The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE APOSTOLIQUE EN OUGANDA

HOMÉLIE DU SAINT-PÈRE PAUL VI

Sanctuaire des Martyrs ougandais de Namugongo, Kampala
Samedi 2 août 1969

 

« A l'exemple de vos martyrs, vivez votre foi »

Fils très chers! Jeunesse chrétienne de l'Ouganda!
Et vous, Frères vénérés, Evêques et prêtres!

Vous, Religieux et Religieuses,
Catéchistes et Laïcs d'Action catholique!

Vous, Frères chrétiens de toute dénomination!

Vous, Autorités civiles ici présentes,
que Nous remercions particulièrement
de votre aimable accueil
et de votre assistance qui nous honore!

Soyez tous salués et bénis!

Sachez tous combien vous êtes présents dans Notre prière au cours de ce saint rite. Et c'est toute l'Afrique que Nous considérons en ce moment comme participant symboliquement à cette cérémonie sacrée, parce que c'est pour toute l'Afrique que Nous voulons dédier celle-ci au Christ, pour sa prospérité, pour sa paix, pour son salut. A ces jeunes, à ces catéchumènes, à ces enfants, en tant que signes de l'Afrique nouvelle, nous adressons maintenant, de façon spéciale, ce bref discours.

A vous, fils très chers, je demande à présent:

— Pourquoi suis-je venu en Afrique, en Ouganda, jusqu'ici, à Namugongo?

Je suis venu pour rendre honneur à vos martyrs. Ici, s'élève un Sanctuaire à la gloire du Seigneur, en leur mémoire; et j'ai voulu venir de Rome pour bénir l'autel de ce Sanctuaire. Mon intention est de vénérer aussi, par cet acte, tous les autres chrétiens qui ont donné leur vie pour la foi catholique en Afrique, ici et partout.

— Mais pourquoi, me demanderez-vous, doit-on honorer les Martyrs?

Je vous réponds: parce qu'ils ont accompli l'action la plus héroïque et donc la plus grande et la plus belle; ils ont donné, comme je vous disais, leur vie pour leur foi, autrement dit pour leur religion et la liberté de leur conscience. Ils sont ainsi nos champions, nos héros, nos maîtres. Ils nous enseignent comment nous devons être chrétiens. Ecoutez-moi: un chrétien doit-il 'est-être lâche? doit-il avoir peur? doit-il trahir sa propre foi? Non, n'est-ce pas? Vos martyrs nous enseignent comment doivent être les vrais chrétiens, et spécialement les jeunes, les Africains. Les chrétiens doivent être, comme l'écrivait Saint Pierre, « forts dans la foi » (1 P 5, 9). Vos Martyrs nous enseignent tout ce que veut la foi!

— La foi, me demandez-vous, vaut vraiment plus que la vie? Oui, la foi vaut plus que notre vie présente qui est une vie mortelle, tandis que la foi est le principe de la vie immortelle et bienheureuse, c'est-à-dire de la vie de Dieu en nous. Vous savez, vous, cette cette vérité si importante? Oui, me répondez-vous, parce que avez appris que la foi est l'adhésion à la Parole de Dieu; et qui accepte la Parole de Dieu commence à vivre de Dieu lui-même.

— Est-ce que la foi suffit pour être vivants en Dieu et pour être sauvés? pourriez-vous me demander.

Mais vous connaissez votre catéchisme: la foi est nécessaire, mais ne suffit pas; avec la foi, il faut la grâce, il faut l'Esprit-Saint, il faut le sacrement, le grand sacrement qui nous fait chrétiens, le baptême. Et puis il faut aussi les autres sacrements, qui nous font vivre comme fils de Dieu, comme frères du Christ, comme tabernacles de l'Esprit-Saint. Ils nous rendent bons et saints, ils font de nous des membres de l'Eglise, ils nous font mériter le Paradis. Le sacrement de l'Eucharistie tient une place spéciale entre tous: c'est le sacrement le plus mystérieux, mais aussi le plus saint, le plus vivifiant; il nous donne Jésus-Christ lui-même qui, en se sacrifiant pour nous, s'est fait le pain vivant pour nos âmes.

— Par conséquent, pouvez-vous dire, c'est si beau d'être chrétien?

Oui, fils très chers, c'est très, très beau. Je voudrais que cette pensée demeurât gravée dans votre mémoire, bien plus, dans votre conscience, pour toujours: c'est très beau d'être chrétien. Mais faites attention: c'est très beau, mais ce n'est pas toujours facile. Regardez vos Martyrs. Pour leur fidélité au Christ, ils ont dû souffrir. Qui est chrétien doit vivre selon sa propre foi; et alors il peut arriver que le fait de vivre en accord avec la foi exige le sacrifice. Parfois, il exige de grands sacrifices, mais le plus souvent, il exige seulement beaucoup de petits sacrifices, fréquemment, des sacrifices pourtant bien précieux et marqués d'une vigueur noble et virile, qui rendent la vie chrétienne forte et vertueuse, la conservent pure et honnête, la disposent toujours à l'amour; à l'amour de Dieu qui est la première chose que nous devons réaliser, et puis à l'amour des autres hommes, de ceux qui nous sont plus proches à un titre spécial, et qui constituent « notre prochain », et à l'amour aussi de toutes les personnes humaines, bonnes et mauvaises, proches ou lointaines.

— Alors, me demandez-vous encore, être chrétien, c'est important aussi pour la vie présente, parce que cela nous oblige à vouloir du bien à tous et à faire du bien à toute la société?

Je vous réponds: c'est précisément cela. La vie chrétienne a une grande importance aussi pour cette vie terrestre; elle a de l'importance pour toute l'activité humaine, pour toute la vie en société: pour la famille, pour l'école, pour le travail, pour la paix entre toutes les classes sociales, entre les tribus, entre les nations. Elle promeut le bien partout: elle veut la liberté, elle veut la justice; elle s'occupe des faibles, des pauvres, de ceux qui souffrent et aussi des ennemis, et encore des défunts. La vie chrétienne, quand elle porte vraiment le Christ dans le cœur, est comme une fontaine de bonté et d'amour, répandant le bien qu'elle tire de l'intérieur d'elle-même (cf. Jn 4, 14).

Vous me posez peut-être cette dernière question:

— Comment fait-on pour bien vivre notre foi chrétienne?

Voici comment je résume tout ce que je voudrais vous dire: d'abord aimez beaucoup Jésus-Christ; cherchez à bien le connaître, soyez-lui bien unis, ayez beaucoup de foi et de confiance en lui. Deuxièmement: soyez fidèles à l'Eglise, priez avec elle, aimez-la, travaillez à son développement, soyez toujours prêts, comme vos Martyrs, à lui donner un franc témoignage. En troisième lieu: soyez forts et courageux; soyez contents, soyez joyeux, soyez pleins d'allégresse, toujours. Car la vie chrétienne, souvenez-vous-en, est très belle! (cf. Ph 4, 4).

                                            

top