au milieu du monde actuel tout affairé dans son fébrile travail productif et utilitaire ? Eh bien, ce bel édifice moderne semble nous donner une réponse actuelle et éternelle, c'est-à-dire: l'Eglise enseigne ! Enseigner : voilà une fonction propre de l'Eglise ; l'histoire le prouve. L'histoire fait l'apologie de cet art supérieur exercé par l'Eglise, souvent pour suppléer à la société civile qui n'a pas encore atteint sa maturité, puis, toujours en concomitance ordonnée avec elle, mais toujours à un titre spécial, pour ne pas dire comme il le faudrait, exclusif. L'Eglise a quelque chose à enseigner qui est de sa compétence propre: c'est la vérité religieuse. Et celle-ci n'est ni dépassée, ni superflue, mais nécessaire. Nécessaire, certes, pour les fins supérieures, transcendantes et irremplaçables propres à la religion, la vie vraie, la vie spirituelle aujourd'hui, puis, plus tard, la vie éternelle. Elle est également nécessaire pour les fins temporelles, présentes, si celles-ci doivent être réalisées selon des principes vrais, authentiques, fermes, capables, oui, de s'exprimer sous une variété de formes et de lois, mais non en un équivoque et discordant pluralisme qui ne permet pas une interprétation humaine concordante, ainsi que dans un système juridique logique. Et ceci exige une référence à l'absolu, au nécessaire, au religieux.

"Allez et enseignez !" a commandé le Maître de l'humanité, le Christ Seigneur; et cette investiture justifie le droit-devoir pédagogique et didactique propre de l'Eglise. Il est vrai que l'Eglise dispose d'autres chaires, qui ne sont point scolaires, pour enseigner ses vérités. Mais il n'est personne qui puisse lui contester jamais deux critères qui guident l'enseignement de l'homme. Le premier critère est l'unité ou le caractère complémentaire de la doctrine qui doit être enseignée, si l'on veut que l'esprit de l'enfant ait un développement harmonieux et heureux. Le second est qu'un pur enseignement didactique ne saurait soutenir le vrai maitre ni éduquer l'homme dans l'enfant si l'amour ne les animait l'un et l'autre, le maître et l'élève; et ceci comporte qu'une école, l'école chrétienne, avec ses diverses matières, rationnelles, scientifiques, morales et religieuses, les unissent dans un colloque complet et organique.

Sagesse antique, mais nullement vieille, qui persuade l'enseignant de la religion à se faire éducateur d'un programme scolaire qui englobe tout et fasse de l'école un centre capable d'enseigner toutes choses, y compris les matières profanes, en les éclairant de la lumière supérieure de la foi religieuse.

Ceci se conclut dans une apologie de l'école, publique ou privée qu'elle soit, à laquelle nous adressons, comme toujours l'hommage de notre sympathie, de notre estime, et nos encouragements et, maintenant, notre bénédiction apostolique.

***

Aux Religieuses du Sacré Cœur

Nous adressons un salut particulièrement chaleureux aux Religieuses de la Trinité-des-Monts, à leurs élèves actuelles ou anciennes, aux professeurs et aux familles qui les accompagnent. Vous avez tenu à nous faire connaître et partager les joies du cent cinquantième anniversaire de votre présence romaine et de vos activités éducatives. Merci pour votre démarche ; merci également pour l'excellent travail accompli hier, aujourd'hui, et certainement demain, au plan de l'éducation chrétienne des esprits et des cœurs, au plan de l'accueil combien important des groupes de jeunes touristes ou pèlerins, au plan de la collaboration à la pastorale de notre diocèse de Rome! Nous recommandons à Sainte Madeleine-Sophie Barat l'œuvre de la Trinité-des-Monts et tous ceux qui y participent activement. Avec notre bénédiction apostolique.

