The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX MEMBRES DE L’ORDRE DES
CHEVALIERS DE MALTE*

Mercredi 28 octobre 1970

 

Chers Fils et chères Filles!

C’est bien volontiers qu’au terme d’une matinée déjà chargée Nous avons réservé ces quelques instants pour accueillir votre noble délégation de l’ordre des Chevaliers de Malte, avec ses grands prieurs, ses régents, les présidents de ses associations nationales et ses représentants diplomatiques. A tous, Nous voulons exprimer, avec Nos souhaits de bienvenue, Nos encouragements paternels à oeuvrer généreusement dans le sens de votre vocation de service.

Votre Ordre s’est acquis au cours des siècles passés un grand renom. Certes, les temps sont bien changés, et c’est en réponse aux besoins du monde actuel, selon les directives de l’Eglise, que vous voulez désormais exercer votre activité charitable. A bon droit, vous avez retenu comme thème de votre assemblée: «Le Chevalier de Malte dans le monde d’aujourd’hui», à la lumière des enseignements du Concile oecuménique, et tout particulièrement du Décret Perfectae caritatis: «Les Instituts doivent conserver fidèlement et poursuivre leurs oeuvres spécifiques, et attentifs à l’utilité de l’Eglise universelle et des diocèses, ils les adapteront aux nécessités des temps et des lieux par l’emploi de moyens opportuns ou même nouveaux et en abandonnant les œuvres qui ne correspondent plus aujourd’hui à leur esprit et à leur nature véritable» (Perfectae caritatis, 20).

Comment n’approuverions-Nous pas les buts que vous fixez à tous les membres de l’ordre: la défense de l’Eglise Catholique, surtout dans les Pays de missions, l’assistance aux infirmes et l’aide aux pauvres? Ceux-ci sont légion et de toutes sortes, surtout dans les pays en voie de développement pour lesquels vous savez notre grave préoccupations. Nous vous exhortons vivement à poursuivre ce service si urgent, avec tous les moyens dont vous disposez, et en collaboration avec les responsables des régions auxquelles vous apportez aide et assistance.
Vous avez toujours mis au nombre de vos principes: la défense de la foi catholique, et vous venez d’insister, dans votre dernière réunion, sur le renouveau spirituel qui doit animer votre action. Oui, que toutes vos entreprises témoignent de la foi que vous professez et de cet esprit évangélique puisé à sa source, comme nous le lisions ce matin à la messe des saints apôtres Simon et Jude «Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres»! (Io. 15, 17)

Confiant dans votre volonté de fidélité au Saint-Siège, Nous recommandons à Dieu vos intentions, et vous donnons de grand cœur, à chacun d’entre vous comme à vos familles, Notre paternelle Bénédiction Apostolique.


*Insegnamenti di Paolo VI, vol.VIII, p.1077-1078;

L' Osservatore Romano 29.10.1970, p.1.

top