The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE DU PAPE PAUL VI EN INDE

SALUT DU SAINT-PÈRE
AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU LIBAN

Aéroport de Beyrouth, mercredi 2 décembre 1964

   

Nous Remercions de grand cœur Son Excellence Monsieur Charles Helou, Président de la République, que Nous connaissons depuis si longtemps, Messieurs les Membres du Gouvernement et Messieurs les Députés, les Autorités religieuses et civiles, ainsi que tous ceux qui ont bien voulu venir Nous saluer à l’aéroport de Beyrouth.

La Providence a permis que Nous puissions répondre ainsi à une invitation que Nous n’avions pu accueillir lors de Notre voyage en Terre Sainte, et que les Autorités Libanaises Nous avaient, cette fois encore, aimablement renouvelée.

C’est une joie pour Nous d’avoir cette occasion d’un contact direct avec un Pays qui Nous est particulièrement cher, et qui entretient avec le Saint-Siège les plus cordiales relations.

Le Liban - il Nous est agréable de le dire en ce lieu - tient avec honneur sa place dans le concert des nations. Son histoire, sa culture, le caractère pacifique de ses habitants lui valent, on peut le dire, l’estime et l’amitié générales. Ses antiques et vénérables traditions religieuses, surtout, Nous semblent dignes d’être mentionnées par Nous avec éloge. Et Nous ne saurions oublier, en particulier, tout ce que représente, pour l’Eglise, la foi des populations chrétiennes libanaises, exprimée dans l’harmonieuse diversité des Rites, dans l’abondance et la variété des communautés religieuses et monastiques, dans de multiples activités d’ordre apostolique, éducatif, culturel ou charitable.

L’Eglise apprécie et encourage tous ces efforts de ses bons fils du Liban, et Nous sommes heureux de pouvoir leur en exprimer ici le témoignage, en présence de leurs chefs religieux.

Nous saluons également avec la plus grande cordialité tous ceux qui, sans distinction de rites ni de communautés, ont voulu manifester, par leur présence ici, leur estime pour les valeurs spirituelles dont l’Eglise est dépositaire, et leur bienveillance envers Notre humble personne. Le monde arabe, auquel ils appartiennent, s’est montré à Nous, lors de Notre voyage en Terre Sainte, sous des traits de spontanéité dans l’accueil, de joyeux enthousiasme populaire et de religieuse vénération, qui sont restés et resteront à jamais imprimés dans Notre souvenir.

C’est donc dans des sentiments de vive sympathie que Nous adressons Notre salut à tous ceux - chrétiens et non-chrétiens - qui ont bien voulu venir Nous accueillir ici aujourd’hui, et que Nous invoquons sur eux, sur leurs Autorités temporelles et spirituelles et sur leur noble et belle patrie libanaise, si dignement représentée par son Président de la République, l’abondance des divines faveurs.

  

top