Aux Soeurs de Sainte Marthe

Nous saluons cordialement la représentation nombreuse et qualifiée de la Congrégation des Sœurs de Sainte Marthe venue ici pour commémorer le premier centenaire de leur fondation.

Tout en vous remerciant, très chères Filles, pour votre prévenante pensée, nous aimons mettre en relief les nobles fins de votre Institut qui vous engage, à l'imitation de votre Sainte Patronne à un service de continuel dévouement au Christ et à l'Eglise, un service rendu d'autant plus fécond que plus intime est l'union avec Dieu, nourrie de l'Eucharistie et de la méditation assidue de la Passion de Jésus, de la dévotion à la Vierge.

Nous vous encourageons à persévérer avec une ferveur renouvelée et de tout cœur, nous vous donnons à vous, à toutes vos Consœurs et à la famille de chacune, notre paternelle bénédiction apostolique.

A un groupe de 7000 enfants de Rome

Nos très vifs remerciements, chers Enfants, pour ce spectacle si beau et si consolant, pour cet accent de vivacité juvénile, de fraîcheur chrétienne et de prière innocente, que vous nous offrez ce matin dans le cadre magnifique de la Basilique Vaticane, admirable monument d'art et de foi.

Vous venez des écoles, des paroisses et des Associations catholiques, pour donner un franc témoignage de vos idéaux chrétiens et de l'engagement de vous préparer à votre avenir avec zèle et sérieux. Pour cela également nous vous disons cordialement merci et nous étendons ces remerciements à ceux qui vous accompagnent: vos parents, vos éducateurs, le clergé de vos paroisses qui vous aiment et vous apprennent à aimer le Seigneur Jésus qui a pour vous une prédilection toute particulière. Vous nous rappelez tous, en effet, ses merveilleuses paroles : "Laissez venir à moi les petits enfants ; ne les empêchez pas, car c'est à leurs pareils qu'appartient le Royaume des cieux" (Mc 10, 14). Et lui-même prenait les enfants dans ses bras, posait les mains sur leur tête et les bénissait. Du même cœur nous vous accueillons et, spirituellement, nous vous embrassons tous.

O très chers fils ! Qu'allons-nous vous dire au cours de cette brève mais affectueuse rencontre ? Cueillez cette belle occasion pour renouveler votre enthousiasme, pour élever votre vie, pour l'ennoblir des valeurs les plus élevées de la foi chrétienne: soyez d'exemple et d'édification en utilisant sagement , les talents que Dieu vous a donnés. Ayez le saint désir de faire toujours honneur au Seigneur, vous approchant de Lui, le cœur plein d'amour et de bonnes résolutions pour votre avenir. Cette invitation nous vous l'adressons à vous tous, mais avec une pensée particulière pour ceux, parmi vous, qui, pour la première fois, se sont approchés ces jours-ci de la Sainte Table Eucharistique où qui viennent de recevoir le Sacrement de la Confirmation. Faites tout au nom de Jésus, non seulement quand vous vous appliquez à vos devoirs d'école et d'étude, de l'étude du catéchisme surtout, qui vous apprend comment on entre en amitié avec Jésus, mais également aux heures de loisirs et de récréation, toujours "chantant à Dieu de tout votre cœur, avec reconnaissance" (Col 3, 16).

Avec ces sentiments et avec ces vœux, nous vous bénissons tous, souhaitant que votre sourire et le parfum de votre innocence atteignent le cœur des grands pour leur faire goûter la joie des choses simples, intactes et pures.

A un pèlerinage venant de Stockholm

C'est avec grand plaisir que nous saluons ce matin un groupe de catholiques venant de Suède: un pèlerinage du diocèse de Stockholm conduit par l'Evêque Brandenburg. En vous, nous saluons tous nos chers fils et filles de votre Pays. Nous demandons au Seigneur Jésus de vous confirmer dans son amour et de vous soutenir dans la foi de Pierre et de Paul. Et puissiez-vous faire l'expérience d'une joie profonde en sachant que vous êtes une partie importante de l'Eglise universelle, et que le Pape vous aime dans l'amour de Jésus-Christ.

