The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE À GENÈVE

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
SUR L’ŒCUMÉNISME

Genève
Mardi 10 juin 1969

 

Chers Messieurs,
chers Frères dans le Christ
et - si vous le permettez - chers amis,

C’est une joie pour Nous de compléter, en quelque sorte, Notre visite au Conseil œcuménique des Eglises, en consacrant quelques instants aux Représentants des Eglises de Genève qui Nous sont unies dans la foi au Christ Sauveur.

Sans doute, par le fait des événements qui ont marqué son histoire religieuse et orienté son esprit, Genève est-elle une des villes du monde où l’on prend le plus douloureusement conscience de la division des chrétiens. Mais le climat de sérénité et d’estime mutuelle, si heureusement instauré de nos jours, nous permet de prendre, avec plus d’objectivité que par le passé, la mesure de ce qui nous unit et de ce qui nous sépare encore.

Laissez-nous vous dire à ce propos, chers Frères, que Nous Nous réjouissons profondément de constater les bonnes relations qui existent entre vos paroisses et les paroisses catholiques, tant dans cette ville que dans le reste de la Suisse. Ces bonnes relations existent aussi à présent, grâce à Dieu, entre les autorités ecclésiastiques respectives.

C’est que l’esprit qui nous anime, les uns et les autres, - et qu’évoque si bien le nom du Centre qui nous accueille - c’est l’esprit d’un sain œcuménisme.

Cet esprit pose, comme base première de tout contact fructueux entre confessions différentes, que chacun professe loyalement sa propre foi. Il invite à reconnaître, avec non moins de loyauté, les valeurs positives, chrétiennes, évangéliques, qui se trouvent dans les autres confessions. Il est ouvert enfin à toute possibilité de collaboration dans les domaines où, dès maintenant, une action commune apparaît possible et désirable: par exemple dans le domaine de la charité et dans la recherche de la paix entre les peuples.

C’est animé de cet esprit que Nous venons vers vous, animé du seul souci de la gloire de Dieu et de l’accomplissement de sa volonté sur les hommes. Puissions-Nous être, comme Nous le désirons tant, le pèlerin de la réconciliation!

Tel est, chers Frères et amis le vœu que Nous formons devant vous, et le sens des salutations fraternelles que Nous vous adressons. En vous remerciant d’avoir bien voulu venir ici pour Nous rencontrer, Nous Nous unissons à vous dans une humble et confiante invocation à l’Esprit Saint, et Nous appelons de grand cœur sur vos personnes, sur vos familles religieuses, sur ceux que vous représentez ici et sur tous ceux qui vous sont chers, l’abondance de ses divines lumières.

                                    

top