The Holy See
back up
Search
riga

BÉATIFICATION DE MARIE CATHERINE KASPER

HOMÉLIE DU PAPE PAUL VI

Dimanche 16 avril 1978

Vénérables Frères et très chers Fils,

Une nouvelle bienheureuse est offerte à la vénération des fidèles: Sœur Marie Catherine Kasper.

Vous venez d'écouter l'histoire de sa vie et l'exposé de ses vertus. Aussi, n'allons-nous pas retracer de nouveau sa biographie. Nous nous limiterons à dire quelques mots du message inhérent à cette béatification qui réjouit l'Eglise tout entière précisément en cette période liturgique caractérisée par le rayonnement spirituel de la joie pascale; une béatification qui remplit de joie et réconforte une grande famille religieuse, celle des "Pauvres Servantes de Jésus-Christ" et offre, pour l'édification commune, l'exemple d'une femme qui a honoré sa terre natale, l'Allemagne, présentant au monde le témoignage actif d'un catholicisme mis au service du prochain, pour la gloire de Dieu.

Déjà l'existence terrestre de cette femme, exemple de foi et de force d'âme, constitue pour nous une authentique leçon de style évangélique, en ce sens qu'elle se déroule entièrement dans le sillage de celle du divin Maître. Simple et pauvre campagnarde, Catherine (qui, par la suite, prit le nom de Marie Catherine) vécut comme Lui entre le travail et les privations, accueillant comme volonté du Père céleste les humiliations et les contrariétés qu'elle trouva sur sa route. Comme Lui, surtout, elle s'engagea, avec un inlassable dévouement, à soulager les multiples formes de misère physique et spirituelle: elle se consacra aux enfants pauvres et abandonnés, aida et réconforta les malades, assista les personnes âgées, d'un cœur toujours brûlant de grand amour pour ses frères nécessiteux, nourri dans un colloque continuel et presque naturel avec Dieu, le "Dieu de toute consolation" (2 Co 1, 3), connu grâce à l'amour bien mieux qu'à la suite d'anxieuses spéculations.

Et c'est précisément cette femme, démunie de cet ensemble de moyens offerts par le progrès technique, sans culture, et sans argent, qui réussit à donner la vie à une grande œuvre de culture et de promotion sociale, confirmant ainsi la profonde vérité des paroles de Saint Paul qui a dit: "Ce qu'il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre la force" (1 Co 1, 27).

Aussi, la pauvreté volontaire et la charité admirable de Mère Marie Catherine, traduites en généreux service en faveur des plus pauvres et des plus abandonnés, représentent-elles également un avertissement sévère et pressant adressé à notre génération, souvent tendue vers la richesse personnelle et égoïste et l'hédonisme à tout prix. Aux insidieuses inclinations matérialistes et consommistes de la société actuelle, la nouvelle Bienheureuse oppose le dévouement altruiste envers tout être souffrant, de telle manière que la solidarité et l'esprit social, dont on parle tant aujourd'hui, ne sont pas seulement des mots, mais deviennent un service concret et quotidien d'un devoir que le christianisme porte à ses sommets les plus lumineux. Pour Mère Marie Catherine, Dieu était tout, et son amour filial pour Lui a trouvé son authentique expression dans un amour sans limites pour le prochain.

Cette incomparable leçon d'amour pour Dieu, réalisé dans la charité à l'égard des frères, est le véritable message que la nouvelle Bienheureuse a laissé à l'Eglise et au monde.

Tant la vie laborieuse de la Bienheureuse Marie Catherine Kasper que sa sainteté personnelle sont avant tout un don de la Providence et de la grâce divine: "Je ne le pouvais ni le voulais" avouait-elle souvent, et elle ajoutait: "C'est Dieu qui l'a voulu". Elle désirait seulement être un instrument docile entre les mains du divin Maître, une pauvre et humble servante de Jésus Christ.

Le nom de "Pauvres Servantes de Jésus-Christ" que, selon une providentielle inspiration, Mère Marie Catherine a donné à sa Congrégation religieuse nous fait précisément découvrir la personnalité intime et la spiritualité de la fondatrice elle-même. Sa pauvreté personnelle, son amour pour les pauvres, sa simplicité et son humilité, ainsi que sa propre oblation au service du prochain, par esprit de soumission au Christ, constituent les caractéristiques essentielles qui distinguent la piété et l'apostolat de notre nouvelle Bienheureuse. On ne nous a transmis, à son sujet, aucune attitude ou action extraordinaires. Elle a vécu elle-même de manière simple, mais incisive, ce qu'elle exigeait de ses consœurs: "Toutes nos sœurs doivent devenir des saintes, mais des saintes cachées". Mère Marie Catherine est pour nous un modèle, principalement en raison de sa fidélité, de son esprit consciencieux même dans les plus petits, les plus insignifiants devoirs de chaque jour, et dans son aspiration à accomplir la volonté de Dieu dans toutes les situations de la vie. Une claire intuition de ce qui est nécessaire et un amour toujours disponible pour le prochain s'unissent en elle à la persévérance et à la fermeté quand il s'agit de découvrir et de réaliser les ordres et les dispositions de Dieu. Le principe qui gouverne sa conduite s'énonce ainsi: "La sainte volonté de Dieu sera et devra être accomplie en moi, par moi et pour moi!" Grâce à cette étroite liaison, à cette stricte harmonie avec la volonté et l'opération divines, sa vie toute entière et toute son œuvre furent une prière et une louange permanentes à Dieu. Le service social lui-même était foncièrement pour elle un service rendu à Dieu et un moyen pour sanctifier le monde.

Par l'honneur et l'hommage qu'à l'occasion de cette fête solennelle de la béatification, l'Eglise rend aujourd'hui à Mère Marie Catherine Kasper, nous entendons également rendre hommage à toutes les Sœurs de la Congrégation religieuse des Pauvres Servantes de Jésus-Christ. L'Eglise vous invite à imiter de plus en plus, désormais, le lumineux exemple de votre sainte fondatrice et à conserver précieusement son héritage spirituel.

Nous saluons également de la manière la plus cordiale les pèlerins ici présents, venus de Dernbach, lieu de naissance de la nouvelle Bienheureuse, ainsi que de son diocèse d'origine, le Limbourg, en compagnie de leur Pasteur Mgr Kempf. Nous remercions également les Représentants des Autorités civiles allemandes pour leur participation à cette mémorable cérémonie par laquelle l'Eglise honore la mémoire d'une grande Fille de leur pays.

Avec une profonde joie, nous vous recommandons tous à la maternelle intercession de la nouvelle Bienheureuse.

top