The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX MEMBRES DE LA «JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE»
DE BELGIQUE

Dimanche 19 juillet 1970

 

Chers Fils et chères Filles de la J.O.C. de Belgique,

C’est pour Nous une joie profonde de vous accueillir ce matin, d’accueillir, à travers vous, la foule des Jeunes que vous représentez, dont vous êtes les délégués et vers qui s’élance Notre pensée comme la vôtre.
C’est avec ces jeunes travailleurs et ces jeunes travailleuses que vous avez préparé longuement ce pèlerinage. C’est leur vie liée à la vôtre qui remplit les pages du «Dossier Rome 70» que Nous avons lu avec attention et intérêt et en référence auquel Nous voudrions souligner quelques-uns des points qui, parmi d’autres, font apparaître la valeur de votre action.
Sa valeur pédagogique
 d’abord: la «carte de relations», qui amène chacun d’entre vous à porter un regard neuf sur ceux que vous rencontrez, est au point de départ d’une vie d’amitié qui vous saisit et vous transforme. Vous le dites vous-mêmes: «J’ai appris la solidarité» - «J’ai appris à m’intéresser aux autres et à les aider» - «Quelle égoïste j’ai été. Je le suis encore sans doute, mais maintenant tout est différent . . .».
Et dans cette amitié vous trouvez la force d’agir ensemble au sein de vos communautés naturelles, vous trouvez la possibilité de vous exprimer dans la vérité pour réfléchir votre action.

Ainsi devenez-vous conscients de votre dignité d’hommes et de fils de Dieu, des richesses humaines et divines que le Seigneur vous a confiées comme des talents: c’est là le trésor où les jeunes travailleurs doivent puiser inlassablement pour construire le monde à leur manière et à leur place, découvrant avec vous et grâce à vous ce qu’ils sont, ce qu’ils valent et ce qu’ils peuvent.
De consciences ainsi réveillées naît en effet l’action qui transforme et humanise la société. Dans les témoignages de votre «Dossier» apparaît en pleine clarté la valeur sociale de la J.O.C.: action dans les loisirs comme dans la famille, à l’école comme dans le quartier, action surtout peut-être dans cette vie de travail qui vous marque si profondément.
Les maux que Nous dénoncions naguère à Genève, lors de Notre visite à l’Organisation Internationale du Travail, sont les maux dont trop souvent encore vous souffrez. Mais loin de vous laisser inertes et découragés, ils sont pour vous un appel à agir ensemble pour faire respecter les droits du travail. Ils sont aussi l’occasion de mieux comprendre vos devoirs sociaux: «J’ai compris par la J.O.C. le sens du respect, la responsabilité dans mon travail, le sens de la responsabilité dans le syndicat»: cette phrase de l’un d’entre vous, pris parmi beaucoup d’autres, montre où vous conduit votre mouvement: à préparer, dans des actions à votre mesure, l’avenir humain et chrétien du monde moderne.

Valeur pédagogique, valeur sociale et, finalement, valeur apostolique de votre action. Comment ne pas être impressionné en effet par le sens du Christ et de l’Eglise, par l’esprit missionnaire qui transparaissent dans les pages de votre Dossier de préparation à votre pèlerinage.
«Fonder l’Eglise avec et par les jeunes travailleurs»,
«Ouvrir toute l’Eglise à la vie, aux aspirations, aux souffrances, aux espérances des jeunes travailleurs»,
«Faire naître le Christ tous les jours dans les autres»,
«Transformer les communautés fraternelles qui naissent de l’action en cellules du Peuple de Dieu»; telles sont les expressions que Nous avons relevées et que de tout coeur Nous faisons Nôtres, tant elles Nous semblent rejoindre les perspectives apostoliques que Nous avions esquissées dans Notre Message au Congrès mondial de votre mouvement à Beyrouth l’an passé.
Par dessus tout, chers fils et chères filles, Nous retiendrons votre appel à des prêtres et des religieuses «qui soient proches de votre vie», qui soient auprès de vous «des témoins de la Parole de Dieu». Par là vous exprimez comment un laïcat d’Eglise, s’il est vraiment ce qu’il doit être, peut fortifier la foi des prêtres et des religieuses en les aidant à être pleinement ce qu’ils sont.
Chers amis, l’un de vous a dit «A travers le Pape, c’est le Christ que nous allons rencontrer». Oui; mais le Pape vous répond à son tour: «Merci de Nous avoir fait rencontrer le Seigneur». Chacun de vous en est la vivante image, chacun de vous est appelé à Le révéler quelle que soit la condition de sa vie. Chacun de vous doit être le témoin de Sa résurrection, de Sa Pâque qui se réalise tous les jours dans votre vie et dans celle de vos frères.

Forts de ces convictions, allez de l’avant, chers Jocistes. Soyez les apôtres de l’Eglise parmi les jeunes travailleurs. Faites entendre dans l’Eglise les appels des jeunes travailleurs. Ne vous laissez pas impressionner par les critiques ou décourager par les difficultés de votre engagement. Rappelez-vous aux moments de lassitude que l’Eglise compte sur la J.O.C., l’Eglise fait confiance à la J.O.C. pour l’évangélisation du monde ouvrier. Qui donc, mieux que votre mouvement, pourrait assumer cette mission qui, sous l’impulsion visible de l’Esprit et par le dynamisme apostolique de ses membres, l’a conduit à porter la Bonne Nouvelle du salut à la Jeunesse ouvrière de tant de nations du monde? Que la merveilleuse traînée de lumière et de grâce qui illumine l’histoire de la J.O.C. vous encourage à en écrire de nouvelles pages dans la fidélité et l’ardeur de votre apostolat de mouvement.
Evoquons en terminant ce magnifique témoin de Jésus Christ parmi les jeunes travailleurs que fut le Cardinal, «votre Cardinal» Joseph Cardjin. En 1929 il conduisait à Rome le premier pèlerinage de la J.O.C. belge, accueilli avec tant de chaleur par Notre Vénéré Prédécesseur Pie XI. C’est encore lui, n’en doutez pas, qui vous conduit aujourd’hui et qui, auprès de Dieu, rend grâce pour la belle moisson que vous constituez. Elle sera demain, grâce à vous, plus belle encore.
Chers fils et chères filles, dites à vos camarades et à vos compagnes que l’Eglise a confiance en eux, en leurs aumôniers. Dites-leur, ainsi qu’à vos familles, que le Pape les aime et les bénit avec vous. De grand coeur, sachant la présence parmi vous de jeunes immigrés italiens, espagnols et portugais, Nous étendons cette Bénédiction apostolique aux jeunes travailleurs du monde entier.

                            

top