The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI AUX EXPERTS
DE LA COMMISSION MÉDICO-PÉDAGOGIQUE ET PSYCHO-SOCIALE
DU BUREAU INTERNATIONAL CATHOLIQUE DE L’ENFANCE

Vendredi 29 janvier 1965

 

Chers Fils,

Nous sommes heureux de vous accueillir ce matin, tout au début de cette Conférence d’experts suscitée par la méritante Commission médico-pédagogique et psycho-sociale du Bureau international catholique de l’enfance, pour favoriser l’intégration sociale, professionnelle et ecclésiale de ceux qu’on est convenu d’appeler les insuffisants mentaux.

Riches de votre expérience personnelle de spécialistes, et de la vaste enquête internationale à laquelle vous vous êtes livrés, vous êtes venus mettre en commun vos compétences et votre dévouement au service de vos frères moins avantagés.

Comment, chers Fils, ne pas vous féliciter de ce souci qui vous honore: consacrer le meilleur de votre talent et de votre travail, dédier toute votre vie même à cette cause si chère à tous les cœurs chrétiens: l’aide aux plus démunis d’entre les hommes, aux pauvres entre tous trop souvent tenus – en raison de leurs déficiences – à l’écart des sociétés humaines. Ce que vous vous proposez au contraire, et le but même de vos efforts, c’est «l’intégration sociale, professionnelle et ecclésiale de l’insuffisant mental».

Que pourrions-Nous vous dire sur ce thème, que vous ne sachiez déjà, et mieux que Nous? Nous ne pouvons que reconnaître l’importance de vos travaux, vous louer d’une si heureuse initiative, et vous rappeler qu’elle intéresse à travers le monde des millions d’hommes.

Nous vous donnerons plutôt une parole d’encouragement pour cette tâche si ardue qui est la vôtre. Il est toujours difficile d’être des éducateurs. Combien plus lorsqu’il s’agit de personnes dont doit être comme recréée l’intelligence engloutie dans une nature rebelle. Il y faut d’abord et avant tout la charité. C’est cet amour surnaturel qui nous inculque le profond respect de la vie, du caractère sacré de la personne et de la valeur absolue et mystérieuse de sa dignité, même chez des êtres humainement défavorisés. De quelque personne qu’il s’agisse, c’est toujours un être créé à l’image et à la ressemblance de son Créateur, et appelé par le Christ à participer à la même vie divine.

Telle est la profonde vue surnaturelle qui guide vos efforts au service de l’insuffisant mental. Mieux que quiconque, vous savez ce qu’il en coûte d’abnégation, de douceur, de patience à toute épreuve. L’empirisme ne suffit plus aujourd’hui. Une véritable formation psycho-pédagogique est devenue indispensable en ce domaine où tant de progrès ont été accomplis par les spécialistes. Il y faut en outre d’inépuisables qualités d’intelligence et de cœur, la conviction qu’une éducation est possible malgré des résultats peu apparents, et une inlassable persévérance pour susciter un climat favorable de mise en confiance, capable de créer l’amitié et de favoriser le travail. C’est en un mot l’amour de cette créature handicapée qui vous meut, et qui seul d’ailleurs peut susciter son éveil personnel et le développement de sa personnalité.

Vous le savez – c’est l’objet même de votre colloque – : ce travail qui est le vôtre, pour nécessaire qu’il soit et primordial, ne peut trouver son couronnement que si les communautés humaines – sociale, professionnelle et ecclésiale – surmontent toute tentation de rejet égoïste, et s’ouvrent à leurs membres déficients, en un geste d’accueil fraternel. Aussi l’Eglise – qui a tant fait déjà en faveur de ses fils plus démunis – ne peut-elle que se réjouir de vos efforts, encourager vos échanges, et souhaiter qu’ils trouvent dans l’opinion publique leur prolongement salutaire.

Enfin, laissez-Nous vous dire au terme de ce bref entretien que, si votre travail est une ascèse, c’est en même temps une école de perfection, et une voie de sanctification: le bien fait aux autres enrichit par surcroît celui qui l’accomplit «Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir» (Actes, 30, 35). Aussi, puisse votre généreux exemple en susciter beaucoup d’autres: c’est là Notre vœu le plus ardent! De grand cœur Nous l’accompagnons à toutes vos intentions et à celles des insuffisants mentaux qui vous sont si chers, de Notre paternelle et affectueuse Bénédiction Apostolique.

                                         

top