The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI 
À L'OCCASION DE SA VISITE 
AUX COLLÈGES CANADIENS ET HOLLANDAIS 

Jeudi 14 novembre 1963

     

Vénérables Frères et chers Fils du Canada, 

Nous avons accueilli avec joie l’aimable suggestion de Nos chers Cardinaux, les Archevêques de Montréal et de Toronto, qui répondait si bien à Nos intentions, et Nous voici au milieu de vous, heureux de ce contact direct avec votre Collège, et, à travers lui, avec votre noble patrie qui, vous le savez, ne Nous est pas tout à fait inconnue.

La Providence a permis, en effet, que Nous puissions - Nous n’osons dire la voir en détail -, mais du moins l’entrevoir, au cours d’un voyage trop rapide, certes, pour satisfaire les désirs de Notre coeur, suffisant cependant pour Nous faire toucher du doigt la magnifique vitalité du catholicisme canadien.

Ce que Nous pûmes en discerner, à travers la vie religieuse de vos sanctuaires, à travers vos institutions si variées d’éducation, de charité, d’assistance, vos florissantes congrégations religieuses et missionnaires, et encore par le spectacle de votre vie de famille, de votre climat social: tout cela a laissé dans Notre âme, Nous le disions cet été dans Notre radiomessage à votre nation, l’empreinte d’inoubliables souvenirs.

Et à Rome même, dans la charge que Nous exercions à la Secrétairerie d’Etat au temps du Pape Pie XII, surtout pendant la seconde guerre mondiale, que d’occasions Nous furent données d’admirer la générosité du Canada, son attachement au Saint-Siège!

Celui qui était alors le zélé Recteur de ce Collège aurait quelques titres à en témoigner aussi, lui qui fut si souvent l’instrument providentiel des «charités papales», comme vous les appelez, et l’interprète des sentiments de la Hiérarchie et des catholiques canadiens à l’égard de la Chaire de Pierre. 

Toutes ces traditions de foi, de générosité, de fidélité au Siège Apostolique, tout l’essor actuel du catholicisme canadien dans les domaines intellectuel, social, éducatif, quelle gloire, chers Fils, quelle richesse, quelle force pour votre Patrie! Quel patrimoine aussi, à conserver, à défendre certes, à enraciner davantage, mais plus encore à développer, à faire fructifier!

Et c’est à vous, à vous surtout, les membres du clergé canadien, qu’il sera donné d’être demain les artisans de ce développement. Après avoir, ici à Rome, senti battre le coeur’ de l’Eglise, après avoir été les témoins privilégiés d’un des plus grands événements qui puissent se produire dans l’histoire de l’Eglise, un Concile oecuménique, vous serez mieux à même sous la direction de vos Evêques, d’être de bons instruments du Règne de Dieu dans votre Pays. 

Et voilà que ces voeux, ces espoirs trouvent un gage magnifique dans ce Collège, qu’en ce moment Nous avons le bonheur de visiter. Car, si votre adhésion à la Chaire de Pierre est la sotirce de votre fïdélité à l’Eglise et de la vitalité surnaturelle de votre esprit catholique, votre Collège romain est la marque de cette adhésion; la marque, pas seulement officielle et extérieure, mais vivante et intérieure, parce qu’elle prouve, par les sacrifices que l’entretien de cette institution vous demande, par les rapports qu’elle nourrit, par la communion de pensée et d’action qu’elle produit, combien le Canada catholique veut vivre et réaliser le mystère de l’unité de l’Eglise, et, par sa présence tout près du Vicaire du Christ, puiser ici la sève la plus féconde de sa jeunesse spirituelle et de sa capacité de rayonne-ment apostolique et missionnaire.

C’est donc à ce Collège que s’adressent Nos félicitations les plus cordiales à l’occasion de l’anniversaire que nous fêtons aujourd’hui de sa providentielle fondation et de sa précieuse activité; et c’est à lui, c’est-à-dire à tous ceux qui ont bien mérité de sa prospérité, et tout d’abord aux Cardinaux, Archevêques et Evêques, puis à son digne Recteur, à tous les Supérieurs, et à tous les élèves d’hier, d’aujourd’hui et de demain, que vont Nos souhaits les meilleurs. 

Notre pensée s’élève enfin en ce moment vers ces âmes d’élite que le Canada a données à l’Eglise, et dont certaines ont été déjà élevées par Nos Prédecesseurs aux honneurs des Autels. Qu’elles soient pour vous des protecteurs et des modèles, et attirent sur votre futur apostolat les grâces que Nous appelons de grand coeur sur vous tous, et en gage desquelles Nous vous donnons une large et paternelle Bénédiction Apostolique. 