A des enfants romains, élèves des Salésiens

Nous désirons également adresser un salut affectueux au groupe nombreux du Borgo Ragazzi Don Bosco de Rome, qui célèbre cette année son 30ème anniversaire.

Nous voulons nous unir à votre joie, très chers fils, pour cette date qui rappelle la croissante vitalité de l'œuvre que, dans le populaire quartier Prenestino, les Salésiens, suivant les enseignements et les exemples de leur Fondateur, ont réalisé, avec enthousiasme et abnégation, immédiatement à la fin de la dernière guerre, pour le bien spirituel et la promotion humaine et sociale des enfants et des jeunes.

A tous nous recommandons de croître et de mûrir toujours plus dans la foi chrétienne grâce à la méditation de la Parole de Dieu, la docilité à l'enseignement de l'Eglise, la fréquentation assidue des Sacrements, spécialement de l'Eucharistie, l'efficace et concret témoignage d'amour pour les frères qui souffrent et sont dans le besoin.

Avec ces vœux, nous invoquons et nous vous donnons de tout cœur une spéciale bénédiction apostolique.

A une Délégation des Forces armées du Venezuela

Nous saluons avec une affection toute particulière la Mission Officielle des Forces armées du Venezuela, accompagnée de Mgr Augusto Ramirez Ponce, Evêque auxiliaire de Caracas.

Nous savons, très chers Fils que vous professez Une très grande dévotion à l'égard de la Vierge de Lorette. Que ce pèlerinage à son Sanctuaire vous fasse ressentir et vivre chaque jour de plus en plus comme fils de Dieu et fils de l'Eglise.

Avec notre bénédiction apostolique pour vos familles et pour tous ceux qui vous sont chers.

Aux Dirigeants de la Confédération Nationale Italienne des Instituts de Formation Professionnelle

Un bref mais très vif salut aux Directeurs des Centres et aux Présidents des Instituts Nationaux et Régionaux pour la formation professionnelle, d'inspiration chrétienne, groupés dans la CONFAP (Confédération Nationale pour la Formation et l'Entrainement Professionnels), qui se trouvent à Rome pour une session d'étude.

Sachez très chers fils, que nous apprécions hautement votre engagement et votre labeur; nous invoquons paternellement sur vous tous et ceux qui vous sont chers, la féconde protection du Seigneur avec notre bénédiction apostolique.

A des pèlerins de Bolsène

Nous souhaitons cordialement la bienvenue à un groupe éminent de . citoyens de Bolsène, venus ici pour commémorer la visite que nous avons faite à leur ville, à l'occasion de la conclusion du 41ème Congrès Eucharistique International de Philadelphie.

Nous désirons vous remercier, très chers fils, pour ce moment d'heureuse mémoire, de familiale intimité, de consolante communion tandis que vous nous avez offert le don précieux d'une tapisserie qui sera un souvenir vivant de notre pèlerinage eucharistique.

Nous répondons à ces témoignages de dévotion par notre sincère affection et notre bénédiction apostolique.

A un chœur polyphonique espagnol

Nous désirons maintenant adresser quelques mots de salutation aux membres de la "Polifonica Miguel Fleta" de Saragosse, présents à cette audience.

Nous apprécions vivement votre visite, chers Fils, ainsi que l'hommage que vous avez voulu nous rendre en interprétant quelques-uns de vos chœurs. Dans votre activité musicale, exercée avec art et enthousiasme, vous placez le meilleur de votre culture personnelle, avec le désir d'aider votre prochain, de lui procurer un sain divertissement, de l'imprégner de l'amour pour votre terre de profonde tradition chrétienne et mariale.

Avec notre souvenir paternel, nous vous donnons notre particulière bénédiction apostolique.

top