The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX MEMBRES DU BUREAU DE
L’UNION CATHOLIQUE INTERNATIONALE DE SERVICE SOCIAL

Samedi 16 octobre 1965

 

Chers Fils, Membres du Bureau de l’Union Catholique
Internationale de Service social,

Vous n’avez pas voulu tenir à Rome vos réunions sans venir Nous demander audience et implorer Notre Bénédiction sur vos travaux et sur votre Mouvement.

Nous accédons d’autant plus volontiers à votre désir qu’il y a bien longtemps que Nous vous connaissons et que Nous apprécions l’excellent esprit qui vous anime.

Notre service à la Secrétairerie d’Etat, au temps du Pape Pie XII, Nous valut d’entrer en contact, à plusieurs reprises, avec l’UCISS, et ce n’est pas sans émotion que Nous évoquons devant vous la mémoire de celle qui, pendant tant d’années, fut son infatigable animatrice, la très regrettée Présidente Marie Baers.

Le professeur Georges Nahn, qui lui succéda – et qui est aujourd’hui votre Président honoraire – Nous faisait informer, dès les premières semaines de Notre Pontificat, de votre projet de tenir à Nimègue, au cours de l’été 1963, votre Dixième Congrès Mondial, sur le thème: «Service social et équilibre humain». Cette heureuse circonstance Nous procura l’occasion de vous dire à Notre tour, à la suite de Nos prédécesseurs, la bienveillance avec laquelle le Saint-Siège considère le très utile travail que vous accomplissez dans le domaine social.

C’est donc avec le plus grand plaisir que Nous vous accueillons ici aujourd’hui, et que Nous saluons en particulier votre nouveau Président, dont on Nous a dit tant de bien, Monsieur René Didier.

L’UCISS est aujourd’hui, peut-on dire, présente dans le monde entier, tant par ses écoles de Service Social – plus de cent soixante!– que par les nombreux assistants sociaux et assistantes sociales qu’elle forme et auxquels elle apprend à s’inspirer de l’Evangile dans leurs activités. En exerçant dans un esprit chrétien leur belle profession, ceux qu’on appelle aujourd’hui les «travailleurs sociaux» servent l’Eglise en même temps que leurs frères dans le besoin.

Par ailleurs vos Congrès, vos «séminaires», vos publications étendent largement le bienfaisant rayonnement de votre Institution et provoquent la réflexion et l’action de nombreux cercles intéressés aux problèmes sociaux. Enfin, grâce aux développements qu’a connus votre Mouvement, il constitue maintenant une de ces «Organisations Internationales Catholiques» (OIC), auxquelles le Saint-Siège ne ménage pas son appui, et qui, grâce au statut consultatif dont elles jouissent auprès des plus hautes instances, peuvent y porter un précieux témoignage et rendre ainsi de grands services à l’Eglise.

Tout cela, chers Fils, vous met en mesure d’exercer la plus heureuse influence sur le monde en pleine transformation dans lequel nous vivons. Vous comprendrez que Nous Nous en réjouissions profondément et que Nous vous disions: Allez de l’avant, développez, amplifiez votre action! Orientez le service social dans le lumineux sillage tracé par l’exemple et l’enseignement du Christ! Nous ajouterons: Allez hardiment vers les plus pauvres; et, comme vous avez si heureusement commencé à le faire, poursuivez votre effort auprès des peuples en voie de développement, ceux qui, de tous, en ont le plus urgent besoin.

Dieu, Nous en sommes sûr, fécondera vos labeurs. Nous le lui demandons de tout cœur, et bien volontiers Nous vous accordons, ainsi qu’à vos familles et à tous ceux que vous représentez ici, une large et paternelle Bénédiction Apostolique.

                                                     

top