***

We recall with pleasure and gratification, Venerable Brothers and Beloved Sons, Our visit to your vast country. On that occasion, We saw and admired, as We see and admire here today, the happy spectale of the unity and brotherhood which exists among you, between the two great races and languages, as well as between the different rites represented in Canada.

Expressing Our paternal felicitations on this praiseworthy union and concord, We exhort you always to conserve and strengthen it, to give ever more impressive testimony to two marks in particular of the true Church: her Unity and her Catholicity.

Your fraternal unity is fostered by this Pontifical College in the heart of Apostolic Rome, and We rejoice with you on the completion of its seventy-five years of service to Canada and the Church, praying that God may bestow upon its directors and students His choicest graces and favours in the years to come.

In pledge thereof, and as a mark of Our particular affection, We lovingly impart to you, to your clergy, religious, and all the faithful people of Canada, Our special Apostolic Blessing. 

***

 

Vénérables Frères et chers Fils,

Après nous être adressé par radio ces jours derniers à vos chers compatriotes des Pays-Bas, c’est pour Nous une grande joie de venir vous rendre personnellement visite au Collège Pontifical Hollandais. 

Nous sommes heureux de cette occasion qui Nous est donnée de vous redire combien Nous aimons Nos fils des Pays-Bas, et de quel coeur Nous encourageons et bénissons le magnifique développement religieux que connaît leur noble pays. Vous fêtiez récemment Saint Willibrord, le grand évêque missionnaire, dont vous êtes tous les fils spirituels. Quel magnifique exemple pour vous tous que celui de ce Prélat, tout donné à l’Evangile, dont la vie même se confond avec l’annonce de la bonne nouvelle du Règne de Dieu, et qui, sur ses pas, suscite tant de communautés chrétiennes florissantes!

Soyez-en les dignes héritiers, en prenant place dans cette grande lignée des évêques et prêtres des Pays-Bas que le zèle de Dieu entraîne à annoncer l’Evangile bien au delà des frontières de votre beau pays. A cette heure singulièrement importante où l’Eglise réunie en Concile s’interroge sur les meilleurs moyens d’apporter aujourd’hui le message du Christ au monde qui l’attend, il est réconfortant pour le Père Commun de penser que de jeunes clercs se préparent, à l’ombre de Saint-Pierre, à en être demain les messagers zélés et généreux.

Continuez, chers fils, sous la direction éclairée de vos évêques et de vos maîtres, à acquérir cette indispensable formation humaine et chrétienne, aussi large que profonde, qui est requise des apôtres du Christ. Le Concile vous permet de le faire dans un esprit totalement catholique: profitez de cette grâce qui vous est donnée!

Et demain, revenus dans votre pays, avec l’enrichissement que vous auront procuré ces années romaines d’intense labeur et de prière, vous pourrez largement monnayer ce que vous aurez acquis. Vous le ferez au sein de communautés chrétiennes solidement organisées, où, sous la sage direction de la hiérarchie, prêtres et fidèles travaillent ensemble à mieux faire connaître Jésus-Christ. C’est là une caractéristique du catholicisme dans votre pays qu’il Nous plaît de souligner pour vous en féliciter: solide organisation, esprit oecuménique, effort missionnaire, laïcat actif, utilisation judicieuse des techniques audio-visuelles: le Tijd-Maasbode, et la Katholieke Radio Omroep, en particulier, puissants instruments pour le rayonnement du message chrétien.

Vous viendrez demain, à votre tour et à votre place, prendre votre part de l’apostolat missionnaire dans votre pays, et aussi, Nous Nous plaisons à le penser, en dehors de ses frontières. Utilisez d’ici là au maximum les années précieuses que le Seigneur vous donne au coeur de la chrétienté. Notre bénédiction vous accompagne dans votre vie de travail et de prière. Et Nous la donnons, très large et bien affectueuse, à vos pères dans le sacerdoce, Nos frères dans l’épiscopat, et tout d’abord à Notre cher et vénéré cardinal Alfrink, le si zélé archevêque d’Utrecht. Que cette bénédiction, vénérables frères et chers fils, soit pour vous le gage des grâces divines que Nous appelons de grand coeur en abondance sur vous-mêmes et sur tous ceux qui vous sont chers dans votre noble pays.

           

top