The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
À LA JEUNESSE FÉMININE CATHOLIQUE

Samedi 10 octobre 1964

   

Chers fils et filles du Mouvement international de la jeunesse agricole et rurale catholique,

Nous sommes très heureux de vous accueillir ce matin dans cette demeure, qui est celle du Père commun. Et, en vos personnes, c’est la jeunesse agricole et rurale catholique de tous les continents que Nous saluons.

Nous avons suivi avec intérêt les travaux de votre assemblée générale de Yaoundé, et Nous vous encourageons à poursuivre votre apostolat dans le monde entier. Déjà soixante-cinq mouvements nationaux adhèrent au M.I.J.A.R.C. C’est là une réalité riche de promesses.

A l’heure du Concile oecuménique du Vatican, vous avez une tâche irremplaçable dans l’Eglise: faire découvrir à tous les jeunes ruraux les richesses du message du Christ, et les aider à vivre dans leur milieu les exigences de l’Evangile. C’est toute la vie personnelle, familiale, sociale et professionnelle du jeune rural qui est transformée par sa foi au Christ. En formant ainsi dans le monde rural de jeunes chrétiens authentiques, le M.I.J.A.R.C. agit comme un ferment dans ce milieu de vie, pour le rendre plus perméable à l’Evangile, ce message de salut qui ne connaît ni races ni frontières.

C’est la noble mission que vous confie l’Eglise: sachez la remplir avec l’enthousiasme de votre jeunesse, votre ténacité de ruraux, et toute l’ardeur de votre foi. Un monde nouveau se forme à travers les progrès de la technique, qui bouleversent le visage traditionnel des milieux ruraux. Ce monde a besoin de vous: à vous de l’animer par l’esprit de l’Evangile, pour le rendre plus humain, plus fraternel, et plus chrétien.

Tel est Notre souhait très ardent. En priant Dieu qu’Il vous aide à le réaliser par votre généreux apostolat de jeunes ruraux catholiques, Nous appelons de grand coeur sur vous et sur tous les militants que vous représentez - sans oublier vos chers aumôniers - l’abondance des divines grâces, en gage desquelles Nous vous accordons Notre paternelle Bénédiction Apostolique.

*  *  *

Chères Filles de l’Union Mondiale des Organisations Féminines Catholiques.

Vous avez tenu à Nous rendre visite au cours de la seconde rencontre que votre groupe de recherche a organisée ces jours-ci à Rome: Nous sommes heureux de vous accueillir dans Notre demeure et de vous souhaiter de tout coeur la bienvenue.

Vous savez avec quel vif intérêt Nous avons toujours suivi les nombreuses activités que les organisations féminines catholiques déploient dans divers domaines et dans le monde entier, pour faire mieux connaître et aimer Notre-Seigneur et son Eglise, pour aider les femmes d’aujourd’hui à trouver Celui qui est notre seul et unique Sauveur.

Cet intérêt, vous le savez, Nous avons voulu le concrétiser en nommant parmi les auditrices laïques du Concile votre dévouée et zélée Présidente générale qu’il Nous plaît de saluer plus particulièrement ici.

Vous vous êtes réunies cette année pour étudier ensemble «le rôle apostolique du laïcat dans les communautés chrétiennes». Nous vous félicitons du choix de ce sujet de réflexion: il est tout à fait dans la ligne des grandes préoccupations de l’Eglise; les discussions des Pères conciliaires qui portent précisément en ce moment sur le schéma de l’apostolat des laïcs en sont la preuve!

Ces trois journées d’études et de prières, où alternent harmonieusement conférences et échanges de vue, vous avez voulu les consacrer plus spécialement à la communauté chrétienne locale ou paroissiale, à sa situation par rapport à l’Eglise universelle, à sa fonction apostolique dans le monde d’aujourd’hui. Ensemble vous voulez chercher les voies et les moyens les plus aptes et efficaces pour promouvoir et vitaliser le rayonnement .apostolique de chaque paroisse.

Vous venez de divers pays et vos expériences, dans le domaine de l’apostolat, sont variées. Votre intention a été de les mettre en commun, d’en tirer profit et de partager les richesses ainsi découvertes avec d’autres, peut-être moins privilégiés que vous, mais animés du même désir ardent.

Nous ne pouvons que vous encourager dans vos efforts et vous redire Notre satisfaction de vous voir toujours mieux correspondre au désir des Pasteurs en les aidant à porter la responsabilité de l’Apostolat.

Aussi est-ce de grand coeur que Nous invoquons sur vos personnes, les organisations que vous représentez, et sur l’effort apostolique de votre Union Mondiale une large profusion de grâces, en gage desquelles Nous vous accordons une très paternelle Bénédiction Apostolique.

*  *  *

Chères Etudiantes japonaises, soyez les bienvenues!

Vous Nous arrivez du Pays du Soleil Levant, et vous êtes, Nous dit-on, les élèves d’une école supérieure de Tokyo, tenue par les Soeurs de 1’Instruction charitable du Saint Enfant Jésus, plus connues sous le nom de «Dames de Saint Maur».

Notre première pensée, vous n’en serez pas étonnées,. sera pour ces vaillantes éducatrices, qui peuvent à bon droit voir dans ce pèlerinage à Rome d’un groupe important de leurs élèves, la récompense de leurs fatigues apostoliques.

Il y aura bientôt un siècle, en effet - c’était en 1872 - que les «Dames de Saint Maur» s’installaient au Japon - dont aucune religieuse n’avait encore foulé le sol - et y fondaient, au prix d’énormes difficultés, des établissements d’enseignement, qui n’ont cessé, depuis lors, d’être appréciés et de prospérer.

Vous êtes, chères filles, la démonstration vivante de la vitalité de l’oeuvre éducative des Dames de Saint Maur au Japon, et Nous sommes sûr que l’un des sentiments qui font vibrer vos coeurs en ce moment, c’est la reconnaissance envers la bonne Providence qui les a envoyées vers vous, en leur inspirant de se dévouer aux âmes des enfants de votre peuple. Vous pouvez, certes, vous estimer heureuses d’avoir été, après tant d’autres, les bénéficiaires de leur dévouement.

Et voici qu’aujourd’hui se présente un nouveau motif, très particulier, de remercier Dieu, puisqu’il a bien voulu conduire vos pas jusqu’à Rome, cette ville sainte où est vivante la mémoire de l’héroïsme des premiers martyrs, où tant de monuments rappellent les grandes heures de l’histoire de l’Eglise et de la Papauté, et où vous pouvez admirer les trésors d’art et de culture, dont cette ville incomparable est la dépositaire.

Vous serez, sans nul doute, frappées par la différence entre les formes d’expression de la civilisation qui vous est familière et celles dans lesquelles se présente à vos yeux l’occident chrétien. Mais vous saurez en reconnaître aussi le caractère complémentaire et en tirer un motif de plus pour admirer la Providence, qui répartit ses dons avec tant de richesse et de variété à travers les âges, les peuples et les continents. Et vous saurez voir comment la religion chrétienne ne désire qu’assumer et sanctifier ce qu’il y a de noble et d’élevé dans toutes les expressions de la culture aux différents points du temps et de l’espace, et rassembler toute cette diversité pour en faire hommage au Créateur.

Puisse, chères Filles, ce séjour à Rome être riche pour vous de saintes émotions et de précieuses expériences spirituelles: c’est Notre voeu le plus cher, et tandis que Nous recommandons à Dieu vos personnes, vos études et vos dévouées éducatrices, Nous vous accordons à toutes de grand coeur Notre Bénédiction Apostolique.    

 

top